[Expo] « Nous et les autres. Des préjugés au racisme »

La Maison des Sciences de l’Homme de Dijon propose une série de conférences et accueille une version de l’exposition du musée de l’Homme de Paris : « Nous et les autres : des préjugés au racisme », du 3 au 14 décembre 2018.

« Le racisme n’est pas une fatalité. Il est issu d’un contexte spécifique (colonialisme, nationalisme...) et il se construit par l’action des différents acteurs de la société : les élites politiques, économiques, les intellectuels, les médias, la société civile....Lorsqu’il se manifeste, il convient de montrer les enjeux socio-politiques, les intérêts des différents acteurs de la société à activer les catégories "Noirs, Juifs, Roms, Musulmans, etc." et à aviver les sentiments de rejet de l’autre. Comprendre la construction sociale du racisme permet de s’en prémunir. Chaque citoyen est aussi un acteur de ces processus ... »
Evelyne Heyer et Carole Reynaud-Paligot (Commissaires de l’exposition)

La Maison des Sciences de l’Homme de Dijon propose une série de conférences et accueille une version de l’exposition du musée de l’Homme de Paris : "Nous et les autres : des préjugés au racisme", du 3 au 14 décembre 2018.

INAUGURATION : mercredi 28 novembre 2018 à 17h, suivie d’une visite guidée de l’exposition donnée par Carole Reynaud Paligot, commissaire de l’exposition.

- Carole Reynaud Paligot (Commissaire de l’exposition, Université de Paris 1, Université de Bourgogne), visites guidées de l’exposition : lundi 3 et lundi 10 décembre, mercredi 5 et mercredi 12 décembre à 17 heures

  • Jérôme Berthaut (laboratoire CIMEOS, UB), « Dessiner la Banlieue, représenter les habitants des quartiers populaires en BD », 4 décembre 17 heures.

- Brigitte Stora (journaliste écrivain), « De l’antisémitisme comme ancienne et nouvelle idéologie politique », 5 décembre à 15 heures

- Virginie Brinker (laboratoire CPTC, UB), « Nous et les autres : de l’Afrique, de la littérature, du rap », 6 décembre à 10 heures

- FatimaBesnaci-Lancou (historienne), « Violences coloniales en Algérie », 6 décembre à 15 heures

- Louis-Georges Tin (historien, « premier ministre de la diaspora africaine » OUA), « Violence coloniale en Afrique noire », 7 décembre à 15 heures (sous réserve).

- Bruno Laffort (sociologue, UFC), « Lecture critique de l’ouvrage de Tzvetan Todorov, Nous et les autres, une réflexion sur la diversité humaine », 6 décembre à 17 heures 30 (sous réserve).

- Rodolphe Perchot (laboratoire Psy-Drepi, UB), « Rôle de la catégorisation sociale et des stéréotypes dans l’application des phénomènes de discrimination, via des apports psycho-sociaux », 11 décembre à 15 heures

- Alain David (philosophe LICRA), « Nous et les autres : le crime contre l’humanité », 12 décembre à 15 heures

- Jean Vigreux (historien, laboratoire CGC-MSH Dijon), « Le racisme de l’armée allemande en 1940 : le temps des massacres », 13 décembre à 16 heures

JPEG - 96.3 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Xénophobie

La classe politique instrumentalise les affrontements à des fins xénophobes et sécuritaires

Les affrontements qui ont eu lieu aux Grésilles sont l’objet de diverses instrumentalisations politiques xénophobes. D’un côté, le chef de l’Etat appelle son ministère à expulser les étrangers impliqués, de l’autre, le RN de Marine Le Pen joue de son côté la surenchère en appelant même à un « moratoire sur l’immigration ». Un article de Révolution Permanente résume et analyse ces prises de position.

Stigmates : diviser pour mieux régner ?

Toutes les discriminations ont un point commun : le rejet collectif de la différence et la construction sociale du stigmate. En bref, construire les inégalités à partir des différences. Ici, avec l’aide de Naruto-kun, on aborde le concept de retournement du stigmate d’Ervin Goffman. Construction d’une identité marginale, lutte sociale, culturelle et politique, et affirmation de soi !

Préfecture, OQTF et xénophobie

Lettre ouverte d’un camarade de lycée de Guimba, un jeune Malien élève au lycée du Castel et menacé d’OQTF [1].

Articles de la même thématique : Antisémitisme

Comment renverser les Illuminati ? : en finir avec les théories du complot

Il n’y a aucun « complot » derrière l’exploitation économique, il n’y a qu’un rapport social fondé sur la propriété privée des moyens de production : celui qui possède les moyens de production n’a pas besoin de se dissimuler, et celui qui travaille, si il veut s’émanciper, n’a pas besoin de savoir si son patron est juif, catholique, de la planète mars ou membre du club d’échec de Bourg-en-Bresse.