Rassemblement à l’occasion de la venue de Blanquer

L’intersyndical appelle à un rassemblement au collège du chapitre jeudi 27 mai à 14h30, lors de la venue du ministre de l’Éducation nationale.

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL 27 MAI 2021

À l’occasion de la venue du ministre de l’Education nationale à Dijon jeudi 27 mai, nous demandons à le rencontrer pour lui exprimer nos revendications sur les conditions de travail et les suppressions de postes.

Toute l’année, contrairement à la prétendue « continuité pédagogique », nous avons connu des conditions d’enseignement inacceptables : aussi bien au collège (où aucun aménagement n’a été prévu) qu’au lycée (où les périodes de confinement, demi-jauges, et mode « hybride », ont donné lieu à des organisations très variables). Tout ceci a contribué à creuser davantage les inégalités.

Or, dans la préparation de rentrée 2021, 1883 suppressions de postes sont prévues dans le 2 nd degré au plan national, dont 113 dans notre académie. Partout, l’offre de formation se dégrade ; les compléments de service et les heures sup se multiplient, ; trop de postes sont supprimés, dont beaucoup de mesures de
carte scolaire. Les AED (avec un appel à des journées de grève et d’action la semaine dernière) et les AESH (en grève le 8 avril, et le 3 juin prochain) ne sont pas en reste : tâches alourdies, contrats précaires, rémunération trop faible. Ils exigent que leurs missions soient reconnues par un statut de la fonction publique.

Depuis un an, nous n’avons pas cessé d’alerter : il faut recruter pour pouvoir faire cours en effectifs réduits et ne plus être contraints d’arbitrer entre les impératifs scolaires et sanitaires ; il faut recruter pour rattraper les heures de cours perdues et combler les lacunes des élèves ; il faut recruter pour soulager les personnels qui n’en peuvent plus. Or, le ministère n’a donné aucune consigne pour que les postes aux concours soient tous pourvus, et que les listes complémentaires soient massives.

Pire, il poursuit à marche forcée la dévalorisation des diplômes, renforce encore le contrôle continu, et laisse dans un flou insupportable les conditions d’organisation des examens (DNB, épreuves du Bac GT et grand oral, chef d’œuvre en voie pro, rattrapages de BTS, par exemple).

Nous réclamons :

  • une audience avec le ministre lors de sa venue le 27 mai,
  • un plan d’urgence pour l’Ecole avant la rentrée de septembre,
  • la titularisation des contractuels.
  • l’annulation des suppressions de postes, et le recrutement massif et immédiat de personnels (enseignants, administratifs, AED, AESH, etc.) pour répondre aux besoins éducatifs accrus des élèves ; ainsi que la transformation des heures supplémentaires en heures postes pour renforcer des postes fixes et
    pérennes sur un seul établissement.
  • l’application de la circulaire de 2019 sur le temps de travail des AESH.
  • une revalorisation salariale pour l’ensemble des personnels de l’Education nationale,

Nous appelons à un

RASSEMBLEMENT AU COLLEGE DU CHAPITRE JEUDI 27 MAI A 14H30

FO FNEC-FP / CGT Éduc Action / SUD Éduc / CFDT Sgen / FSU

PDF - 162.4 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Éducation Nationale

Épidémie d’événementiel dans les bahuts

Professeurs contestataires en voie d’extinction, journées de liesse obligatoire avec codes vestimentaires, petits drapeaux colorés, sonneries engagées : L’anthropocène selon Blanquer avec la complicité des chefs d’établissement. Et bientôt, le SNU, Service National Universel ! Bienvenue dans la nouvelle Éducation nationale, toujours plus fun, toujours plus cool.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève contre les dividendes à Safran Electronics & Defense

Depuis ce mercredi matin, les salarié·es de Safran - situé au 45 avenue de Stalingrad - sont en grève pour répondre à l’assemblée générale des actionnaire qui se tient ce matin, et qui doit voté les dividendes exorbitante, quand les salarié·es n’ont aucune prime...
Communiqué de presse de la CGT Safran Electronics & Defense