Les étudiants, profs et personnels occupent la Maison de l’Université

À la suite d’une assemblée générale qui avait lieu à midi dans le cadre d’une journée nationale de lutte contre la LPPR, une centaine de personne occupe actuellement une partie de la Maison de l’Université.

Ce jeudi midi, une assemblée générale ouverte aux étudiantes, enseignants, et personnels de l’Université de Bourgogne était appelée par plusieurs syndicats dans le cadre d’une journée nationale de lutte contre la LPPR (Loi de Programmation de la Recherche).
Les participantes à cette assemblée ont décidé vers 13h30 d’aller occuper la Maison de l’Université, siège de la direction de l’Université de Bourgogne.
L’assemblée s’est poursuivie dans la salle des actes où se réuni habituellement le conseil d’administration de l’université. L’occupation des lieux jusqu’à 22h a été approuvée.

JPEG - 493.9 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Université

La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Articles de la même thématique : Filières supérieures