Manifestation : contre les anti-PMA, la rue sera féministe !

Les anti-PMA collent affiches et stickers à Dijon pour annoncer une manifestation le dimanche 31 janvier 2021. Une riposte féministe s’organise.

2020-2021, sale période pour les libertés.

On veut nous faire sentir encore plus indésirables dans la rue. Vu comment les meufs, hommes trans et non-binaires vivent déjà un rapport de danger vis-à-vis de l’espace public, c’est un bel exploit que réussit là le capitalisme hétérocispatriarcal. Il y a vraiment de quoi désespérer, se sentir atteint.e par l’augmentation de la répression et des violences systémiques contre le corps des dominé.e.s. Le moral est attaqué, le sommeil, nos perspectives, et il faut lutter, lutter encore pour imaginer et nourrir les luttes d’aujourd’hui et de demain. L’avantage de rêver à une révolution, c’est qu’on a eu le temps de se dire que ce serait pas si simple, et pas pour tout de suite. C’est aussi l’avantage d’avoir goûté à l’action collective auto-organisée : on ne peut plus tellement envisager le monde sans.

Et puis sur les maigres heures de liberté "autorisées", on retombe sur les affiches de ceux qui veulent encore nous empêcher de vivre nos vies, en attaquant une loi déjà bien maigrichonne et imparfaite sur l’accès à la PMA pour les couples de femmes cis et les femmes cis célibataires. Et la rage nous revient, l’énergie aussi, et nous sommes prêt.e.s à riposter.

Les anti-PMA collent affiches et stickers à Dijon pour annoncer une manifestation le dimanche 31 janvier. Ces militants fascistes veulent revenir sur le contenu de la loi bioéthique qui ouvre la PMA aux lesbiennes (mais avec un processus de filiation différent de celui des hétéro, faudrait pas oublier d’être discriminant) et femmes célibataires (mais pas aux hommes trans, la transphobie d’État étant toujours aussi flagrante), et qui sera remboursée à 100%. La Manif pour Tous (car ce sont bien les mêmes) organise une manifestation nationale le week-end du 30-31 janvier, et une marche est bien annoncée à Dijon le dimanche 31 janvier 2021 pour demander le retrait de la loi.

Croyez bien que pandémie ou pas, on ne laissera pas ces séparatistes se déplacer tranquillement dans Dijon.

Cela fait des années que la PMA est objet de fantasme pour la “Manif pour tous”. La PMA existe en France depuis plus de quarante ans, et grâce à elle des centaines de milliers d’enfants sont nés depuis les années 70… mais seulement dans des familles au couple cis-hétérosexuel. Les différents gouvernements ont plusieurs fois reculé sur l’adoption d’une loi pour l’égalité d’accès au dispositif. En 1973, dans les années 80, en 1994, en 2004, en 2008, en 2014, en 2018… À chaque fois l’électorat catholique haineux a réussi à imposer son idéologie et à claquer la porte au nez de nombreuses familles.

Les anti-PMA rageux profitent de l’actualité de la loi pour diffuser leur idéologie haineuse, misogyne, lesbophobe, transphobe. Leurs liens avec l’extrême droite ne sont plus à prouver, et nous n’avons aucun mal à les percevoir comme symbole de la fascisation de la société.

Nous ne resterons pas à regarder les déambulations de ces fascistes misogynes et lesbophobes dans le centre-ville de Dijon.

Arrachons stickers et affiches, et tenons-nous prêt.e.s à reprendre l’espace public, et à forcer à la désolidarisation du mouvement. Qu’ils laissent nos corps, nos vies, nos familles et nos enfants tranquilles !

Collectif 25 Novembre



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Féministes, nous luttons contre la répression d’État

Des intellectuels et des artistes, dont Françoise Vergès, Isabelle Stengers, Paul B. Preciado et plusieurs collectifs féministes s’allient pour affirmer « leur peur et leur colère face à la course sécuritaire menée par le gouvernement », et réclamer la libération des militants arrêtés le 8 décembre 2020.

Organisations féministes, LGBTI, syndicales, nous soutenons tous les modes de lutte antiraciste

« La non-mixité est un acquis du mouvement social depuis le XIXe siècle, défendons-la pour toutes et tous ! » Un ensemble d’organisations féministes, LGBTI et syndicales demande le retrait de l’amendement sur les réunions en non-mixité racisée et de la loi « séparatisme ». La non-mixité est une pratique historique qui a permis de nombreuses avancées, et dans un contexte d’offensive raciste, « il est primordial de nous ranger aux côtés des organisations antiracistes », ajoutent-elles.

Pour un féminisme de combat : soutien à la maison pour les femmes et minorités de genre exilé.e.s !

Parce que l’irresponsabilité de l’Etat n’a jamais été si grande, les féministes en lutte ne peuvent qu’apporter leur soutien et solidarité à l’ouverture d’une maison pour les personnes exilé.e.s depuis le 7 avril. Face à l’incompétence de l’État, la violence de ses institutions, et sa répression policière sexiste, queerphobe et raciste de plus en plus violente et systématique, nous nous organisons. Nous occupons l’espace qu’on nous refuse. Pour se confiner, il faut déjà une maison.

Articles de la même thématique : Fachosphère

Génération Identitaire, suite et fin

Mardi 3 mars, le conseil des ministres a annoncé la dissolution de Génération Identitaire. Retour sur l’histoire de ce groupuscule, sa tentative d’implantation en Bourgogne, et quelques réflexions sur sa dissolution.

Les « antisystèmes », partisans du capitalisme autoritaire

La pandémie actuelle a démultiplié l’audience de personnalités et de médias « antisystèmes », défendant la liberté contre la « dictature sanitaire ». Derrière cette rhétorique se cachent souvent des individus ou des groupes dont il est clair qu’ils ne sont pas nos amis dans la lutte pour l’émancipation. Voici quelques illustrations.

Pour la libre disposition de son corps, la liberté de procréer et l’égalité des droits : un appel des groupes féministes et des organisations syndicales !

Nous, groupes féministes et organisations syndicales, voulons que la loi aboutisse enfin, et donne accès à la PMA à toutes les femmes et toutes les personnes en capacité de porter un enfant, seules ou en couple, et mette fin à l’hypocrisie actuelle qui oblige encore ces personnes à partir à l’étranger ou à se débrouiller toutes seules.