Grève du 5 décembre : appel à une assemblée générale après la manif

Les membres de l’assemblée interlutte qui se réunit depuis la fin du mois d’octobre pour préparer la grève du 5 décembre appellent salariées, précaires, chômeurs, retraitées, étudiantes, lycéennes,etc., à se retrouver après la manifestation pour une assemblée générale. « Continuons le combat, ne rentrons pas chez nous ce soir pour attendre de fausses annonces gouvernementales, ne retournons pas travailler demain ! »

Appel à se rejoindre en Assemblée Générale pour continuer la suite !

Aujourd’hui, partout en France, militant.e.s et non militant.e.s, syndiqué.e.s et non syndiqué.e.s, salarié.e.s, travailleurs.euses, indépendant.e.s ou non, gilets jaunes, précaires, chômeurs et chômeuses, étudiant.e.s, lycéen.ne.s, se mobilisent, bloquent, occupent, manifestent, se rassemblent en AG !

Pour certaine.s, c’est la première fois, ou du moins la première fois depuis de nombreuses années.
Pour d’autres non.

Mais si nous sommes si nombreux et nombreuses, ce n’est pas seulement parce que nous voulons sauvegarder notre système de retraites. Si le mouvement de grève est massif, c’est parce que cette réforme injuste et destructrice n’est qu’une contre-réforme de plus qui vient s’ajouter à celle du chômage, celle de la fonction publique, celle des lycées, des écoles... et tant d’autres.

Le gouvernement a cru qu’il pouvait remplir son arsenal ultra-libéral en anti-social sans que nous réagissions. Depuis longtemps déjà des petites étincelles jaillissent de partout, des explosions que même les violences policières n’arrêtent plus...

Leur système ne tient plus, ils sont responsables de sa propre destruction. Et nous sommes ici pour construire autre chose, grâce aux espaces de liberté que nous nous créons en refusant d’aller travailler.

Nous sommes en grève, nous avons une autre vision de la société, et nous nous battrons encore et toujours pour la défendre.

Aujourd’hui ne sera pas une journée comme les autres si nous en faisons le début de quelque chose.

Alors continuons le combat, ne rentrons pas chez nous ce soir pour attendre de fausses annonces gouvernementales, ne retournons pas travailler demain !

Retrouvons-nous tous en assemblée générale après la manifestation pour échanger sur nos expériences, pour s’entraider, et pour construire ensemble un mouvement victorieux et d’autres lendemains !

Assemblée Générale
18h
Cinéma Eldorado
PDF - 1.7 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Contexte sanitaire, explosion du trafic colis, les postiers sont à bout !

« La direction de la PPDC (Plate-forme de Préparation et Distribution du Courrier) de Dijon a pris l’initiative de faire travailler les agents de Coliposte 5 dimanches et le 11 novembre avec compensation et sur la base du volontariat. Cette initiative est inacceptable ! »
Communiqué de la CGT-FAPT.

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.