[Montceau-les-Mines] Liquidation d’Eolane : 77 salarié·es vont perdre leur emploi


Saône-et-Loire

Le tribunal de Chalon vient d’annoncer la liquidaion judiciaire de l’entreprise Eolane, qui fabrique des cartes électroniques et qui emploie 77 personnes à Montceau-les-Mines.

L’entreprise de Montceau-les-Mines fait partie du groupe Eolane qui comprend de nombreux autres sites. Le groupe a organisé le transfert de machines et commandes sur d’autres sites, asséchant ainsi l’entreprise pour ensuite déposer le bilan.

Depuis 3 ans, les salarié·es de l’entreprise se battent contre la fermeture du site, en demandant que l’expertise financière concerne l’ensemble du groupe et pas seulement l’entreprise de Montceau. Ils et elles ont entre autre occupé le site pendant plusieurs jours en novembre.

Pour elles et eux, cette décision de justice entraine la perte de leur emploi, mais marque aussi la possibilité pour beaucoup d’autres entreprises de déposer des bilans abusivement.

Les juges et le parquet ont validé une escroquerie de grande envergure faite par un groupe international. Dans ce contexte là, il transfère le coût des licenciements sur la collectivité. Il permet de la même manière la poursuite des abus tant par le groupe que par d’autres sociétés qui vont recopier ce modèle qui marche si bien pour eux

Alain Schleaich, secrétaire du CSE [1]


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Droit du travail

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Licenciements

[Besançon] Un représentant de section syndicale menacé de licenciement

« Leroy Merlin » à Besançon-Chateaufarine, ce sont quelques cent-quarante salarié.e.s et comme partout des conditions de travail à défendre. Après dix années d’ancienneté, Romain a décidé de s’engager en ce sens. Il a ainsi été désigné représentant de section syndicale Force Ouvrière, en décembre dernier. Un mandat qu’il entendait utiliser pour agir concrètement, alors que les prochaines élections CSE sont prévues pour 2023. Jusqu’à qu’il reçoive, il y’a quelques jours, un courrier de son employeur, le convoquant à un entretien préalable à éventuel licenciement.

La CGT réclame la reprise de la Chocolaterie de Bourgogne

Vendredi 24, à l’appel de la CGT FNAF, des ancien·nes employé·es de la Chocolateriede Bourgogne se sont rassemblé·es devant la mairie et ont déployé une banderole sur la tour Philippe Le Bon et une délégation a été reçue à la mairie de Dijon pour réclamer la reprise de l’entreprise.