[En images] Ouverture de local chahutée pour François Rebsamen

Après Sylvain Comparot la semaine dernière, c’était au tour de François Rebsamen d’ouvrir son local de campagne pour les élections municipales ce samedi. Comme pour le candidat (officiel) de La République En Marche, cette inauguration a été chahutée par la casserolade d’une cinquantaine d’opposants à la réforme des retraites.

Principaux griefs des manifestants : le bilan du PS entre 2012 et 2017, ainsi que la présence de quatre membres de la LREM sur la liste du candidat-maire.
François Rebsamen a annoncé sa candidature la semaine dernière, avec une liste uniquement composée de centristes (LREM, MoDem, Mouvement Radical, UDE), il y est le seul représentant du PS.

JPEG - 512 ko
JPEG - 639.8 ko
JPEG - 926.3 ko
JPEG - 642.9 ko
JPEG - 750.4 ko
Difficile de garder son sang-froid pour certains membres de l’équipe de campagne
JPEG - 816.3 ko
JPEG - 745.6 ko
JPEG - 807.4 ko
JPEG - 813.9 ko
JPEG - 812 ko
JPEG - 764.8 ko
Pierre « à la niche » Pribetich en grande forme
JPEG - 675.7 ko
Un an après les feux de sapins aux portes du palais, face à face entre le maire et un gilet jaune


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

#17 Koenders au Beauvau

Où il est question du Beauvau de la sécurité, et de la participation de Nathalie Koenders, première adjointe à la mairie de Dijon.

Articles de la même thématique : Macronisme

Frédérique Vidal, le bonsaï qui cache la forêt.

Sur le tableau, Frédérique Vidal en train de pacifier l’université française. En bas, à droite, une étudiante, de blanc vêtue, qui n’appartient pas à un groupe féministe radicalisé.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?