La grève féministe est lancée pour le 8 mars, rejoins le mouvement !



Depuis la rentrée, de nombreuses Assemblées de la Grève Féministe ont eu lieu à Dijon. Elles sont plus que jamais rejoignables pour aider à amplifier le mouvement pour une première grève féministe dijonnaise du 8 mars 2023 qui marquera les esprits.

Une grève féministe, ça se prépare sur le long terme. À Dijon, nous nous donnons les moyens d’organiser la première grève féministe locale, le 8 mars 2023.

Depuis quelques années le mot d’ordre d’une « grève féministe » émerge en France pour chaque 8 mars, dans la lignée des mobilisations féministes massives en Amérique Latine. En 2018, les femmes argentines ont mené une immense grève féministe le jour du 8 mars, arrêtant entièrement le pays le temps d’une journée. Depuis, de nombreux pays en Amérique du Sud, mais aussi l’Espagne et l’Italie en Europe, ont repris cette action de grève à chaque 8 mars.

En France, la dynamique prend peu à peu. Cette année 2022, un collectif d’associations féministes et organisations syndicales a appelé et mené une grève le jour du 8 mars. La coordination féministe, regroupement de plusieurs collectifs féministes du mouvement social a aussi appelé à cette grève.

À Dijon, une première Assemblée de la Grève Féministe (AGF) a été lancée le 16 juin 2022 à la bourse du travail, à l’initiative du Collectif 25 Novembre, en concertation avec les organisations CGT, FSU, Solidaires 21, ATTAC et LDH, qui étaient toutes signataires de l’appel à manifestation du 12 mars 2022. Cette première rencontre a réuni une vingtaine de personnes de tout horizon, féministes, syndicalistes, membres d’associations.

L’idée principale : que le mouvement de la grève commence tôt, doucement, et prenne de l’ampleur plus tard, à l’approche du jour de la mobilisation dans la rue du 8 mars 2023. Nous avons trouvé du sens à lancer cette démarche depuis la bourse, lieu mobilisé par les associations et syndicats : le mouvement féministe en France est jeune et radical, mais aussi déconnecté des luttes syndicales. L’Assemblée de la Grève Féministe a choisi une construction patiente de solidarités communes, pour être le pont entre les jeunes générations féministes et queers et les organisations syndicales et associatives historiquement mobilisées à gauche.

Entre septembre et décembre 2022, les Assemblées de la Grève Féministe de Dijon se sont réunies mensuellement à quatre reprises. Nos échanges ont à la fois porté sur le fond, sur nos envies pour le jour de la grève et aussi en amont du jour J du 8 mars 2023, et sur manière d’arriver à enclencher un mouvement de plus grande ampleur que ce que Dijon a l’habitude de voir sur les dates liées aux luttes féministes.

Lors de l’Assemblée de rentrée, en septembre 2022, nous avons acté la création d’une caisse de grève féministe destinée à soutenir les grévistes précaires du 8 mars 2023, pour lever le frein financier que peuvent vivre les personnes souhaitant faire grève. Nous avons également acté la mise en place d’une garde d’enfants le jour du 8 mars, pour lever un autre frein qui concerne une majorité de femmes : « mais qui prendra soin des enfants si je ne suis pas là ? ».

Lors des assemblées suivantes, nous nous sommes réparti·es la tâche, travaillant dans six groupes de travail pour préparer la grève :
1) Communication
2) Rédaction d’un manifeste de l’Assemblée de la Grève Féministe
3) Caisse de grève féministe
4) Garde d’enfants
5) Actions en amont de la grève
6) Organisation du jour de la grève, le 8 mars

Un manifeste de l’Assemblée de la Grève a été validé en décembre 2022.

PNG - 748 ko
PNG - 730.4 ko

En 2023, le mouvement s’intensifie, ainsi que le rythme des Assemblées de la Grève. Les groupes de travail sont définitivement lancés dans l’action et ne demandent qu’à être rejoint·es, même temporairement pour une seule réunion.

Création d’affiche, collages, rencontres avec des associations, ateliers d’éducation populaire, bénévolat pour l’organisation d’un évènement de soutien à la caisse de grève, recherche d’artistes pour animer le cortège du 8 mars... Il y a forcément quelque chose à faire qui pourrait te parler.

N’hésite pas, rejoins nous en Assemblée !

Prochaines dates d’AGF :

  • Samedi 21 janvier, 14h-17h à la bourse du travail
  • Mercredi 1er février, 18h30 (probablement sur le campus)
  • Dimanche 19 février (lieu et horaires à définir)
  • Lundi 27 février (18h30, lieu à définir)
  • Samedi 4 mars (toute la journée, lieu à définir)
JPEG - 123.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

S3 EP8 - Kurdistan * Première Partie *

Tous les deux lundis, l’Actu des Oublié.es évoque les luttes dans le monde. Ce mois-ci, retour en deux épisodes sur la lutte du peuple kurde - ce premier épisode se concentre sur son histoire et sur les mutations qui ont amené certaines composantes à prôner désormais le confédéralisme démocratique.

Articles de la même thématique : Grèves, blocage, sabotage

Journée & Soirée en soutien à la caisse de grève féministe de Dijon

Le samedi 11 février 2023 l’Assemblée de la Grève Féministe de Dijon proposera aux Tanneries une journée de discussions, repas & concert. Cette journée nous servira à la fois à se rencontrer, à tisser des liens de solidarité et à récolter des fonds pour la caisse de grève féministe du 8 mars.

[Les Laumes] Mobilisation victorieuse à Vallourec

Le 24 novembre 2022, Vallourec annonce mettre en liquidation judiciaire l’entreprise Vallourec Umbilicals à Venarey les Laumes. La CGT avec les 54 salariés décident alors d’occuper le site. Ils obtiennent l’annulation de la liquidation judiciaire au tribunal de commerce, la recherche d’un repreneur, et la mise en place d’un PSE.