Loi sécurité globale : les manifestations à venir en Bourgogne Franche-Comté

Plusieurs manifestations contre la loi « sécurité globale » sont annoncées dans les jours qui viennent, avec un premier rendez-vous national ce samedi.

  • Changement de lieu et d’heure pour la manifestation dijonnaise

    Suite à une décision préfectorale la manifestation aura finalement lieu place de la République à 14h30.

    5 décembre - Manifestation contre la loi sécurité globale

    Une Marche des libertés contre la loi Sécurité globale aura lieu ce samedi à Dijon. Rendez-vous à 14h30 place de la République.

    7 décembre 2020

Samedi 28 novembre

Dole : 14h30 avenue de Lahr
Lons-le-Saunier : 10 h 30, place de la Liberté
Montbéliard : 14 h, rue des Febvres

Les organisations du Jura soussignées, expriment leurs plus vives préoccupations après l’adoption en première lecture par l’Assemblée nationale le 24 novembre de la proposition de loi dite « pour une sécurité globale ».

Le Jura n’a heureusement pas été le théâtre de violences policières caractérisées ou d’entraves manifestes à liberté de la presse, mais a connu des procédures abusives engagées à l’encontre de gilets jaunes, constituant des atteintes à la liberté de manifester. Et des Jurassiens ont été témoins, parfois victimes, de tels agissements hors du département.

L’adoption définitive de la loi entraînerait son application sur tout le territoire donc y compris dans le Jura en même temps qu’elle constituerait une régression inacceptable de l’état de droit dans notre pays. Jugez plutôt :

Interdiction de filmer et photographier accordée de facto aux policiers qui seraient libres d’interpréter si les preneurs d’image ont ou non l’intention de leur nuire,
Possibilité pour les drones de filmer les manifestants et l’intérieur des domiciles privés,
Visualisation directe des salles de commandement des images enregistrées par les caméras-piétons des forces de l’ordre, synonyme de possibles atteintes à la vie privée,
Privatisation de missions de sécurité relevant de l’Etat,
Transferts de charges de la police nationale aux polices municipales,
Mise en place de la reconnaissance faciale, à l’origine de nombreuses erreurs dans les pays où elle existe ou est expérimentée, prélude à une surveillance électronique absolue...

Le projet de loi de sécurité globale, attaque violente contre la liberté d’information, d’expression, et de manifestation induit une société de la surveillance et du contrôle. Il met en péril la démocratie et dessine les contours d’un État autoritaire très inquiétant.

Les premières alertes ont conduit le gouvernement à concéder quelques aménagements mineurs du texte, mais son orientation liberticide est inchangée. Il vise à contrôler sévèrement les citoyens et encadrer étroitement tant les journalistes professionnels que les photographes-vidéastes amateurs. C’est ainsi que le Schéma national de maintien de l’ordre, publié dès septembre par le ministère de l’intérieur, recommande fortement aux journalistes de se faire accréditer par les préfectures pour pouvoir couvrir des manifestations, et leur enjoint d’obéir aux sommations de dispersion, ce qui revient à les assimiler à des manifestants. C’est sur cette base qu’un journaliste de France 3 a fait une nuit de garde à vue le 17 novembre.

« Les lois inutiles affaiblissent les lois nécessaires », soulignait Montesquieu au 18e siècle. Les menaces visant les policiers, que la loi sécurité globale prétend réprimer, sont ainsi déjà passibles de poursuites judiciaires. Quant aux entraves à l’exercice du journalisme, elles sont contraires à toutes les valeurs qui fondent notre démocratie et aux engagements internationaux de notre pays. Tout cela a été dit et répété par toutes les organisations syndicales de journalistes, par la plupart des éditeurs de presse, par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, par la Commission européenne, par la Défenseure des droits, par la presse internationale...

Il est utile de rappeler que la police, dans une démocratie, est au service des citoyen-ne-s et doit respecter les libertés de manifester. Faut-il rappeler les articles 12 et 15 de la Déclaration Des Droits de l’Homme et du Citoyen qui est en préambule de notre Constitution :

article 12 : la garantie des Droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique, cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée ;
article 15 : la société a le droit de demander des comptes à tout agent public de son administration.

Nous, organisations du Jura, demandons aux sénatrices du Jura de voter contre la loi sécurité globale. Nous demandons aux députés du département, qui l’ont tous approuvée en première lecture, de se ressaisir lors du second examen.

Nous invitons les Jurassiennes et Jurassiens épris de liberté à participer, en respectant les mesures sanitaires adéquates, aux manifestations qui auront lieu samedi 28 novembre

A Lons-le-Saunier à 10 h 30, place de la Liberté
A Dole à 14 h 30, avenue de Lahr

Premiers signataires : CGT, FSU, UNSA, SNJ, SNJ-CGT, CFDT Journalistes, Solidaires, ATTAC, LDH, Libre pensée, EELV, LFI, PCF, NPA, Gilets jaunes du Jura, GDS, Confédération paysanne…

Samedi 5 décembre

Dijon : 14h devant la cité judiciaire
⚠️ L’heure et le lieu de départ ont été modifiés : 14h30 place de la République

🟥La Bourgogne Franche-Comté & alentours (BFC)

⚠️APPELGIONAL DIJON !
⭕Samedi 5 Décembre RDV à 14h00 devant le Tribunal de Dijon
Déclaration déposée en préfecture en attente de leurs réponse.

Contre toutes ces lois liberticides
Non à la loi sécurité globale
Non à la réforme des retraites
Non à la loi contre les blocus des lycéens
Et toutes les autres lois liberticides !!

Car on dit stop à tout ce qui se passe on en a marre çà suffit !
Rendez nous nos libertés fondamentales !

Salariés, bars, restaurants, discothèques, GJ, antifas lycéens retraités commerçants etc... tout le monde tous ensemble Samedi 5 Décembre à Dijon !

Texte de présentation de l’évènement facebook

JPEG - 206.1 ko

Ailleurs en France (et en Europe !)

Tous les lieux et horaires de manif sont compilé dans une carte à retrouver par ici :
https://manif.stoploisecuriteglobale.fr/28-novembre/



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Videosurveillance

Une cartographie participative de la videosurveillance à Auxerre

L’assemblée populaire d’Auxerre a récemment mis en ligne une cartographie participative des caméras auxerroises. « Les caméras de videosurveillance permettent la mise en œuvre d’une surveillance de masse et d’une surveillance ciblée forcément discriminatoire. Face à ces enjeux de surveillance de masse, la cartographie des caméras est notre première arme. »

Articles de la même thématique : Violences policières

Manifestive en Hommage à Steve

Plus personne ne peut le nier : la police brutalise, mutile, tue. Le drame de la Fête de la musique de Nantes en 2019, qui a coûté la vie à un jeune fêtard, nous a rappelé à cette odieuse réalité. Parce que nous voulons continuer à danser la tête haute où nous voulons et quand nous voulons, nous appelons à rejoindre la prochaine Manifestive Dijonnaise le Samedi 19 Juin 2021 à 14h place de la République à Dijon.

Jérôme Laronze : 4 ans déjà !

Le 20 mai 2017 Jérôme Laronze, paysan éleveur de 37 ans était abattu par un gendarme, de 3 balles, une sur le côté et deux dans le dos. 4 ans après les faits, la procédure n’avance pas ! C’est pourquoi nous nous rassemblerons devant le palais de justice de Châlon-sur-Saône à 16h30 le jeudi 20 mai 2021 pour exiger Justice et Vérité pour Jérôme Laronze !