[Dijon] Manifestation contre la gestion de la crise sanitaire dans l’éducation



Mardi 10 novembre, près d’une centaine de membres du corps enseignant se sont réuni·es devant le rectorat à l’appel de quatre organisations syndicales : SNUipp-FSU 21, FNEC FP FO 21, Sud Education Bourgogne Solidaires et CGT Educ’action. Ils et elles ont dénoncé la mauvaise gestion de la crise sanitaire dans les écoles primaires, collèges et lycées, pendant qu’une délégation de six personnes s’entretenait avec la secrétaire générale du rectorat, Sandrine Benyahia.

Leurs revendications ? « de vraies mesures de protection (masques FFP2, tests, gel, médecine de prévention, médecine scolaire, prise en compte des personnels vulnérables...) ; le respect de nos droits et de nos statuts (notamment sur la protection) ; la création des postes statutaires et le recrutement massif sur liste complémentaire pour alléger les effectifs ; le recrutement des personnels de vie scolaire, d’AESH ; la suppression du jour de carence et la reconnaissance de la Covid comme maladie professionnelle ; l’aménagement des programmes scolaires ; un nouveau calendrier du bac qui annule les E3C et qui rétablit des épreuves terminales, nationales, anonymes et ponctuelles... » [1]

JPEG - 628.1 ko
JPEG - 413.7 ko

Illustrations via twitter @Snes-FSU DIJON



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : École

Un enfant qui ne va pas à l’école, c’est … extraordinaire !

En France, il y a quelques milliers d’enfants et de parents qui n’ont toujours pas trouvé de bonne raison de se/les soumettre à l’instruction linéaire et formelle de l’éducation nationale. Ils et elles exercent leur droit à la liberté d’instruction inscrite dans toutes les déclarations relatives aux droits humains et dans notre Constitution française.

Liberté d’instruction pour tous et toutes !

Les associations nationales et locales réunies au sein de la Coordination Pour la Liberté de l’Instruction (CooPLI) appellaient à manifester dans toutes les villes de France pour le “Maintien de la liberté de l’instruction, sans recul de nos droits” les 15, 16, 17 janvier 2021, dans le cadre du WEPLI 3 (3e Week-end Extraordinaire Pour la Liberté de l’Instruction).