Dijon : un recul des libertés publiques sur ordre du Préfet

Communiqué de presse de l’Union Syndicale Solidaires 21 suite au nouvel arrêté préfectoral en date du 12 avril 2021.

Nous avons pu observer depuis le début de la crise sanitaire avec quelle facilité déconcertante le gouvernement s’arroge le droit de restreindre une partie des libertés publiques à commencer par le droit de manifester.

En Côte-d’Or, le Préfet ne se prive pas pour suivre l’exemple gouvernemental. En effet, il vient ce lundi 12 avril de prendre un arrêté interdisant notamment la « diffusion de musique amplifiée ».

Cette décision n’est qu’une poursuite de la tentative d’interdiction de la manifestation du 16 janvier contre la loi dite « Sécurité Globale » et l’interdiction confirmée par le Tribunal Administratif ce samedi 10 avril d’une manifestation portée par le Collectif « Maskarade » aux motifs parfois très intrigants : « la liberté de manifester […], est une condition de la démocratie […]. Il doit cependant être concilié avec le respect de l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé et avec le maintien de l’ordre public. » ; et « […] pour sécuriser les festivités de Pâques ».

Cet arrêté du 12 avril est très inquiétant notamment dans la perspective de la manifestation revendicative du 1er mai. Nous espérons que les sonos présentes en manifestation ne seront pas un motif d’interdiction de manifestation ou bien encore que cet arrêté ne permettra pas de restreindre la lutte actuelle portée par le secteur culturel.

Nous appelons l’ensemble des personnes à participer, dans le respect des consignes de protection sanitaire, aux différentes manifestations contre les lois liberticides (« sécurité globale », « des principes républicains », etc...) mais aussi de participer massivement à la manifestation du 1er mai 2021.

Pour nous contacter : contact@solidaires21.org



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droit de manifester

Articles de la même thématique : Répression

Ficher pour mieux régner / Désarmons-les

Compte moral, sommier, registre, répertoire, casier et finalement « traitement de données à caractère personnel » : le vocabulaire est foisonnant pour décrire l’arme de basse intensité qu’est devenu le fichier dans l’arsenal répressif. Le système disciplinaire du capitalisme sécuritaire a toujours eu besoin d’ingrédients techniques pour contraindre les corps indociles à la bonne marche de l’ordre social. Si les fichiers clients ou les « profils » prospèrent aujourd’hui dans le marasme du Big Data, l’État puissant, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain, s’est toujours évertué à étiqueter méthodiquement ses sujets afin de préserver son pouvoir de domination.