Nouvelle occupation pour les exilé-es [en vidéo]

En cas de non respect de la procédure par les pouvoirs publics et d’expulsion forcée, rassemblement devant la prédecture le soir même à 18h suivi d’une Assemblée Générale place Wilson.

Après l’évacuation du squat XXL le 11 juillet et plus d’un mois de camping aux Tanneries , un immeuble appartenant à l’armée de l’air est occupé au 41 avenue de Stralingrad à Dijon.

Voici le communiqué accompagnant l’occupation rendue publique ce dimanche matin.

Communiqué du dimanche 19 août 2018

Le bâtiment situé 41 avenue de Stalingrad à Dijon est occupé depuis quelques jours par plus de quatre vingt personnes migrantes expulsées le 11 juillet dernier de l’hôtel XXL qu’ils occupaient rue des ateliers. Laissés sans solution d’hébergement, ils campaient depuis plus d’un mois sur le terrain attenant à l’espace autogéré des Tanneries.

JPEG - 236.7 ko

Ce nouveau lieu d’hébergement appartenant à l’état est laissé vacant depuis plusieurs années et sans aucun projet apparent. Sur place plusieurs dizaines de personnes proches du collectif de soutien aux personnes exilées se sont rassemblées devant le bâtiment pour affirmer leur soutien à cette réquisition et répondre à l’appel lancé par les habitants pour aider à aménager le lieu.
Il s’agit également de contrer toute tentative d’expulsion et s’assurer que les occupants bénéficient d’une procédure judiciaire contradictoire où ils pourront défendre leurs droits.

Pour rappel, les conditions matérielles d’accueil aux Tanneries étant insuffisantes au vu du nombre de personnes à héberger, le camping ne pouvait être qu’une solution temporaire. Les habitants de XXL comme on les appelle ont besoin d’une maison pour vivre. L’état ne répond pas à ses obligations d’accueil, et depuis 2012, presque tous les ans au mois de juillet la préfecture expulse. De nombreuses propriétés de l’état sont vides, cette fois ce sont les exilé-es qui s’y installent sans plus attendre.

Nous vous invitons à passer échanger quelques mots et partager un thé
dans les jours qui viennent avec les nouveaux habitants du 41 avenue de Stalingrad.

Des soutiens aux demandeurs d’asile et migrants



Articles de la même thématique : Logement

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

Signature d’une charte commune en faveur des locataires en fragilité économique

Le Mouvement Hlm et les associations nationales de locataires signent une charte en faveur des locataires en fragilité économique pendant la crise du Covid 19

Appel à la grève des loyers

La proposition d’une grève des loyers se propage depuis quelques jours, parallèlement au coronavirus, en réaction à la crise politique, économique et surtout sociale qu’il provoque, qui vient s’ajouter à ladite « crise sanitaire » qui dure depuis quelque temps.

Articles de la même thématique : Stalingrad

Les migrants expulsés de Stalingrad portent plainte contre le procureur et le préfet

Vendredi 5 octobre, une plainte collective a été déposée contre Éric Mathais - procureur de la république - et Bernard Schmeltz - Préfet de région - pour violation de domicile, suite à l’expulsion illégale du squat de Stalingrad.

Exil au Tribu

Vendredi 5 octobre, le Tribu avait invité des migrants sans logement et des membres du collectif Soutien Asile 21 à tenir un stand et à prendre la parole. Quelques photos.

Lettre ouverte à monsieur le procureur de Dijon et monsieur le préfet de Côte d’Or

Nous avons été fortement interpellés par la conférence de presse que vous donnerez suite à l’expulsion de Stalingrad, au cours de laquelle vous semblez assumer pleinement l’absence de cadre légal.