L’académie du mépris : les AESH méritent mieux que votre silence !

Mépris, silence, et mensonges du Rectorat de Dijon à l’encontre des personnels Accompagnant·e·s d’Elèves en Situation de Handicap (AESH).

Depuis la rentrée 2019, les AESH de Bourgogne contestent le mode de calcul de leur temps de travail hebdomadaire imposé dans l’académie pour économiser sur leur dos des postes dévolus au bon fonctionnement de l’école inclusive. Malgré la circulaire ministérielle du 5 juin 2019 fixant un cadre de gestion national des personnels AESH, le rectorat de Dijon a fait le choix de s’en émanciper et d’établir des règles à géométrie variable d’un département à l’autre, et même d’un établissement ou d’une école à l’autre, semant ainsi la confusion la plus complète dans les vies et les esprits des personnels concernés.

Des poursuites au tribunal administratif ont été engagées contre le rectorat de Dijon par des collègues AESH et le syndicat Sud éducation Bourgogne entre novembre 2019 et mars 2020 pour faire mettre fin à ce scandale.

Malgré les mémoires de plaidoirie déposés au TA [1], les services concernés de la rectrice de l’académie de Dijon n’ont pas jugé utile et respectable de répondre officiellement sur le fond du litige. Cette situation alimente légitimement le sentiment de mépris exprimé par nos collègues AESH envers le rectorat. Face à ce silence, le syndicat Sud éducation Bourgogne a obtenu du TA de Dijon le 25 novembre 2020 de mettre en demeure le rectorat de produire ses observations dans des délais « raisonnables ».

Lors d’une audience syndicale en date du 26 janvier 2021, la DG du rectorat, Mme Benyahia, a été interpellée à propos de la méprisante position qu’est le silence de ses services quant aux légitimes requêtes des collègues AESH devant le TA de Dijon concernant le calcul de leur temps de travail hebdomadaire devant élève(s), et donc de leurs rémunérations. Devant 5 représentant.es syndicaux, Madame la Secrétaire Générale a affirmé qu’il n’était pas entendable de parler de mépris envers les personnels AESH, que son service juridique était « très compétent » et avait transmis son contre-argumentaire au TA de Dijon, et qu’ils attendaient avec impatience la décision du TA pour trancher la situation.

Après contacts formels avec nos avocat.es, il s’avère que le mépris s’exprime aussi par le mensonge éhonté à l’égard de représentant.es du personnel, et donc de toutes et tous les AESH de l’académie. Aucune réponse n’a encore été à ce jour déposée officiellement au TA.

Bien que nous ayons pleinement conscience que les VRP du ministère officiant aux plus hautes distinctions rectorales ne soient guère en mesure de nous répondre sur le fond, qu’ils aient au moins la modestie et le respect de nous répondre honnêtement. Madame la Secrétaire Générale, nous vous l’affirmons, oui, mille fois oui, nous nous sentons méprisés par votre attitude !

Sud éducation Bourgogne

JPEG - 118.3 ko


Notes

[1Tribunal Administratif

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : AESH

Éducation Nationale : une mobilisation pour la revalorisation

L’intersyndicale dénonce le budget voté par le Parlement qui n’est pas à la hauteur des besoins actuels du milieu éducatif. En Côte d’or, cela se traduit même par 113 suppressions de poste dans le 2d degré en 2021. Création de postes, revalorisation des salaires, amélioriation des conditions de travail. La liste des revendications est longue...

Rassemblement de défense des conditions de travail des AESH

Appel à rassemblement des AESH (Accompagnant-es des Élèves en Situation de Handicap) le samedi 17 octobre à 14h30, place de la Libération à Dijon, à l’occasion de la journée nationale contre la précarité.
Cet appel est initié par les organisations syndicales CGT Educ’action, FSU21, Sgen-CFDT, Snudi-FO et SUD’éducation afin de mettre en relief les conditions de travail et de salaires de ces personnels.

La Gazette des confiné·es #11 - Rentrée des demi-classes, 1er mai et sorties sous surveillance

Le 11 mai s’approche, date virtuelle d’une rentrée des classes sous surveillance et dans des conditions flippantes. Les plans du gouvernement et de son conseil scientifiques pour endiguer l’épidémie sont aussi angoissants : ils préfigurent plus des sorties limitées au travail et surveillées à grand renfort d’informatique qu’une véritable libération. Mais avant le 11, concentrons-nous sur le 1er mai !

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.