L’impossible manifestive : retour en images sur le rassemblement de ce samedi, et sur sa répression



Samedi 3 avril, le collectif de soutien à la Maskarade Bourgogne Franche-Comté appelait à une nouvelle après-midi de « manifestive » dans les rues de Dijon. La manifestation étant finalement interdite par le préfet - décision confirmée par le tribunal administratif - les organisateur·ices invitaient à aller soutenir les occupant·es du Grand Théâtre.

Ce weekend on a encore muselé un peu plus la culture, nous nous sommes battus pour que notre manifestive ai lieu, nous avons été tout simplement les dindons d’une farce qui n’a que trop duré.
On nous interdit de manifester car y aurait pas assez d’effectifs de police pour encadrer la manif , la blague on gère très bien nos manifs, pas besoin de flics au service d’un gouvernement qui veut imposer ses lois liberticides et sécuritaires et puis quand on voit le nombre de CRS déployé dans Dijon pour empêcher cette manifestation on se demande de combien de CRS la préfecture avait besoin pour sécuriser une manifestive qui s’est toujours bien déroulée.

On a alors voulu rejoindre le théâtre pour soutenir les occupant.es présent depuis quelques semaines, nous avions vu prévu cela en amont, c’était notre plan B et nous avions leur accord pour faire un discours et passer quelques tracks techno, nous serions repartis ensuite ou serions resté devant le théâtre mais en tant que simple participant.es et là alors que de la musique commençait à sortir de deux petites enceintes les flics sont arrivées et ont demandé que la musique soit coupée sinon saisie, il était 14h20.
Ils sont resté là tout l’après-midi passant au travers de la foule... Intimidation de la population ?
Vers 16h ils sont une nouvelle fois intervenu pour menacer de saisir les instruments d’un groupe de personnes faisant du ukulélé devant le théâtre, aberrant tout simplement !

Cependant on ne baisse pas les bras et on prépare déjà la prochaine manifestive qui aura lieu mi-avril.

Conscience Nocturne

En images

JPEG - 684 ko

Après quelques minutes de musique, les flics interviennent, menaçant d’attaquer le rassemblement si la musique continue.

JPEG - 698.5 ko
JPEG - 709.3 ko
JPEG - 733.9 ko
JPEG - 754.1 ko
JPEG - 780.1 ko
JPEG - 791.9 ko
JPEG - 603.9 ko
JPEG - 524.5 ko

Par groupe de 3 ou 4, les flics circulent au milieu du rassemblement pour faire vider les canettes et obliger à porter le masque.

JPEG - 511.8 ko

Le sentiment de ce rassemblement c’était donc le malaise. Un malaise encore accentué par la présence des « masques blanc », un collectif informel qui semble cocher toutes les cases de la critique superficielle et mensongère des réseaux conspirationnistes.

JPEG - 381.4 ko

Les manifestant·es se sont finalement dispersé·es en petit groupes. Plus tard dans l’après-midi les flics ont continué leur activité de parasitisme en harcelant toute forme de rassemblement, excepté bien sur les files d’attentes devant les commerces de la rue de la Liberté. Ici des joueurs de ukulele, là des groupes de jeunes assis sur l’esplanade du port du canal.
Vendredi soir on apprenait que des ministres ont participé à des dîners clandestins de luxe, dans un restaurant des beaux quartiers parisiens où personne ne porte de masque.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droit de manifester

Au Sénégal, des visages et des noms sur les morts de la répression

Alors que le pays est entré dans une crise politique inédite qui risque d’aboutir à de nouvelles violences, après l’annulation de l’élection présidentielle par Macky Sall, un collectif de journalistes sénégalais a documenté la répression des manifestations de juin 2023. Le projet « CartograFreeSenegal » retrace l’histoire et les circonstances de la mort d’une partie des 29 victimes recensées.

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.

Articles de la même thématique : Covid 19 - État d’urgence sanitaire

C’est l’hopital qui m’a rendu malade

W. nous propose ici le récit de son parcours de soignante, de 2013 à 2023. Alors qu’actuellement, elle se relève à peine d’une grave période d’épuisement professionnel, elle revient sur la crise de l’hôpital, qui, bien avant le Covid, commençait déjà à ronger les institutions médicales au nom du capital.

La Révolution Ne Sera Pas Validiste !

Je suis épuisée. Je suis en train de lire une autre longue liste de justifications pour ne pas se masquer de la part d’une personne qui s’identifie comme étant de gauche. La plus souvent répétée ? C’est comme ça, il faut juste l’accepter. Il n’y a rien que nous puissions faire. Il n’est tout simplement pas réaliste d’éliminer le COVID.