Manif contre le pass sanitaire : récit critique

Retour sur la manifestation contre le pass sanitaire du 17 juillet à Dijon. Récit, photos, et quelques réflexions critiques sur le fond politique de cette manif.

Samedi 17 juillet avaient lieu partout en France des manifestations contre les mesures annoncées par Macron pendant sa dernière allocution. À Dijon, des appels circulants sur les réseaux sociaux invitaient à se retrouver place de la République, à 14h. Une manif un samedi à 14h place de la Rep ? C’est peut être un peu simplificateur, mais difficile de ne pas juger cette manifestation à l’aune des manif gilets jaunes de 2018-2019. Comme on va le voir, elle y ressemblait beaucoup, pour le pire et pas vraiment pour le meilleur...

Les forces en présence

D’après le BP, 700 à 1000 personnes ont manifesté ce samedi. On va pas chipoter, c’était dans cet ordre d’idée. En terme de composition le cortège est assez intergénérationnel, très majoritairement blanc. Les grandes gueules de la manif sont autant des femmes que des mecs. Peu de personnes affichent des couleurs politiques, à part quelques personnes portant des gilets jaunes customisés, et quelques énergumènes sur lesquels on reviendra plus bas. Bref, on est sur du typiquement GJ, modèle printemps-été 2019. D’ailleurs la plupart des gens ont l’air tout à fait habitués à ce genre de manifestation bordélique et pressurisée par des flics.

Déroulement

Niveau parcours on est aussi sur du typiquement GJ : rendez-vous à République, tentative de passage rue Jean Jacques Rousseau et gazage devant le Saint-Nicolas. Après un tour de la place de la Rép on constate que toutes les issues sont bloquées. La solution dans ce genre de situation est connue et appliquée : on se disperse et on se donne rendez-vous en ville. C’est ce qu’il y avait de mieux à faire. Les flics comprennent bien ce qui est entrain de se passer mais ils n’ont pas encore trouvé de moyen militaire ou juridique pour l’empêcher, on se retrouve donc quelques minutes plus tard place du Bareuzai. Là encore la suite est un classique : départ jusqu’à Darcy, puis demi-tour vers la place de la Lib’ où un fourgon de gendarmes mobiles échoue à bloquer le cortège, puis re-demi-tour vers Darcy... C’est le moment où on commence à ne plus trop voir où tout ça nous mène, on quitte le navire.

JPEG - 376.3 ko
C’est bloqué par là...
JPEG - 311.2 ko
...par ici aussi.
JPEG - 398.2 ko
Passage place de la Lib’ après dispersion et réunion en centre-ville
Qu’est-ce qu’on fait là ?

Jusqu’ici tout va bien, mais on a commencé ce récit en disant que cette manif ressemblait surtout au pire des GJ, alors abordons le point qui fache : le contenu politique de cette manif.
D’abord on va préciser : si vous êtes un·e antivax persuadé qu’on fait face à une « épidémie-bidon », ou si vous pensez au contraire que la relance de l’économie vaut bien un dispositif de flicage en plus, vous pouvez passer votre chemin, ce qui suit n’est pas pour vous.

Alors quel était le fond précis de cette manif ? Comment les personnes présentes ont-elles interprété et traduit l’appel à manifester contre les mesures macronistes ?
Globalement les slogans couvrent un spectre qui va de l’antivax totalement conspi, à la légitime opposition au pass sanitaire. Côté conspi on croise une banderole parlant d’« épidémie bidon », des autocollants « tu as besoin de tout ton oxygène pour respirer, le masque tue », ou encore, sur une pancarte, le combo négationniste [1] « non au pass nazitaire, non à l’apartheid ».

JPEG - 847.4 ko
JPEG - 659.3 ko

Beaucoup de pancartes précisent cependant qu’elles sont contre la vaccination obligatoire, certaines personnes expliquent aux passants contrariés qu’elles sont vaccinées mais contre le pass sanitaire. Si le complotisme antivax est très présent, on ne peux pas résumer ces manif à la vague uniformément conspi/négationniste décrite par les médias et politiciens bourgeois.

JPEG - 874.9 ko
JPEG - 889.5 ko

Cette complexité (pour ne pas dire ambiguïté) transparait aussi dans les slogans repris par la majeure partie du cortège. On y entend du bon (« pass sanitaire, régime autoriaire ») et du moins bon (« -vous êtes vaccinés -on est pas vaccinés »), mais celui qu’on aura le plus entendu reste encore le très creux (donc ambigu) « liberté-liberté ». Notons aussi l’absence totale de slogan, banderole ou pancarte en rapport avec les réformes antisociales remises sur la table par Macron, les réformes des retraites et de l’assurance chômage.

Si on a donc le pire de la dérive conspi qu’on a pu observer chez beaucoup de GJ à partir de 2019-2020, on a aussi, et c’est tout aussi désolant, le retour de slogans qu’on croyait enterrés depuis décembre 2018 : une longue et pénible Marseillaise, des slogans sexistes ou homophobes par-ci par-là, ou encore la litanie des « la police avec nous » - qui a quand même un peu fait débat parmi les manifestant·es.

Peu de signes d’appartenances politiques étaient affichés dans le cortège, mais ceux présents sont révélateurs. Un seul parti était ouvertement présent : le parti d’extrême-droite Debout la France. Son dirigeant, Nicolas Dupont-Aignan fait partie, avec François Asselineau (UPR) et Florian Philippot (les Patriotes), d’une triplette de bourgeois énarques et réactionnaires engagés depuis plusieurs mois dans une politique de récupération des errances complotistes qui traversent la société.

JPEG - 885.1 ko

D’autres figures de la complosphères étaient aussi représentées, on a ainsi pu voir un t-shirt RGNR, du nom de l’association de Thierry Casanovas, gourou des « médecines alternatives » sur Youtube reconverti dans le complotisme covido-sceptique [2], ainsi qu’une pancarte faisant référence à un slogan de la mouvance complotiste d’extrême-droite QAnon [3].

JPEG - 708.9 ko
Que faire ?

La nature a horreur du vide : si on laisse la place il faut s’attendre à ce que d’autres la prennent, et on sait que quand ça concerne le Covid et sa gestion calamiteuse ca peut très vite partir dans le grand n’importe quoi. Ne laissons pas la critique des dérives autoritaire du capitalisme tardif aux gourous conspis : l’opposition au pass sanitaire mériterait l’implication de tou·tes celles et ceux qui se sont battu·es contre la loi sécurité globale.
Un nouvel appel à manifester samedi prochain circule d’ores et déjà sur les réseaux sociaux, à nous d’y porter une lutte contre l’autoritarisme débarassée du conspirationisme et des récupérations par l’extrême-droite.
À samedi !

Quelques manifestants de la tendance « Ni BFM, ni RéinfoCovid »

Samedi 24 juillet, manifestons contre le pass sanitaire et les réformes antisociales !

Ce samedi, manif contre le pass sanitaire et les réformes antisociales, à Dijon et partout en France !

25 juillet


Notes

[1Négation de l’épidémie et négation de la gravité de la Shoah ou de l’Apartheid

[2Pour en savoir plus sur Casanovas et sur les dangers de certaines pseudo-alternatives en matière de santé, de médecine, d’alimentation, voir le blog l’Extracteur

[3À propos de QAnon on vous conseille de prendre le temps de lire la longue et excellente enquête de Wu Ming 1 publiée il y a quelques mois sur lundimatin

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Complotisme

Manifestation contre le pass sanitaire : l’antifascisme dans la rue

Samedi 17 Juillet, des appels à manifester sont lancés partout en France contre le pass sanitaire, la réforme des retraites et celle de l’assurance chômage.
Aucune hésitation n’est possible. La rue doit aussi être prise par celles et ceux qui portent les valeurs de l’autonomie, de l’autogestion et de l’antifascisme.

Quelques réflexions sur la catastrophe en cours

La popularité de discours complotistes dans les pays économiquement prospères, comme des « résistances » aux mesures visant à ralentir la circulation virale, nous interroge sur la situation actuelle. Qu’est-ce qui pousse certaines personnes à considérer que cette épidémie n’est pas réelle ? Comment comprendre l’insistance sur l’idée d’un « complot » ou d’une « grande réinitialisation » qui seraient nécessairement à l’origine des mesures prises pour endiguer la propagation du virus ?

Lettre à propos de ReinfoCovid

Si nous ne rejoignons pas les "anti-masque" ce n’est pas par peur d’être traité de « complotistes » mais parce que nous nous opposons à leurs discours et au champs politique dans lequel ils s’inscrivent.

Articles de la même thématique : Confusionnisme

Le confusionnisme, un danger pour les luttes

Qu’est-ce que le confusionnisme politique ? Le confusionnisme politique est le fait que des courants conservateurs et réactionnaires, appartenant à la sphère de l’extrême droite, s’approprient et utilisent des thématiques habituellement portées par des courants situés à l’opposé de l’échiquier politique.

Les « antisystèmes », partisans du capitalisme autoritaire

La pandémie actuelle a démultiplié l’audience de personnalités et de médias « antisystèmes », défendant la liberté contre la « dictature sanitaire ». Derrière cette rhétorique se cachent souvent des individus ou des groupes dont il est clair qu’ils ne sont pas nos amis dans la lutte pour l’émancipation. Voici quelques illustrations.