[Besançon] Rassemblement « stop Dublin » mercredi 27 novembre

L’association Solmiré appelle à un rassemblement contre le système Dublin. Absurde et inhumain, ce système — qui attribue l’examen des demandes d’asile à l’État membre par lequel la personne exilée est entrée dans l’UE — rajoute encore à la précarité des demandeurs d’asile.

Le collectif bisontin Solidarité Migrants Réfugiés (Solmiré), comme beaucoup d’autres associations, se joint au mouvement national « stop Dublin » pour dire non à l’absurdité et l’inhumanité du règlement Dublin, qui organise une loterie des migrants, provoquant toujours plus de détresse humaine, à des coûts faramineux grâce aux deniers des citoyens européens.
Solmiré doit régulièrement accompagner des jeunes et des familles qui se retrouvent dans des situations impossibles à cause de ce règlement. Des femmes avec bébé à la rue, des jeunes transférés du jour au lendemain et laissés à la rue en Espagne alors qu’il commençait enfin à se construire un avenir en France...

Solmiré vous invite à un rassemblement « stop Dublin » mercredi 27 novembre. Le rendez-vous officiel est à 16h30 Place Pasteur. Nous y serons dès 16h et nous poursuivrons jusqu’à 17h45 avec déambulation et un arrêt non loin de là.

Pour mieux comprendre Dublin :
Depuis vingt-neuf ans, l’entrée des étrangers dans l’Union européenne (UE) est régie par le « système de Dublin ». Amendé par deux fois (Dublin II, III), ce règlement attribue, dans la majorité des cas, l’examen des demandes d’asile à l’État membre par lequel la personne exilée est entrée dans l’UE. Avec les conséquence suivantes : le placement de nombreuses personnes migrantes dans des situations de grande précarité administrative, sociale et psychologique ; l’absence de solidarité entre États européens ; et une défiance dans nos institutions « qui appliquent coûte que coûte une procédure absurde »


Pour en savori plus : Dublin : l’urgence de mettre fin à un règlement kafkaïen



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

Expulsion du squat de la rue Becquerel : entre 60 et 80 personnes chassées de leur refuge

Ce mardi après-midi aux environs de 15h, une compagnie de CRS est venue expulser les habitants du squat de la rue Henri Becquerel. Cet ancien immeuble de bureau accueillait depuis bientôt un an entre 60 et 80 personnes exilées.

Acte 3 des Sans-Papiers : on marche vers l’Elysée depuis les 4 coins du territoires !

Après les manifestations parisiennes du 30 mai et du 20 juin, on va taper plus fort. En septembre des marches de sans-papiers et soutiens partiront des quatre coins du territoire pour sillonner tout le pays et convergeront pour une grande manifestation vers l’Elysée à Paris le samedi 17 octobre.

L’humanitaire, ce n’est pas ma lutte.

Retour de mission avec l’ONG de sauvetage en mer Seawatch.

Articles de la même thématique : Réglement Dublin

Libérons Anton - Vague de répression à Tweebosbuurt

25 personnes ont été arrêtées, 3 squats ont été expulsés, des personnes frappées par la police, agressées par des individus inconnus. Une personne va probablement être déportée dans un pays ou sa vie est directement menacée. Ceci est un appel a l’aide ! Pour demander la libération de Anton, appel à rassemblement le 12/02 devant l’ambassade hollandaise la plus proche de chez vous.

« On a pas rêvé de venir en France » - Interview au Chemin des Cailloux

« C’est la France qui a créé les problèmes chez nous, qui a soutenu les dictateurs, et c’est pour ça que nous on est venu en Europe, sinon on serait jamais venu. »

Vous avez dit Dublin ? Une ballade irlandaise ?

Mimi a fui Kinshasa suite à sa participation aux marches de catholiques contre le chef de l’état.
Récit des déboires d’une jeune réfugiée congolaise à Dijon, face aux murs de l’administration et du « réglement Dublin III ».