[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Deux vigiles agressifs à l’entrée, une juge, deux assesseures, deux avocats, un procureur, deux gendarmes, un RG qui tente d’avoir l’air de rien, d’autres personnes... une 10aine de « spectateurs », et six hommes armés qui font entrer deux hommes entravés. L’un des flics a accroché à son sac à dos un petit gilet jaune en plastique.

C’est parti pour plus de trois heures. On a le droit de se rasseoir, les flics enlèvent les menottes et s’assoient. Les accusés restent debout face à la juge, dans les 35 ans, toute propre sur elle, elle cherche négligemment ses dossiers après avoir expliqué qu’elle était dispensée de masque. Ça dure un peu, elle cherche encore, se la joue cool.

Maintenant, elle énonce l’état civil des accusés, il sera suivi de leur profil psychologique. La juge échange gentiment avec les accusés, alterne questions et partages d’arguments... Sa voisine de droite, très jeune « madame parfaite » se fait moralisatrice, la 3e quadra/quinqua, fait court et sobre. Sachant que selon l’appréciation de ces 3 femmes qui « dialoguent » avec les accusés, ces derniers prendront entre 1 et 10 ans de prison. Donc que veulent dire ces échanges qui se font en réalité
pistolet sur la tempe ? Les accusés répondent facilement, beaucoup même, ont parfois du mal à argumenter. Avec le procureur et les avocats d’Orange et de McDo, rien ne leur sera épargné : la démocratie, la république, l’emploi (du McDo), le complotisme, la voie ouverte vers le terrorisme, leur intolérance, leur loi du talion, la suffisance des questions leur demandant s’ils comprennent, la négation du caractère politique de leurs actes... Même l’asso écolo absente leur réclame quelques milliers d’euros.

Les avocats ne seront guère brillants, et pendant la pause de 30mn madame la juge sympa (qui à un moment a demandé aux accusés ce qu’il pensaient des gens comme eux - les juges ) et ses deux adjointes décideront du sort des deux hommes qui ont été de nouveau entravés. Les deux ont un CAP (métal, bois...) l’un fait de l’intérim, l’autre essaye d’ouvrir un resto comme auto-entrepreneur. Les gens qui les jugent et les accusent, sont plutôt CSP + [1]et cadres fonctionnaires d’État bénéficiant de l’interdiction des licenciements (de fait).

À son retour madame la juge, qui s’évente régulièrement avec un de ses dossiers, les envoie pour 4 et 3 ans en prison. Le procureur qui avait rappelé que ça pouvait en valoir 10, en avait demandé 6, il doit être content. Les 6 uniformes armés entravent de nouveau les deux hommes et les emmènent en prison.

Madame la juge et M. Le procureur en ont encore deux à envoyer à l’ombre. En plus il fait chaud, longue journée... Mais bon, lui a une piscine à côté de sa belle et grande maison. Elle, son duplex de 150 M2 est climatisé, et puis sa bonne lui a tout préparé pour son retour du travail.



Notes

[1Catégorie Socio-professionelle +, c’est-à-dire les gens qui ont les emploi les plus hauts dans la hiérarchie social.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Procès 5G à Lons le Saunier

Ne pas laisser se dérouler les procès contre les saboteurs d’antennes-relais dans l’indifférence.

Course à la 5g, d’autres formes de lutte prennent le relais

Ce jeudi 9 juillet deux hommes seront jugés par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier, accusés d’avoir incendié le 15 avril dernier un relais téléphonique à Foncine-le-Haut dans le Jura.

Articles de la même thématique : Justice

Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.