Communiqués de soutien aux mobilisations lycéennes

Face au traitement médiatique et la répression policière de la colère lycéenne, les communiqués de soutien affluent, la jeunesse est dans la rue.

Communiqué de presse en date du 06/12. Lycée le Castel

Les enseignants du lycée Le Castel réunis en heure d’informations syndicales à l’initiative des syndicats FSU, FO, CGT ce jeudi 6 décembre, ont décidé de se mettre en grève à compter du vendredi 7 décembre sur les revendications suivantes :

Le maintien des classes de seconde à 30 élèves maximum
Pas de suppression de postes
Des dédoublements et aménagements garantis dans des grilles nationales
Le rétablissement des heures de cours perdues
Le maintien du baccalauréat comme diplôme national, premier garde universitaire
Le retrait de la réforme du lycée
Le retrait de la réforme de la voie professionnelle
Le retrait de la loi ORE et du dispositif Parcoursup

Par ailleurs, ils protestent contre les violences policières envers les lycéens : gaz lacrymogène, flashball, matraquage. La violence appelle la violence. La seule réponse à apporter aux lycéens est de les écouter et de répondre à leurs revendications.

Ils se réuniront en Assemblée Générale vendredi 7 décembre à 7h45 et se réuniront à nouveau lundi à 7h45 pour faire le point et décider de la suite à donner.

Ils appellent à un rassemblement vendredi 7 décembre à 10h30 devant le rectorat et demandent à y être reçus pour exprimer fermement leurs revendications.

Avec la jeunesse, la CGT Educ’Action mobilisée contre Macron et son monde

Vendredi 30 novembre et lundi 3 décembre 2018, plusieurs milliers de lycéen-ne-se se sont mobilisé-e-s dans les départements de notre académie et ont mené des blocages de lycées généraux et technologiques et professionnels ainsi que des manifestations.

Par cette mobilisation massive et répétée, la jeunesse exprime sa colère contre les politiques du gouvernement : austérité et précarité généralisées, Parcoursup et sélection à l’entrée de l’université, casse de l’enseignement professionnel et contre-réforme du lycée… Les raisons de la colère ne manquent pas.

Contre Macron et son monde, la jeunesse montre son désir d’un autre avenir porteur de justice sociale, son aspiration à l’égalité de toutes et tous. Si elle dénonce toute forme de violence et de dégradation gratuites, la CGT Educ’action de l’académie de Dijon tient à affirmer sa totale solidarité avec cette jeunesse mobilisée. Elle rappelle aussi ses exigences de retrait des contre-réformes des lycées (enseignement professionnel, général et technologique) et de Parcoursup. Elle veillera également à ce que ces mouvements de la jeunesse puissent s’exprimer librement, sans récupération ni répression policière.

La CGT Educ’action de l’académie de Dijon, avec la CGT, veut ainsi porter son projet pour une École émancipatrice, pour la transformation de la société et pour répondre rapidement aux urgences sociales.

Dès maintenant, la CGT Educ’action appelle à construire, partout où cela est possible, une convergence de lutte avec les lycéen-nes, les autres organisations syndicales et les personnels afin de développer les mobilisations. Il y a urgence à faire reculer le gouvernement sur ses nombreux projets dévastateurs pour l’avenir de nos élèves et des personnels. Et cela passe par obligatoirement par l’amplification du rapport de force et de la construction de la contestation.

Communiqué de presse de SUD Education en soutien aux manifestations lycéennes.

Vendredi 30 novembre, un appel lancé par l’Union nationale lycéenne à bloquer les lycées contre les réformes Blanquer a été très bien suivi. Une quarantaine de lycées ont été ainsi bloqués dès vendredi. Ce lundi 3 décembre, la mobilisation a été encore davantage suivie, avec plus de 150 lycées mobilisés dans l’ensemble de la France.

Disons-le tout net : SUD éducation soutient la mobilisation des lycéen-ne-s.

Leurs revendications sont aussi les nôtres :
• refus de la sélection à l’entrée à l’Université et de Parcoursup ;
• refus de la réforme du bac et du Lycée général et technologique ;
• refus de la hausse des frais d’inscription à l’entrée à l’université ;
• refus de la réforme de la voie professionnelle.

SUD éducation condamne sans ambiguïté les violences policières dont sont victimes les lycéen-ne-s mobilisé-e-s.
SUD éducation appelle l’ensemble des personnels de l’Éducation nationale à se solidariser des lycéen-ne-s mobilisé-e-s et à s’emparer des mots d’ordre portés pour l’abrogation des réformes Blanquer.

Communiqué des personnels d’éducation du Castel

"Les personnels d’éducation du Lycée Le Castel (enseignants, assistants d’éducation) sont solidaires des revendications légitimes des lycéens : retrait de Parcoursup, des réformes du bac et du lycée, augmentation du nombre d’enseignants, annulation du projet de la hausse des frais d’inscription pour les étudiants étrangers et dénonciation de la paupérisation.

Nous refusons en outre l’instrumentalisation des violences utilisée pour discréditer l’ensemble du mouvement lycéen et empêcher une réflexion de fond indispensable. Suite à deux intrusions dans l’établissement et notre demande refusée de fermeture du lycée, nous exerçons ce jour notre droit de retrait. Nous dénonçons ainsi la surdité du rectorat face aux événements dans notre établissement mais aussi son incapacité à prendre en considération les justes revendications des lycéens et des enseignants.

Nos élèves subissent de plein fouet la violence sociale actuelle : diminution du pouvoir d’achat, appauvrissement programmé de l’offre scolaire, inégalités entre les établissements, avenir compromis à l’université. Ils appartiennent ainsi que nous au vaste mouvement social actuel initié par les gilets jaunes.

Nos revendications recoupent celles des lycéens et nous nous réunissons demain matin à 7h45 afin de réfléchir à la suite à donner au mouvement."



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Débrayage chez Procter & Gamble où 27 emplois sont menacés

Ce vendredi matin, une cinquantaine de travailleurs et de travailleuses de l’entreprise Procter & Gamble ont débrayé entre 9h30 et 10h30 pour défendre leur emploi. Dans un communiqué, l’intersyndicale CFDT, FO, SUD annoncait en effet que la direction de l’entreprise s’apprêtait à supprimer 27 postes sur les 80 que compte le site de Dijon.

Articles de la même thématique : Lycée

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.

[En images] Le Rectorat muré par les personnels de l’Éducation Nationale en grève

Mercredi 5 février, un rassemblement était organisé par l’intersyndicale de l’éducation nationale devant le Rectorat. Les personnels mobilisés entendaient protester contre la réforme des retraites, contre la réforme Blanquer (avec notamment la mise en place des E3C), et contre les suppressions de postes dans l’académie de Dijon.

Appel à rassemblement contre les E3C

Communiqué départemental intersyndical sur les E3C et les suppressions de postes. Il appelle à un rassemblement le 5 février 2020 à 14h devant le Rectorat, au moment où une audience intersyndicale et inter-établissements sera reçue.