La « chimie verte » et ses boniments

Dans la famille développement durable, voici la petite dernière, la chimie « verte » et son outil « d’avenir » la bioraffinerie et son cortège de boniments : « économie circulaire », « écologie industrielle », « bio-économie »... De la raffinerie de Mède (étang de Berre) au projet de Vichy-Montpertuis à la forêt limousine. Le site d’information limousin "La Bogue" revient sur ce drame écologique.

« En 2016, la raffinerie de la Mède (étang de Berre) commençait sa transformation en bioraffinerie. Mêmes installations, même type d’activité et de production (carburant) mais le diesel produit est devenu biodiesel car l’huile végétale (issue d’huile de palme) a remplacé le pétrole comme matière première. Les conséquences sociales et environnementales de l’économie de plantation de palmiers à huile dans les pays tropicaux sont bien documentées. Inutile de développer. En France, les agriculteurs de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA ; les copains de ceux qui bastonnaient à Sivens) n’ont pas apprécié que Total importe de l’huile de palme plutôt que d’acheter leur colza. Blocage de la raffinerie. Mais regardons donc du côté des bioraffineries traitant de la biomasse d’origine agricole locale. Un excellent exemple se trouve en Champagne : la bioraffinerie de Bazancourt [1]. Les expressions consacrées « bioraffinerie intégrée » et « territorialisée » en résument les caractéristiques [...] »

Lire la suite sur le site d’information du Limousin La Bogue

La « chimie verte » et ses boniments

Une analyse de la chimie « verte », la bioraffinerie et son cortège de boniments : « économie circulaire », « écologie industrielle », « bio-économie », ... à partir d’un projet à Montpertuis, aux alentours de Vichy.

A lire sur La bogue


Articles de la même thématique : Agriculture bio

[En images] Prise de terre contre la réintoxication du monde

Depuis mercredi 17 juin, deux hectares de terre situées Avenue de Langres sont occupées et commencent à être transformer en jardins collectifs. Retour en image sur la journée d’occupation qui répondait à l’appel national contre la réintoxication du monde, à travers deux séries de photos.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.

Les rendez-vous de l’université populaire et buissonière de Risomes à Mâlain

Les conférences-débats de l’Université Populaire et Buissonnière de Risomes sont avant tout des moments de découverte et de partage, autour d’un livre, d’une idée, d’un projet. Ouvert à toutes et tous, les thèmes abordés sont souvent liés à l’écologie politique, l’agriculture alternative, les luttes et expérimentations sociales. Voici la programmation pour le projet semestre.

Articles de la même thématique : Biotechnologies

Apprendre du virus

Traduction sauvage et improvisée d’un article de Paul B. Preciado paru en Espagnol. « La guérison ne peut pas être un simple geste de retrait du social, de fermeture de la communauté. La guérison ne peut que résulter d’un processus de transformation politique. »

Centrale solaire de Picarreau, c’est parti !

Dans le Jura, la zone cadastrale ZE 57 du petit village de Picarreau, située à 14 kilomètres au nord-est de Lons-le-Saunier et à 8 kilomètres au sud de Poligny, est destinée à accueillir une centrale solaire photovoltaïque, énième projet du capitalisme vert.

Soirée autour du projet « Semences buissonnières »

Alors que la plupart des semences commercialisées sont brevetées et non-reproductibles, certains irréductibles produisent des semences libres. Celles-ci permettent de faire un pied-de-nez à l’agro-industrie et d’enclencher une réappropriation de nos existences.