Visite de Bruno Lemaire en Haute-Saône : la préfecture fait pression sur France 3 pour que le ministre ait son direct


Doubs

Le 19 février, France 3 Franche-Comté s’est vue menacée de ne pas pouvoir terminer un tournage si Bruno Le Maire n’était pas en direct dans l’édition de la mi-journée.
Communiqué de l’intersyndical CGT-SNJ-SUD

Les journalistes ne sont pas aux ordres de la préfecture ou du gouvernement !

Nous ne sommes ni en Pologne ni en Hongrie. Nous sommes en France. Mais en France aussi le pouvoir s’arroge le droit de rappeler à l’ordre la télévision de service public.

Généralement, les reproches et les injonctions s’opèrent de manière feutrée, sans heurts, avec la persuasion de la communication « positive ». Pas en Haute-Saône où l’on a préféré travailler, pourrait-on dire, à l’ancienne.

Ce qui s’est passé le 19 février en Franche-Comté fleure bon les années 60 et l’époque où les conducteurs de JT étaient validés par la préfecture.

Ce jour-là, le ministre de l’économie et des finances Bruno Le Maire devait notamment visiter l’entreprise Crossject d’Arc-lès-Gray. Un déplacement express, décidé au dernier moment, et dont la préfecture de Haute-Saône ne veut pas révéler le contenu aux rédactions.

Impossible d’obtenir des précisions, mais le ministère et son relais préfectoral ont décidé que Bruno le Maire serait en direct dans l’édition de la mi-journée de France 3 Franche-Comté.

Devant le peu d’empressement de la station de Besançon à répondre, la préfecture change de ton la veille de la visite ministérielle. Elle avertit cette fois des journalistes du bureau de Vesoul qu’elle pourrait bien s’opposer au tournage en cours d’un magazine avec les gendarmes du département, si une équipe n’était pas dépêchée le lendemain.

Le 19 février, les spectateurs découvrent donc Bruno Lemaire en direct dans le journal. Un choix éditorial, selon la rédaction en chef. Nous ne contestons pas cette décision, mais cela n’excuse en rien le chantage exercé par la préfecture de Haute-Saône.

Demander un reportage est une chose, menacer d’interrompre un tournage pour l’obtenir, c’est grave.

Les syndicats CGT, SUD et SNJ de France 3 entendent rappeler que nous ne sommes pas des valets de la préfecture. La pression exercée sur la rédaction de France 3 Franche-Comté relève d’une autre époque, celle où stagnent visiblement les responsables de cette affaire, qui ont si peu conscience de la notion de liberté de la presse qu’ils en ont même oublié d’être discrets.

Nous attendons également de notre direction régionale qu’elle rappelle à la préfecture de Haute-Saône le respect dû au travail des journalistes et à leur indépendance.

Besançon, le 1er mars 2021
CGT SNJ SUD

PDF - 55.4 ko
Communiqué « Les journalistes ne sont pas aux ordres de la préfecture »


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Médias officiels

Autodéfense intellectuelle : contre le mépris de Pierre Statius

Dans le journal du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) du 1er août, un enseignant chercheur en philosophie politique à l’Université de Franche-Comté, nommé Pierre Statius, a eu l’occasion de cracher sa haine envers nos classes populaires. Pendant une demi-page, ce pseudo-philosophe développe une idéologie bourgeoise et macroniste composée de mensonges grossiers, de sophismes et d’interprétations malhonnêtes. De plus il se permet de traiter les manifestants anti-pass comme des enfants gâtés et idiots.

Les classes populaires sont effrayantes ! L’Est Républicain préfère rencontrer des fantômes

Les médias dominants ne savent plus quoi inventer pour détourner la population des luttes sociales. A l’heure où la crise économique se fait durement ressentir au sein de nos classes populaires, qui souffrent en silence, le journal du Crédit Mutuel (L’Est Républicain) accorde une page entière à une « enquête » sur les fantômes dans le château de Châtenois (88) dans l’édition du samedi 7 août.

Esprits libres et révoltés, au prix de la boue, des murs, et du sang

La semaine dernière, un comtois incarcéré à Nancy a été admis aux urgences dans un état grave. Un incendie venait de se déclarer dans sa cellule, sans que l’on sache encore les circonstances exactes de ce sinistre. Condamné en première instance pour avoir détérioré une antenne-relais dans le Jura en avril 2020, cet énième incident s’inscrit comme l’épilogue d’une longue et odieuse chronologie. Le traitement policier, judiciaire, et médiatique, qui lui a été réservé, apparaît bien sur comme une évidente infamie. Mais c’est aussi le symptôme d’un système, dont la monstruosité se dessine à travers le temps et les résistances. Loin des plateaux-télés et autres directs sur les réseaux sociaux, c’est ainsi que sont réellement traités les contestataires les plus résolus et prolifiques.

Articles de la même thématique : Presse locale

Sources et ressources de la presse locale : la loi du marché ?

Vous trouvez que les articles de la presse locale sont plats, vides, creux ? Que le point de vue policier est omniprésent ? Bref, que la qualité des journaux locaux est de plus en plus médiocre ? Ne blâmons pas trop vite les journalistes, mais intéressons-nous de plus près à la gestion capitalistique des médias à l’heure des coupes budgétaires !