Manifestation pour la PMA : des manifestant·es attaqué·es par un groupe fasciste

Ce dimanche, en plein après-midi, plusieurs personnes ont été agressées sur la place de la République par un groupe d’une quinzaine de fascistes. Les personnes agressées se réunissaient pour manifester pour l’accès à la PMA pour toutes.

  • L’attaque revendiquée sur une page facebook fasciste

    Ce dimanche soir, l’attaque du cortège a été revendiquée par « Dijon Nationaliste » et « Vandal Besak » sur « Ouest Casual », une page facebook prisée de la fachosphère. Le post facebook est accompagné d’une photo d’une vingtaine de personnes cagoulées et tenant des drapeaux bourguignons et un drapeau fasciste (croix celtique sur fond bleu blanc rouge).

Ce dimanche après-midi, une manifestation pour la PMA pour toutes avait lieu à Dijon.
Peu avant 13h, alors que les premier·es manifestant·es commencaient à se rassembler place de la République, un groupe d’une quinzaine d’hommes cagoulés est venu agresser les premières personnes présentes. Ils ont tenté de voler une banderole, et plusieurs personnes ont reçu des coups, au moins une d’entre elles a reçu deux jours d’ITT.
Cette agression a duré plusieurs minutes, sans susciter la moindre réaction des CRS et des policiers nationaux qui étaient pourtant stationnés à l’entrée de la rue de la Préfecture. Les agresseurs ont seulement été contrôlés par les CRS, a priori sans qu’aucun d’eux n’ait été interpellé. Ils ont pu manifester librement dans la manif homophobe contre la PMA, pendant que les personnes qu’ils avaient agressé·es se faisaient gazer par les policiers. Ils ont ensuite tenté d’agresser d’autres personnes en fin d’après-midi aux alentours de la place du 30 octobre.

Une agression fasciste

Il n’ y a pas de doute sur la nature fasciste de cette agression. On l’a vu, le groupe d’agresseurs a passé la suite de son après-midi au sein de la manifestation homophobe contre la PMA. Dans une video circulant sur les réseaux sociaux, on entend aussi clairement un des agresseurs déclarer que « Cette ville elle est aux français ».

Pour enfoncer le clou, d’après le compte twitter DijonDTR, un des agresseurs a été clairement identifié comme Benjamin Lematte, membre du bureau national du PDF - un groupuscule néo-nazi - résidant à Beaune.

Agression fasciste cet après-midi contre la manif pour la #PMApourtoutes à #Dijon : une quinzaine de fascistes ont attaqué les premières personnes rassemblées dès 13h. Plusieurs personnes ont été frappées, au moins une personne a reçu 2 jours d’ITT. Les agresseurs sont des militants fascistes, parmi eux a notamment été reconnu Benjamin Lematte, membre du bureau politique du Parti de la France (néo-nazi). Videos à suivre...
Les « forces de l’ordre » sont complices de cette agression : aucune intervention alors qu’elles étaient postées à proximité et que la place est bardée de caméras de surveillance.
Le groupe des fascistes a ensuite été contrôlé par les CRS mais a pu repartir tranquillement.
Après leur manifestation ils ont donc de nouveau tenté d’agresser plusieurs personnes vers la place du 30 octobre.
Les FDO ont par ailleurs continué la tâche de ces nazillons en gazant le cortège féministe à plusieurs reprises.
Aucun mot [du préfet], pourtant toujours prompt à dénoncer les « manifestants violents ». Aucun mot non plus dans l’article du [Bien Public]

Thread de @DijonDTR.

Déjà lors de la précedente manifestation homophobe, qui avait eu lieu en octobre dernier, une vingtaine de fascistes de Dijon et des départements alentours s’étaient rassemblés. La présence de Lematte avait déjà été relevée.
Le mois dernier c’est à Chalon-sur-Saône, à l’occasion d’un rassemblement pour défendre les droits des migrant·es, que des manifestant·es avaient été victime d’une agression fasciste.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Extrême-droite

Frédérique Vidal, le bonsaï qui cache la forêt.

Sur le tableau, Frédérique Vidal en train de pacifier l’université française. En bas, à droite, une étudiante, de blanc vêtue, qui n’appartient pas à un groupe féministe radicalisé.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Articles de la même thématique : Fascisme

Agression fasciste : que sait-on des agresseurs ?

Dimanche 31 janvier, des manifestant·es pour la PMA ont été violemment attaquées par une quinzaine d’individus masqués. Que nous apprennent les images de la manifestation sur le déroulement des faits, l’identité des agresseurs, et leurs liens avec la manifestation « Marchons Enfants » ?