[MAJ] Consultation et effacement des fichiers de police

Quelques nouvelles car quelques nouveaux fichiers pour mieux ficher

Consultation et effacement des fichiers de police : mise à jour des lettres-types

Depuis la publication de la brochure La folle volonté de tout contrôler : Sur 50 fichiers de police-justice et les moyens d’en sortir, il y a eu quelques changements dans les procédures, et d’autres modifications sont prévues pour le printemps. Alors, avant une mise à jour complète de la brochure pour l’automne 2019, voici quelques nouvelles.

Depuis la publication de la brochure La folle volonté de tout contrôler : Sur 50 fichiers de police-justice et les moyens d’en sortir, il y a eu quelques changements dans les procédures, et d’autres modifications sont prévues pour le printemps. Alors, avant une mise à jour complète de la brochure pour l’automne 2019, voici quelques nouvelles.

En décembre 2018, un nouveau fichier classé « secret-défense » a été créé : Il répond au nom de DOREMI, et remplace le Fichier de renseignement militaire, sous la responsabilité de la Direction du renseignement militaire (Ministère des armées). Comme d’habitude pour ce type de fichiers (ils sont 12, listés à l’article R841-2 du Code de la sécurité intérieure), on ne sait ni quels sont ses objectifs, ni les personnes concernées, ni les données recueillies, ni la durée pour laquelle elles sont conservées.
Surtout, le 1er août 2018, un décret a modifié les procédures pour demander la consultation et l’effacement des données dans de très nombreux fichiers. Pour ceux-là (par exemple le TAJ, le FPR, ANACRIM, FOVeS, etc.), il fallait auparavant passer par la CNIL, mais dorénavant il faut directement s’adresser soit au ministère de l’intérieur, soit au ministère de la justice, suivant les fichiers. En pièce-jointe de cet article, vous trouverez donc les lettres-types mises à jour, pour pouvoir faire les démarches. Attention, pour utiliser ces lettres-types il faut toujours joindre une copie de sa pièce d’identité (carte d’identité, passeport ou titre de séjour) et c’est bien de se référer à la brochure complète. Dans cette brochure, vous trouverez la description de chaque fichier, les personnes concernées, les données collectées, etc. Évidemment, la procédure ne consultation et d’effacement des données décrite dans la brochure n’est plus à jour, mais cette mise à jour sera faite plus tard, car ces procédures vont bouger au cours de l’année 2019.
En effet, une ordonnance a été adoptée par le gouvernement le 12 décembre 2018. Celle-ci modifie énormément de choses, mais elle ne sera appliquée que lorsque son décret d’application va paraître, normalement d’ici le 1er juin 2019. Donc de nouveaux changements sont encore à venir.
Enfin, le gouvernement a l’air décidé de créer un fichier des manifestant·e·s (voir notre texte d’analyse du projet de loi ici). Donc il y a encore des changements en perspective.


Voir en ligne : Consultation et effacement des fichiers de police : mise à jour des lettres-types - Rebellyon.info


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

La police comme symbole de la masculinité en crise

À travers une analyse des discours et sur fond de crise, nous montrerons comment se construit une masculinité raciste et misogyne allant de la police jusqu’aux incels.

Manifestation des Grésilles : « Après l’abandon du Préfet, on veut sa démission »

Samedi 20 juin, une cinquantaine de personne des Grésilles et de Chenove ont manifesté pour demander la démission du Préfet, après avoir tenu une conférence de presse improvisée. Retour entre analyse et émotion sur ce moment trouble.

Tableau noir ce mardi matin au Grésilles

Récit d’une matinée d’école pas comme les autres après trois journées angoissantes dans le quartier.

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Point sécu : le « kiosk », arme ultime de la police ?

La nouvelle a fait grand bruit : la police va se doter sous peu de boîtiers qui seraient capables de rentrer dans virtuellement n’importe quel smartphone, aussi protégé soit-il.

CoronaVirtuel, une certaine immunité policière

La dystopie n’est qu’une autre forme du désastre, son approfondissement augmenté, une extinction sous contrôle : tout y est virtuel, de la marchandise aux rapports sociaux, sauf la mort... en développement durable. La révolution, c’est tout le contraire !

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.