Depuis Dijon, vidéo-message de soutien à Atenco contre le nouvel aéroport de Mexico

Face à l’aéroport de la mort, nous préférons le lac !

Depuis Dijon, solidarité avec le Front des Villages en Défense de la Terre et la Plateforme des villages de la Vallée de Mexico contre le Nouvel Aéroport International

Vidéo-message en réponse à la campagne internationale contre le nouvel aéroport international de Mexico

https://www.facebook.com/quartierdeslentilleres/videos/447374175786774/

"Le Nouvel Aéroport de la Ville de Mexico signifierait pour les villages, la disparition de leur culture, de leur espace naturel, la venue de catastrophes environnementales, et l’impunité face aux crimes perpétrés par les détenteurs l’argent contre les plus modestes de cette terre. Ce qui est menacé, c’est
l’existence d’une culture millénaire dédiée à la culture des champs, car pour ceux qui détiennent aujourd’hui le pouvoir dans ce pays, “progrès” veut dire voir les paysans se transformer en serveurs de restaurant ou en porteurs de bagages, et voir les zones humides se transformer en complexes hôteliers.

Les conséquences environnementales de la construction du nouvel aéroport peuvent être qualifiées de véritable écocide : à l’heure actuelle, ce sont plus de 45 collines qui ont été dévastées afin d’en extraire les roches qui servent à recouvrir le lac, collines où sont déversées les boues toxiques du chantier de
construction. La qualité de l’air et de l’eau de toute la ville de Mexico est compromise ; le nouvel aéroport entrainera le déplacement de leur habitat naturel de reproduction de plus de 250 espèces d’oiseaux migrateurs ; ainsi que l’augmentation du risque d’inondations, du fait de la destruction du relief de la zone, entre autres conséquences environnementales.

Il faut également prendre en compte, frères et soeurs du monde entier, que les investissements de ce mégaprojet s’appuient en grande partie sur la participation du capital transnational, qui met en oeuvre des politiques mortifères sur toute la planète afin de satisfaire les appétits de la classe sociale
qui nous opprime tous et toutes de manière similaire. Dans le projet de Nouvel Aéroport, sont impliquées des entreprises qui sont accusées dans d’autres pays de faits de corruption, et qui interviennent dans la construction de l’aéroport par le biais de mécanismes de fraude fiscale (par exemple au travers des “bons écologiques”) [1], en même temps qu’ils encouragent un projet signifiant la disparition des villages de la vallée.



Notes

[1NdT : Pour financer l’aéroport, six milliards de dollars de « bons écologiques » ont été émis et diffusés par de nombreuses banques internationales dont le Crédit Agricole français. Contractés par plus de 750 investisseurs internationaux (dont Vinci), ils sont présentés comme un investissement « aidant à lutter contre le changement climatique » !!!

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Appel pour des forêts vivantes

Les forêts sont riches, diverses, complexes, bref : vivantes. Mais l’industrie aimerait les transformer en monocultures d’arbres bien alignés, faciles à récolter, maîtrisés. Partout en France, des individus, des collectifs et des associations s’activent, inventent des alternatives et défendent les forêts. Le temps est venu d’unir ces forces, pour faire front commun contre l’industrialisation des forêts !

[Morvan] Retour sur la coupe rase de la forêt du Vieux-Dun

Deux mois tout juste après la coupe rase du Vieux-Dun, Adret Morvan est revenu sur les lieux du crime. Anne Faisandier, autrice du documentaire La Forêt est à nous, a tourné une courte vidéo, histoire de montrer les ravages profonds et durables de cette pratique forestière à bannir.

Articles de la même thématique : Bétonisation

Les Jardins de l’Engrenage reviennent !?!

Rebsamen croyait s’en être débarrassé après avoir abusé de la force publique cet été : les Jardins de l’Engrenage reviennent le 17 septembre à l’occasion de la 4e vague “Contre la réintoxication du monde”.
Une partie de la nature a été détruite, mais tout n’est pas perdu ! Il est encore possible de renoncer à bétonniser entièrement l’avenue de Langres.