Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Besançon : la police accusée d’avoir volé une banderole contre la réforme des retraites


Doubs

Le 7 juillet dernier, le Ministre du Travail Olivier Dussopt était en déplacement à Besançon. Comme de tradition locale désormais, un comité d’accueil revendicatif était présent afin de rappeler l’existence d’une opposition persistante au gouvernement. Mais à l’issue de ce rassemblement plutôt banal et symbolique, une banderole caractéristique a été subtilisée par des agents de police. Manifestant ayant assisté à toute la scène, son propriétaire a décidé de porter plainte.

Sous une chaleur écrasante, un cordon de policiers défend toute incursion au lycée Jules Haag – site Marceau alors qu’une dizaine de protestataires donnent de la voix. Le 7 juillet 2023, c’est un panorama très classique qui se dresse dans la capitale comtoise. Pompier en lutte contre la direction du SDIS et présent à toutes les batailles, Denis Braye est bien de la partie… en affichant ses désormais célèbres banderoles, dont une à la formule évocatrice « si tu mets 64 nous on te mai 68. »

Déployée sur la grille d’un garagiste, elle est une première fois convoitée : « plusieurs agents ont débarqué afin de la décrocher, mais face à la réaction de militants ça n’est pas allé plus loin » raconte Denis Braye. Contactés par nos soins, les salariés de permanence ce jour là nous assurent que le personnel n’a pourtant jamais sollicité les forces de l’ordre en ce sens : « ce dont je suis sûre car j’ai interrogé tout le monde, c’est que ça ne vient pas de chez nous » assure la RH.

Mais alors que la dispersion des protagonistes s’amorce, les fonctionnaires récidivent quelques minutes plus tard : « j’ai vu un policier descendre de son fourgon, puis arracher ma banderole. Le temps d’enclencher une vidéo et de venir au plus près, il avait détallé. J’ai alors exigé la restitution de mon bien auprès de ses collègues, toujours engagés juste en face à moins de cinq mètres. Sans succès » développe Denis Braye, abondé par son live et le récit de deux autres témoins.

Encore choqué par la commission de ces faits, le contestataire a décidé d’ouvrir une procédure pénale et déontologique : « la liberté de manifestation et d’expression existe-elle encore dans ce pays, est-ce la police ou une milice qui œuvre ? ils n’avaient aucune base pour agir de la sorte, la mobilisation fut spontanée et aucun trouble caractérisé ne m’a été reproché. En droit c’est donc un délit assez grave, s’agissant d’un vol en réunion et par dépositaire de l’autorité publique. »


P.-S.

Photo en-tête : la banderole en question, durant l’après-midi du 7 juillet 2023 – crédit Eva.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Abolir les prisons ? Rencontre avec Gwenola Ricordeau

Jeudi 6 juin, Gwenola Ricordeau nous présentera son livre Brique par brique, mur par mur, une histoire de l’abolitionnisme pénal. La présentation sera suivie d’un temps d’échange, puis d’un repas et d’une projection de Sur les toits (Nicolas Drolc, 2014).

Articles de la même thématique : Répression

Rassemblement contre la répression coloniale en Kanaky

À l’appel du Mouvement Kanak en France et plus largement du Collectif Solidarité Kanaky, des rassemblements sont prévus lundi 24 juin soir à 18h devant 11 prisons ou maisons d’arrêt en France Métropolitaine où sont détenus 11 membres de la CCAT (Cellule de coordination des actions de terrain, mouvement indépendantiste Kanak) dont Christian Tein, reconnu comme un leader, à Mulhouse et Brenda Wanabo Ipeze à Dijon.

Brenda Wanabo, Indépendantiste Kanak détenue à Dijon

Mercredi 19 juin, 11 personnes membres de la CCAT (Cellule de Coordination des Actions de Terrain) ont été interpellées et 7 d’entre elles ont été déportés le 22 juin dans des prisons en métropole en attente de jugement. L’identité de toutes les personnes n’est pas encore connue, mais on sait que Brenda Wanabo est détenue à Dijon.