Koenders tente l’intimidation pour faire taire les opposants au projet Venise 2 !



« Je sais très bien où vous habitez » : Koenders tente l’intimidation pour faire taire les opposants au projet Venise 2 !

Sauvons les berges du Suzon. Réserve Urbaine de Biodiversité du Suzon
Communiqué du 15 mars 2023

Hier 14 mars, en réunion publique au centre social Montchapet, une représentante du collectif citoyen « Sauvons les berges du Suzon » a interpellé Nathalie Koenders et les élus présents, pour dénoncer les graves impacts du projet immobilier Venise 2 autorisé par le Maire de Dijon. Ce programme de 85 logements va en effet détruire 3 hectares d’un vaste espace naturel composé de près de 350 arbres adultes et d’une faune très riche et dense.

Pour tenter de décrédibiliser notre collectif, François Rebsamen use régulièrement d’une sournoise tactique de diversion, en affirmant que nous sommes des « contestataires professionnels qui n’habitent même pas à Dijon ». Affirmation fausse et ridicule, les membres du collectif étant tous bénévoles, et domiciliés à Dijon ou à Fontaine, commune limitrophe des berges du Suzon !

Mais hier en réunion publique, Nathalie Koenders est carrément passée de la diversion à l’intimidation !

Elle a commencé par affirmer que « personne aujourd’hui ne se promène dans cette zone » parce que « c’est que des ronces », montrant sa totale ignorance de la richesse du site et de ses usages !

Puis, à court d’argument pour défendre le projet Venise 2, elle a dérapé en répondant à la représentante de notre collectif : « je sais très bien où vous habitez, je vais pas le dire, je vais pas donner votre adresse. »

Le collectif Sauvons les berges du Suzon répond :

  • Affirmer publiquement connaître l’adresse de son opposante tout en disant ne pas la donner, c’est évidemment suggérer que cela pourrait être fait. Venant de la première adjointe au Maire, envers une citoyenne qui dénonce un projet de la Ville, oui ça sent la tentative d’intimidation. En tout cas, c’est détestable et cela ne doit pas se reproduire.
  • À ce jour, il y a déjà 1 784 Dijonnaises et Dijonnais (+ 200 Fontainois.es) qui disent NON au projet Venise 2 à travers la pétition « Sauvons les berges du Suzon ». Leur adresse va-t-elle être révélée à tous !?
  • Nous sommes disponibles, ainsi que nos nombreux soutiens associatifs jusqu’alors ignorés, pour débattre, sur le fond du dossier plutôt qu’en attaques indignes, en réunion publique puis devant le juge !

Collectif Sauvons les berges du Suzon

Contact presse : alerte-beton@riseup.net



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

Terre d’émeraude communauté : 11.7 Millions en 34 minutes.

Une communauté de communes qui s’engage démesurément avec une réflexion très basique. Comment un conseil de 116 élus de la République peut-il engager la collectivité sur un achat à 11,7 milllions d’euros sans aucune garantie de pérennité ?

Interdiction de manifestation : à la recherche du champignon hallucinogène

Dans son arrêté d’interdiction, la préfecture de Côte d’Or utilise l’union syndical Solidaires 21 comme l’un des éléments justifiant l’interdiction de ce rassemblement. L’arrêté indique notamment « que cet appel à rassemblement a été relayé sur les réseaux sociaux par le syndicat Solidaires 21 » mais aussi « que ces derniers mois, des manifestations organisées par des membres ou collectifs issus de l’ultra-gauche, dont le syndicat Solidaires 21, ont donné lieu à des troubles à l’ordre public à Dijon ». Hallucinant.

Articles de la même thématique : Bétonisation

A tous les soutiens, proches ou lointains, du Quartier Libre des Lentillères !

Nous vous écrivons ce texte pour vous raconter une chronologie de notre lutte de ces dernières années et la situation actuelle qui nous menace. Ce texte est long mais il décrit des centaines d’heures de réunions, de discussions, d’inquiétude, de colère... Les Lentillères sont aujourd’hui une nouvelle fois menacées, alors nous appelons tout·es celles et ceux à qui le Quartier tient à coeur à rester vigilant·es.