Julien Odoul ment (encore) sur les jeunes migrants



L’extrême-droite a parfaitement intégré les mécanismes de l’ère "post-vérité" : un mensonge outrancier aura largement le temps de circuler et de s’inscrire dans les esprits avant l’arrivée du "debunkage". Debunkage qui par ailleurs sera forcément moins racoleur et donc moins diffusé.

Quelques mois après avoir menti sur le coût de l’accueil des mineurs non accompagnés Julien Odoul peut donc recidiver, en s’attaquant cette fois-ci aux aides touchées par les jeunes étrangers en apprentissage. Débordé par le large soutien recueilli par plusieurs apprentis guinéens menacés d’expulsion dans la région, le candidat RN aux régionales a en effet tenté d’allumer un contre-feu médiatique en affirmant que « le traitement des migrants apprentis est beaucoup plus valorisant que celui des jeunes de la région ». Il a évoqué « un cumul d’indemnités, de rémunération et la gratuité de l’hébergement », et - étant décidément né avant la honte - s’est permis d’affirmer que « nos jeunes n’ont pas les mêmes privilèges ». Histoire de nous rappeler que l’extrême-droite se nourrit de la guerre entre les plus précaires... [1]

Ce mercredi, les élus du groupe "Notre région d’avance" (centre-gauche), majoritaires au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, ont tenu à dénoncer ces affirmations.
« Ces jeunes sont pris en charge par les Départements au titre de l’Aide Sociale à l’Enfance. Ils sont considérés comme n’importe quel jeune placé, c’est-à-dire qu’ils sont hébergés et peuvent recevoir une allocation.
Tous les jeunes, français ou non, suivis par l’ASE sont aidés selon les mêmes critères. [...]
Par ailleurs, il n’y a pas d’incitation financière à embaucher un mineur non accompagné en apprentissage. » [2]

La campagne pour les élections régionales ne fait que commencer...



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

[Besançon] Harcèlement d’élues EELV par l’extrême-droite

Depuis plusieurs semaines, des élues Europe Écologie Les Verts dénoncent des vagues de harcèlement en ligne à caractère sexiste et raciste. Derrière ces injures et menaces, des groupes d’extrême-droite, particulièrements rodés à ce genre d’exercice, agissent dans une impunité totale.

Articles de la même thématique : Rassemblement national

[Besançon] Steven Fasquelle, dernier des mohicans Lepéniste

Responsable des jeunes lepénistes et assistant parlementaire, Steven Fasquelle avait tout pour briller. Il ne lui manquait que la compagnie de ses ex-camarades du RN, presque tous partis chez Zemmour. Qu’à cela ne tienne, l’épopée militante s’est poursuivie à travers la Cocarde Étudiante. Pour le meilleur, et surtout le pire. Connivences néonazies, agressions politiques, symboles suprématistes... jusqu’où le cadre a t-il fermé les yeux sur ses compères ?

[Besançon] Itinéraire d’Etienne M., second mis en cause d’un vandalisme raciste

Deux individus seront prochainement renvoyés devant le tribunal de Besançon, après avoir reconnu leur participation au vandalisme raciste d’une statue de Victor Hugo le 21 novembre dernier. Sans surprise et malgré les réserves du parquet, les suspects s’avèrent être des membres notoires de l’extrême-droite locale. Focus sur Etienne M., double zélé de cette affaire comme du milieu.

Une ancienne élue RN fait la promotion de bataillons pro russes

Un ruban de Saint-Georges au milieu du parebrise, 4 autres autocollants qui font la promotion de bataillons militaires pro russes ou de la région séparatiste de Donetsk et une cocarde tricolore « Conseil Régional » trônent bien visible sur le bord de la voiture de Karine Champy...