Les gilets jaunes manifestent contre les violences policières

Lundi soir plus de 150 gilets jaunes se sont rassemblés pour dénoncer les violences policères et l’acharnement judiciaire à leur encontre. Ils demandent l’interdiction de plusieurs armes de la police, et l’amnistie de tous les gilets jaunes interpellés.

Ce lundi soir, un rassemblement contre les violences policières et l’acharnement judiciaire à l’encontre des gilets jaunes était appelé à 18h, place de la république.

Plus de 150 personnes ont répondu à cet appel. L’organisateur de la manifestation a d’abord expliqué sa démarche : accusé par la préfecture d’être l’organisateur de manifestations non déclarées, il a d’abord déclaré un parcours partant de la Cité Judiciaire. Celui-ci lui a été refusé, et un parcours partant de République direction Wilson (sans passer par la case centre-ville) lui a été imposé. Un arrêté préfectoral d’interdiction de manifester a ensuite été pris pour plusieurs rues, et les forces de l’ordre ont refusé toute négociation sur le parcours, menaçant d’interpeller toute personne entravant la circulation. La manifestation aura donc lieu sur les trottoirs.

JPEG - 443.3 ko

Ont ensuite été rappelés les nombreux cas de violences policières constatées ces dernieres semaines : Zineb Redouane, tuée le 1er décembre par une grenade lacrymogène, ainsi que les nombreuses personnes éborgnées par des tirs de LBD lanceurs de balles de défense »), ou ayant eu la main arrachée par des grenades GLI F4. Les manifestants réclament l’interdiction immédiate de ces armes, ainsi que l’amnistie de tous les gilets jaunes interpellés.

JPEG - 574.1 ko

Le cortège s’est donc rendu jusqu’à la place Darcy en empruntant les trottoirs. On a pu entendre des slogans comme « police partout, justice nulle part », « la police mutile, la police assassine », « mais que fait la police ? Ca crève les yeux », ou encore « elle tue, elle traque, faut supprimer la BAC ».

Place Darcy la dispersion officielle de la manifestation est annoncée, après un message de solidarité pour les gilets jaunes attaqués par un groupe fasciste pendant l’acte 11 à Paris.
Une projection est improvisée sur la Porte Guillaume, exposant les images - choquantes - de quelques-unes des personnes blessées par les armes de la police depuis le 17 novembre.

JPEG - 599.1 ko
JPEG - 561.1 ko
JPEG - 578.5 ko

La centaine de personnes présentes est ensuite repartie en manifestation, en passant par la rue de la Liberté, jusqu’à la Préfecture, où, au grand étonnement de tout le monde, aucun policier ne se trouvait. Ces derniers ont mis plusieurs minutes à arriver, au compte-goutte et fanfaronant, malgré le ridicule de leur mission : sécuriser un bâtiment devant lequel les manifestants étaient rassemblés tranquillement depuis 10 minutes.

JPEG - 475 ko
JPEG - 560.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Fête de la musique aux jardins de l’avenue de Langres

Fête de la musique libre et pirate contre les violences policières Aux jardins libérés de l’avenue de Langres
Il y a un (...)

Articles de la même thématique : Justice

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Batterie Ministérielle - (De la gestion sanitaire à la Maison d’arrêt de Massama)

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.