Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Assemblée du comité de soutien SdlT Dijon



Après la dissolution des Soulèvements de la Terre, ce sont aux comités locaux de prendre le relais. Le comité dijonnais donne rendez-vous pour une assemblée jeudi 29 juin à 18h30. Pour plus d’informations, envoyez un mail à sdltdijon@riseup.net

Les soulèvements de la Terre face à l’appropriation et la destruction capitaliste continuent !

Dimanche 11 juin, deux convois se mettaient en route autour de Nantes pour contrer les carrières et le maraîchage industriel. 1500 personnes, des centaines de vélos et 30 tracteurs partaient en convoi de Saint-Colomban à Nantes pour désarmer les carrières Lafarge et GSM ainsi que l’extension du maraîchage industriel qui dévore le bocage. 300 autres personnes, avec 10 tracteurs, s’élançaient depuis Héric contre l’ouverture de nouvelles carrières à Soudan, Grand-Auverné et Guémené-Penfao, ainsi que la création d’une usine d’enrobé à Puceul. Face à la propagande des agents de l’agro-industrie, des paysans expliquent leur action contre le maraîchage industriel et publient une tribune : « Notre sarrasin vaut mieux que vos salades du futur ». Un article de debunkage explicite ce qu’est l’industrie maraîchère, comment elle accapare, ensable et empoisonne et pourquoi il faut arrêter ce mode de production.

Samedi 17 juin, 5000 personnes s’élançaient en cortège dans la vallée de la Maurienne pour s’opposer au projet d’une LGV qui relierait Lyon à Turin et nécessite de creuser 260 km de tunnels. Un fil info permet de revivre la journée minute par minute. Suite à l’action, la coordination des opposant.es au Lyon-Turin a publié deux communiqués : Vous avez perdu la Telt & La Montagne se soulève encore. Pour continuer la lutte contre le Lyon-Turin, rendez-vous du 29 au 31 juillet pour le festival Alta Felicita à Venaus.

Ces soulèvements contrarient le gouvernement, garant de l’ordre économique qui met en place des formes d’agricultures destructrices et polluantes et perfore des centaines de kilomètres de montagne pour gagner quelques minutes de trajet. Il arrose les médias de propagande et de fausses informations pour défendre ses serres chauffées, ses carrières, ses cimenteries ou ses chantiers d’excavation. Le gouvernement relance aussi la procédure de dissolution des Soulèvements de la Terre. Face à cette menace, un abécédaire, 40 voix pour les Soulèvements de la Terre, est paru le 9 juin ; un communiqué, On ne dissout toujours pas un soulèvement a été publié le 15 juin ; et 157 rassemblements ont eu lieu hier 21 juin dans toute la France, dont Montbéliard, Besançon, Dijon, Beaune, Chalon-sur-Saône, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Auxerre et Nevers.

Localement, le week-end qui vient promet d’être animé.
Il permettra d’aborder le thème de la déforestation au profit des monocultures de l’industrie sylvicole ou des projets tels que des parcs photovoltaïques.

Vendredi 23 juin, un rassemblement est appelé à Saint-Bonnet-de-Joux contre le salon de l’industrie sylvicole Euroforest et pour des forêts vivantes.

PNG - 4.3 Mo

Samedi 24 juin, une journée festive est appellée à Loulle contre les projets de parcs photovoltaïques qui menacent les forêts jurassiennes.

PNG - 4.2 Mo

Pour discuter de la suite du Comité SdlT Dijon écrire à sdltdijon@riseup.net

PNG - 1.1 Mo

Ce qui repousse partout ne peut être dissous !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Expropriations à Bure : pas un hectare de plus !

« Les Semeuses », collectif de maraîchage opposé à la construction du centre d’enfouissement de CIGEO à Bure dans la Meuse, dénoncent les projets d’expropriation qui menacent notamment les terres du collectif .