[Dijon] Appel à repenser nos formes d’action pour le post-confinement

Ce texte à pour but d’essayer de repenser nos modes d’action pour redevenir efficaces une fois le confinement terminé.

Alors que plus d’un tiers du monde est désormais confiné, effrayé par le CoviD-19, les gouvernement néo-libéraux, conservateurs et autoritaires se mettent d’accord sur un point : s’attaquer aux libertés du peuple et des plus pauvres.

En effet, vous l’avez sûrement remarqué mais il ne fait pas très bon d’être de la classe ouvrière actuellement. Enfin il n’a jamais été vraiment bon de l’être depuis au moins 200 ans. Mais alors que le gouvernement français avait décidé, avant cette pandémie, de faire passer une nouvelle réforme histoire d’assurer le succès de ses amis les assureurs et autres banques, nous devions nous résigner à un constat amer : nos moyens actuels de lutte devenaient de plus en plus obsolètes face à des politiques carriéristes qui ne pensaient plus qu’à augmenter les moyens de répression policière.

Mais tout n’est pas à jeter, nos grèves peuvent encore être efficaces, nos blocages peuvent encore paralyser efficacement l’économie, mais pour cela, il faut revoir l’ensemble du mode d’action.
Par journée d’action, il faut donc comprendre autre chose qu’une seule action, souvent la même, qui consiste à un blocus puis à manifester jusqu’à 17h-18h, laisser faire les tentatives de manif sauvage et aller en AG ou au bar boire un coup avec les copains pour savoir qui a été interpellé, qui a été blessé, qui a eu le talent de cramer un RG en train d’essayer de ficher les copains.
Non, cette journée d’action là n’est malheureusement plus efficace, parce qu’en face ils se créent de nouveaux outils pour les contrer. Le plus pratique (pour eux évidemment) reste la réquisition. Parce qu’ils peuvent définir quels secteurs leurs sont indispensables, ils peuvent donc menacer de lourdes sanctions les grévistes dans de nombreux secteurs, par exemple les personnels soignants (de toute façon, de notre côté, jamais personne ne laisserai quelqu’un mourir à l’hôpital, ce qui n’est pas le cas de nos dirigeants depuis au moins 30 ans), les employés des raffineries doivent assurer un service minimum, on le sait depuis 2010, et les camionneurs n’ont pas le droit d’utiliser leur camion pour faire grève sinon ils s’exposent à un retrait de permis et à des amendes. Tout ça donc pour dire que chacun ne peut pas toujours agir dans son domaine respectif.
Le but désormais est donc que tout le monde agisse pour l’autre, ne nous contentons plus de manifester à un lieu, n’organisons plus de manifs avec un trajet précis et surtout déclaré. Appelons plutôt au rassemblement à une heure donnée avec pour seul objectif de paralyser l’économie. Bien que cette tactique soit risquée à adopter, dans les villes elle pourra assurément se montrer efficace. Par la présence dispersée mais importante de groupes de blocages et donc de manif sauvages, les forces de la répression seront d’abord débordées et devront forcément faire des choix tactiques de quels lieux il faut débloquer et protéger. A partir de cela, les journées d’action suivantes n’auront qu’a s’adapter à la réaction précédente des soldats du capital.
La faiblesse de cette méthode reste bien évidente, à partir du moment où il n’y a pas assez de monde, c’est l’échec quasi sûr peut-on penser. Mais dans ce cas précis, il faut donc aussi s’assurer d’un lieu de rassemblement pour tous les groupes qui auraient répondus à l’appel. Ainsi, il n’y aurait plus qu’à décider, soit précédemment en Assemblée Générale, soit sur le lieu même par la même méthode mais plus rapidement, d’un lieu à rejoindre pour conclure la manifestation. Le parcours se ferait par habitude puisque par sûreté, il serait plus sage de choisir un lieu habitué à être rallié par des manifestations comme par exemple la place Wilson ou la place de la Liberté à Dijon, le but étant de finir comme on en à l’habitude, en ne cédant rien aux soldats de la force « légitime ».

Cette brève n’est qu’un essai, une tentative de théoriser un mode d’action qui n’a plus été vraiment appliqué depuis au moins 150 ans en France, le but étant de proposer de nouveaux modes d’actions pour répliquer à leurs nouvelles tactiques de répression, par exemple celle de nasser constamment les manifestations déclarées ou de poster leurs chiens de gardes dans certaines rues afin de barrer l’accès à des zones déclarées interdites comme souvent on a pu le voir lors des manifestations des gilets jaunes depuis plusieurs mois.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

Articles de la même thématique : Manifestations

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.