[Ouche & Montagne] Un pas de plus vers une gestion publique, écologique et démocratique de l’eau

Communiqué de presse de l’association « Eau Bien Commun Ouche & Montagne » suite au passage de la gestion de l’eau en gestion publique.

Les élus de la communauté de communes Ouche et Montagne (CCOM), réunis le 15 novembre en conseil communautaire, ont majoritairement décidé de ne pas valider la proposition du président de la CCOM qui consistait à reconduire une gestion de l’eau potable par Délégation de Service Public à une entreprise privée (actuellement Suez). Par ce vote, les élus ont donc majoritairement fait le choix de reprendre la gestion de l’eau potable en régie publique inter-communale.

Nous nous réjouissons de cette décision et saluons le travail et l’engagement des élus qui depuis plusieurs mois travaillent, en coopération notamment avec notre association, sur cette hypothèse de régie publique. Car au-delà de la décision sur le mode de gestion de l’eau potable, c’est bien à une reprise en main démocratique du sujet de l’eau par les élus et les citoyens à laquelle nous avons assistée. Ce moment politique au sein de la communauté de communes Ouche et Montagne est donc aussi une très bonne nouvelle pour la vitalité de la démocratie territoriale.

L’importance de la mobilisation citoyenne

C’est le pari que notre association Eau Bien Commun Ouche & Montagne avait décidé de lancer il y a maintenant près d’un an. Convaincus de la nécessité de se ré-approprier la question de l’eau dans toutes ses dimensions, nous avons initié un travail collectif et engagé des discussions avec un certain nombre d’acteurs, notamment des élus.
En défendant la mise en place d’une régie, nous portions le projet d’une gestion publique démocratique et écologique de l’eau : une gestion budgétaire vraiment transparente où 1€ payé par l’usager sera 1€ exclusivement utilisé pour le service public de la distribution de l’eau ; une meilleure maîtrise du réseau, de son usage et des besoins de renouvellement ; la possibilité d’une gestion plus démocratique du service ; une meilleure prise en compte des enjeux écologiques en suivant une logique du long terme plutôt qu’une logique du profit.

Une étape importante, mais nous restons mobilisés

Si cette décision est très importante, le chemin à parcourir reste encore majoritairement devant nous et les délais sont très contraints. A cet égard, nous souhaitons ré-affirmer auprès des élus de la CCOM notre engagement pour continuer à co-construire des politiques publiques efficaces, à la hauteur des enjeux économiques, sociaux et écologiques auxquels nous devons faire face collectivement.
Et c’est en ce sens que nous demandons que dans la préparation, puis dans la configuration de la future régie publique, soit sérieusement envisagée la place des usagers.

L’eau aux bords du politique

Le 15 novembre 2018, les élus de la communauté de communes Ouche et Montagne (CCOM) ont majoritairement décidé de ne pas reconduire une gestion de l’eau potable par Délégation de Service Public à une entreprise privée (actuellement Suez) mais de reprendre cette gestion en régie publique inter-communale. Retours d’un collectif sur une expérience de mobilisation menée pendant près d’un an auprès d’élus et d’habitants d’un territoire en milieu (...)

30 juin 2019

Voir en ligne : www.ebc-ouchemontagne.fr


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

[Yonne] Julien Odoul ment sur les mineurs isolés

Comme le relève la rédaction de France 3 Bourgogne Franche-Comté, la vidéo dénoncant le coût des mineurs isolés étrangers dans l’Yonne, récemment postée sur les réseaux sociaux par le chef de file du Rassemblement National en Bourgogne Franche-Comté, est truffée d’erreurs.

[Chenôve] La police municipale bientôt armée

Ce lundi 28 septembre Thierry Falconnet, maire PS de Chenôve, a annoncé le recrutement de nouveaux policiers municipaux, l’elargissement de leurs horaires de travail, et leur prochaine dotation d’armes à feu.

En faveur de l’Engrenage

Dans le Dijon Beaune Mag n°82, Cyrille de Crépy, président de la société immobilière Sopirim accusait les occupant·es des jardins de l’Engrenage de « chasser les familles de la ville ». Deux lectrices de Dijoncter lui répondent.

Articles de la même thématique : Institutions

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.