CEAT Longvic placée en liquidation, l’usine occupée par les salarié·es



Ce lundi 24 juillet le tribunal de commerce a placée l’entreprise CEAT en liquidation judiciaire. Depuis mercredi 19 les salarié·es occupent leur usine, ils et elles appelent à une mobilisation le lundi 31 juillet devant le siège de Samsung à Paris.

« Depuis de longs mois, le redressement judiciaire de CEAT Électronique ressemble à des montagnes russes pour les salariés et leurs représentants. Un jour, nous recevons des informations favorables sur une éventuelle poursuite de l’activité, qui sont démenties le lendemain ». Ce lundi 24 juillet le tribunal de commerce a tranché : l’entreprise CEAT (Centre électronique de l’audio-visuel et des transmissions) basée à Longvic, est placée en liquidation judiciaire. Depuis mercredi 19 les salarié·es occupent leur usine, ils et elles appelent à une mobilisation le lundi 31 juillet devant le siège de Samsung à Paris.

Communiqué intersyndical CGT, UNSA, CFDT et CFTC du 24 juillet 2023 :

Mobilisation des salariés CEAT contre les agissements SAMSUNG

CEAT est en Redressement Judiciaire depuis le 12 janvier 2023. Les 230 salariés sont restés mobilisés au travail depuis le début de la procédure. Cela fait 7 mois, que les salariés font des heures supplémentaires en semaine, le samedi en mettant leur vie de famille de côté. Ils sont restés professionnels et le sont toujours.

La date du mercredi 19 juillet 2023 donne le départ d’une puissante mobilisation contre les agissements de Samsung, notre client principal.

En effet, Samsung, a cessé de nous envoyer des produits et des pièces détachées sans préavis. Cette décision brutale et violente de Samsung a provoqué un lourd préjudice moral pour les salariés et financier pour CEAT.

Le Tribunal de Commerce de Nancy a donc ordonné à SAMSUNG au mois de juin dernier de poursuivre les relations commerciales avec CEAT.

Après s’être engagé, le 03 juillet 2023, à nous soutenir et nous accompagner devant le Tribunal de commerce de Dijon, Samsung a trahi, le 13 juillet, la communauté de travail et ses 230 salariés ainsi que leurs familles en refusant de poursuivre un partenariat vieux de 25 ans, les condamnant ainsi à une irrémédiable liquidation judiciaire.

Les organisations syndicales appellent donc les salariés à se mobiliser fortement devant le siège social de Samsung à Paris le 31 juillet 2023.


Communiqué intersyndical CGT, UNSA, CFDT et CFTC du 19 juillet 2023 :

L’ensemble des syndicats de CEAT souhaite prendre aujourd’hui la parole concernant la situation de l’entreprise et les actions que nous venons d’engager.

Les sociétés CEAT, RENJ et ITCB sont en redressement judiciaire depuis janvier 2023. Cette procédure collective s’inscrit dans le prolongement de plusieurs années de difficultés et de fragilisation financière de notre entreprise, en lien avec la baisse de l’activité avec Samsung.

Nous tenons à souligner que, malgré leurs vives préoccupations, les 215 salariés de CEAT sont restés unis et focalisés sur la poursuite de l’activité et de la production, avec l’objectif de rendre possible un plan de redressement par les dirigeants actuels ou une solution de cession.

Depuis de longs mois, le redressement judiciaire de CEAT ressemble à des montagnes russes pour les salariés et leurs représentants. Un jour, nous recevons des informations favorables sur une éventuelle poursuite de l’activité, qui sont démenties le lendemain. Ce contexte est particulièrement difficile à vivre et n’a que trop duré.

Depuis de nombreuses semaines, nous suivons l’émergence laborieuse d’un plan de redressement construit par les dirigeants actuels. L’aboutissement de ce plan est largement dépendant d’une prise de position claire de Samsung, qui se trouve être le principal client de CEAT et l’un de ses principaux créanciers.

Si nous comprenons tout à fait que le plan de redressement de l’entreprise ne doit pas être un « chèque en blanc » pour nos dirigeants, nous sommes stupéfaits de la course de lenteur engagée par Samsung, avec son lot d’expertises et de contre-expertises et sa difficulté à prendre une position ferme et définitive. Nous n’osons pas imaginer que Samsung joue la montre en attendant notre mort.

L’échéance d’une prise de position de Samsung a été repoussée à de multiples reprises. Nous considérons que Samsung doit aujourd’hui sortir de l’ambiguïté et soutenir le plan de redressement de CEAT, qui a été soumis à la validation de multiples cabinets externes.

Aussi, les salariés et leurs représentants ont décidé hier de bloquer les expéditions de produits Samsung jusqu’à nouvel ordre. Nous continuons à produire et nous attendons une position claire et définitive de Samsung pour le mercredi 19 juillet au plus tard, comme nous l’avons précisé depuis de nombreux jours.

En tout état de cause, au regard des risques sur la santé et la sécurité des salariés générées par cette situation d’incertitude, nous nous opposerons à toute poursuite d’activité après l’audience du 24 juillet en l’absence de formalisation préalable d’un engagement ferme de Samsung de soutenir un plan de continuation.

Plus que jamais, nous restons attachés à la poursuite de l’activité de l’entreprise et nous ne pouvons que regretter d’être contraints à créer un tel rapport de force.

Les organisations syndicales de l’entreprise


P.-S.

Photo d’illustration : rassemblement du 24 juillet devant le tribunal de commerce, Dijon Actualités.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

Articles de la même thématique : Fermeture d’entreprise