[Lons-le-Saunier] Manif des gilets jaunes : trois personnes en garde à vue

A la suite des rassemblements de ce samedi, trois personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue au commissariat de Lons le Saunier.

C’est sur le quartier populaire de la Marjorie à Lons le Saunier, vers 15h, que les flics sont passés à l’action. Les personnes rassemblées, une vingtaine divisée en deux groupes de dix se sont rapidement fait agresser par un groupe d’une douzainne de flics, qui devant leur peu d’empressement à obtempérer, ont embarqués trois personnes et les ont placés immédiatement en GAV.

Pour l’instant nous ne savons pas où il en sont, nous essayons de mobiliser les soutiens.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Articles de la même thématique : Gilets Jaunes

Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

D’un carnaval à l’autre : Deux rendez-vous militants à Chalon

Le 19 février, contre la répression, viennoiseries et rassemblement de soutien à Sophie en procès pour avoir diffusé une image du commissaire de Chalon, détournée avec divers artifices loufoques.
Le 27 février, carna-marche des libertés, contre les nouvelles lois scélérates

De Battisti aux Gilets Jaunes : la presse, la violence et le pouvoir

Le 12 janvier 2019, Cesare Battisti était arrêté par la police bolivienne. La France était à ce moment là secouée par le surgissement des Gilets Jaunes. Deux ans après, c’est l’occasion de revenir sur le traitement médiatique appliqué à l’ex-guerillero en le confrontant à celui qui traitait du mouvement social en cours.