[Dijon] « Grève surprise » au CHU



Ce lundi matin, les infirmier·es de bloc opératoire (IBODE) du CHU de Dijon se sont mis en grève. Ils et elles revendiquent l’application d’un texte de revalorisation salariale que d’autres hôpitaux appliquent déjà.

Ce lundi matin, 24 des 28 infirmier·es de bloc opératoire (IBODE) du CHU de Dijon se sont mis en grève de 7h30 à 10h et ont tracté leurs revendications au niveau de l’arrêt de tram Parc des Sports.

Ils et elles revendiquent le paiement de la NBI (Nouvelle bonification indiciaire) que d’autres hôpitaux appliquent déjà et que les infirmier·es des autres services touchent déjà.

Cette mobilisation répondait à un appel national de la CGT.

JPEG - 234.6 ko
JPEG - 220.9 ko
JPEG - 317.6 ko
JPEG - 124.7 ko
JPEG - 134.2 ko
JPEG - 327.8 ko

Photos via le compte facebook Collectif Inter-Blocs.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Services publics