La musique libère ne l’enfermez pas !

Nous, collectifs organisateurs et participant.e.s d’évènements culturels alternatifs bourguignons et franc-comtois, aujourd’hui, communiquons afin de soutenir les organisateur-trices et participant.e.s de la soirée « La Grande Maskarade » qui s’est déroulée dans la commune de Lieuron (35) durant la nuit du Nouvel An et souhaitons nous aussi nous exprimer suite à l’acharnement politique et médiatique de ces dernières semaines.

Depuis mars 2020, nombres de soirées, de festivals et de concerts ont été annulés ou reportés. Il en a été de même avec les fêtes libres. Ce mode d’organisation ne fait pas de nous des irresponsables. Nous ne sommes pas les responsables de la propagation de ce virus et nous refusons d’être les boucs émissaires de nos dirigeant.e.s.

Nous estimons donc, en ces temps difficiles, que cette soirée était légitime malgré le contexte de crise sanitaire. Au-delà du virus, les conséquences de 9 mois de restrictions sociales mettent en danger la santé psychique des jeunes et moins jeunes. Nous pensons alors que les loisirs, la culture et la sociabilité sont des indispensables à la bonne santé mentale. Le travail et l’ouverture des commerces ne suffisent pas au bon équilibre psychique et physiologique.

Ces freepartys ou fêtes libres sont de véritables lieux d’échanges et de sensibilisation où chacun.e.s se sent humain.e.s, où l’on partage des valeurs telles que la bienveillance, le non-jugement, la solidarité, le respect de soi, de l’environnement et des autres, ou chaque participant.e.s est acteur, actrice de la soirée. Malgré tout, la fête libre n’est pas un monde utopique au sein duquel il n’y a pas de problèmes de violence, de discriminations, d’agressions et la popularité grandissante de ce mouvement fait et fera que nous devrons sans cesse nous remettre en question. C’est pourquoi nous collaborons avec diverses associations telles que des associations de prévention et réduction des risques qui informent et conseillent les participant.e.s sur les risques liés aux pratiques festives ; mais également avec des associations qui luttent contre les violences sexistes et sexuelles et qui promeuvent une culture du consentement et élaborent, avec les organisateurs.trices, des chartes, protocoles afin de réagir au mieux face à ces agressions et comportements.

Nous sommes avant tout des personnes qui ont une vie comme tout un chacun en France. Nous sommes étudiant.e.s, avocat.e.s, caissier.e.s, caissières, commerçant.e.s, coiffeur-euse.s, agents de production, graphistes, caristes, cuisinier.e.s, profs, lycéen-ne.s, brancardiers, infirmier.e.s, etc... et nous ne pouvons accepter ni les accusations ni les préjugés dont nous sommes trop souvent victimes.

Covid ou pas, la fête libre est depuis ses débuts victime d’une répression incessante par les pouvoirs publics, comme ça l’a été avec l’amendement Mariani en 2001. Les gouvernements successifs ont systématiquement privilégié l’interdiction et la répression plutôt que le dialogue.

Nous dénonçons les saisies de matériel personnel sonore des organisateurs et des artistes venus jouer qui sont devenues des pratiques faciles de pression pour dissuader notre culture d’exister. Nous dénonçons les peines démesurées que nous subissons régulièrement. Nous dénonçons toutes les formes de répression de notre mouvement et de nos goûts culturels et musicaux. Nous dénonçons les interdictions systématiques à chacune de nos demandes d’autorisation d’écouter et de danser sur la musique qui nous plaît alors que nous faisons tout pour que tout se passe bien : nous veillons aux normes sanitaires, à la protection de la faune, la flore et des êtres humains présents sur le site.

Nous dénonçons les accusations portées à l’encontre de l’association Techno+ par la droite. Nous conseillons d’ailleurs à chacun.e qui porterait ce genre d’accusation de venir passer du temps avec eux (ou d’autres associations de prévention et réductions des risques) afin de constater tout le travail et l’investissement de leurs bénévoles. Aujourd’hui la fête libre est l’un des seuls endroits où l’on peut retrouver ce genre d’associations à chaque soirée, des associations reconnues d’utilité publique, des associations qui se déplacent quand on a besoin d’elles - que la soirée soit légale ou pas, petite ou grande.... Des associations qui ne prônent pas la consommation mais la prévention, qui ne jugent pas les consommateurs.ices mais qui les accompagnent, les conseillent sur leurs pratiques, leurs distribuent du matériel (tels que des bouchons d’oreilles et des préservatifs, etc).

Nous soutenons activement les 9 personnes inculpées et avons une pensée toute particulière pour « Tristan » (casier vierge) qui a dormi en prison 20 jours et encourt 10 ans de prison ferme requis par le procureur. Nous soutenons également les 8 autres personnes qui sont sous contrôle judiciaire et qui encourent également 10 ans de prison ferme. Un acharnement politique flagrant, une liste de chefs d’inculpations jamais vue pour simplement être soupçonnés d’avoir organisés une fête : 16 chefs d’inculpation sont retenus contre les présumés organisateur-trice.s.

Nous sommes les responsables tout trouvés d’un pouvoir en place qui, pour détourner l’attention sur son dysfonctionnement, impose des lois liberticides et justifie des violences policières abusives que nous subissons bien trop souvent : paix à Steve...

En conclusion, nous, collectifs organisateurs et participant.es d’événements alternatifs de la région Bourgogne Franche-Comté appelons au soutien et à l’entraide pour que la musique et la culture survivent quelques soient nos goûts. Nous demandons l’abandon de toutes les charges contre les personnes actuellement inculpées et la restitution du matériel saisi.

Nous constatons avec regrets que peu importe nos idées, nous ne pouvons ni nous amuser, ni nous divertir, ni nous sociabiliser.

Quelques uns ont pu le faire : Soutenons les avant que les loisirs et la culture ne disparaissent.

Le Comité de Soutien à la Maskarade Bourgogne Franche-Comté
Conscience Nocturne / Cohésion Sonore / Mamatek Sound System
Indaloop / Conscience Sonore Records / MerQtek /Ojika Hifi / MCC Sound
Skanky Yard / Dubatriation / D2S hifi / MDK Sound System / IDL Event
CHS Organisation / Association Culturelle des Petits Escargots Écolos
Gueulatek Sound System / BTT Crew / FraTaTeK Sound System
Gnomik Tribe /ATM Sound System / Obadiah Sound System
OneWay Sound System / Mysticwood Soundsystem / Anim@tech
Espace Autogéré des Tanneries /DUB Shilom / Gang Reine
Burgund Acideries Family’s / FreeKc Sound 6tem / Electro-Story
Jekos Sound System / Unlock Your Mind Association
Enfants D’la Plaine Sound System / Les P’tites Roulottes / Les Rainettes
FMR- Robotek / Ekletik Sound System / LCF Sound 6TM
Marchand’ D’Bass System / Trainiauds Sound System
Noiz’1’Pakt Sound System / ODS / PerQT Family / Érozif Sound System
Les Z’1fames / Kronik’art / Caarud 52 L’Escale
Collectif Ensemble Limitons les Risques / Psy-Zink / La Mistoufle

Rendez-vous ce Samedi 30 Janvier 2021 à 14h Place de Libération à Dijon



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Free Party

Free party de Couchey : « Free music for Free People »

Retour sur la free party qui a été organisée ce week-end dans un entrepôt désafecté dans la zone industrielle de Couchey (21), évènement qui a fait couler beaucoup d’encre dans la presse et a eu droit à quelques passages dans les JT. Comme à chaque fois, les informations qui sont diffusées sont manipulées et répétées sans vérification des sources. C’est pourquoi nous - organisateurs, organisatrices - souhaitions donner notre vision sur ce qui s’est passé.

Articles de la même thématique : Fêtes

Manifestive acte 2 : Décrétons l’état d’urgence culturel

Acharnement judiciaire contre la fête libre, chars censurés dans de nombreuses villes, manifestations interdites, répression policière… L’arsenal judiciaire bat son plein pour étouffer toute mobilisation autour de la fête libre. Nous répondrons avec nos basses et nos caissons pour une nouvelle manifestation samedi 6 mars !

[En images] Marche des libertés à Chalon-sur-Saône

Samedi 27, environ 500 personnes ont manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône pour protester contre les lois liberticides (« sécurité globale », « contre les séparatismes », fichage, etc.). Parmi les manifestant·es, beaucoup répondaient à l’appel du comité de soutien à la Maskarade, dont le camion-sono a rythmé le cortège.

Récit et photos de la vélorution et de la free party du port du canal

Samedi 20 février, un nouvel évènement de soutien aux inculpé·es de la Maskarade - la free party qui a eu lieu le soir du nouvel-an à Lieuron - avait lieu à Dijon. Pas de manif derrière les camions sonos cette fois-ci, mais une vélorution sonore, suivie d’une free party.