Bouclier musical autour de 14 élèves expulsables

Rassemblement musical pour défendre 14 élèves dijonnais·es menacé·es d’expulsion imminente. Samedi 18 janvier à 10h30 place François Rude.

Expulsion imminente de Guimba, ancien élève du Castel, et de 10 familles du collège du clos de Pouilly, comptant 12 enfants mineurs scolarisés à Dijon.
Quadri, du lycée Eiffel, n’a pas fait sa rentrée en BTS. Le jour même, il est monté dans un charter pour son pays d’origine, où il survit depuis, sans famille ni abri.

Allons-nous laisser un jeune de plus, et douze enfants scolarisés, retrouver le danger permanent qui les avait obligés à demander l’asile a la France ?
Pour nous, enseignants, parents d’élèves et camarades de classe, cela n’est plus possible.
Que s’est-il passé pendant la « trêve de Noel » ?
Depuis trois semaines, Guimba, et une autre famille de trois enfants scolarisés, étaient assignés à résidence. Ils signaient tous les matins au commissariat de la place Suquet.
Mardi, Guimba a reçu une convocation qui sonne la fin du sursis.
Si nous nous ne frappons pas assez fort , il sera le premier à être expulsé, d’ici mardi 21 janvier.

Mais Guimba n’est pas le seul en danger à Dijon. Au collège Clos de Pouilly, pas moins de dix familles, comptant au total douze mineurs scolarisés, sont elles aussi sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire Français. (OQTF)
Leur sort à tous sera-t-il le cauchemar de Quadri, vingt ans, qui a passé le jour de sa rentrée en BTS menotté dans un charter vers le Nigeria. Aujourd’hui, Quadri y survit seul, sans ressources et dans la peur.... Et il nous dit être très inquiet, évidemment. Mais inquiet de quoi ? De n’avoir pas assez de réseau pour lire les cours postés pour lui sur internet par ses camarades du lycée Eiffel ...
Alors, ne laissons pas les treize enfants et jeunes suivants monter dans leurs charters.
Il n’est plus question pour nous d’accepter impuissants les chaises vides laissées par nos élèves.

Pour les 14 de Dijon, tous se jouera samedi matin.

Souvenez-vous de la victoire de Gvantsa. En septembre, les 7000 signature qu’elle a remises dans les bras du préfet lui ont rendu la liberté. Pour ses 14 camarades, nous en avons déjà récolté plus de 40 000. Il ne nous manque plus que de les porter en fanfare.

POUR LES 14 DE DIJON, FORMONS UN BOUCLIER MUSICAL REPUBLICAIN !
Samedi 18 janvier 10h30, place François Rude

Autour des jeunes et de leurs familles, un bouclier de camarades de classe, enseignants et parents d’élèves, de citoyens et de musiciens citoyens viendront chanter la solidarité républicaine.
Vous êtes solidaires mais vous ne vous pensez pas musiciens ? On vous fera chanter, vous verrez, ou donner de la voix. Amenez le meilleur instrument, casserole et cuiller en bois !
Sans oublier vos pancartes colorées (Sauvons/Régularisation de Guimba, Quadri, les 14 de Dijon, ou tout message plus inventif !)
Ce samedi, en faisant leur marché, les dijonnais doivent entendre, derrière nos mélodies, comment la République traitent les enfants qui montrent tous les jours qu’ils ont compris que l’école serait leur seule chance. Ne les détrompons pas.

Collectif de soutien au collégiens sans-papiers du Clos de Pouilly



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

La Gazette des confiné·es #17 - Black Lives Matter, licenciements de masse et Covid en Afrique

Cette ultime Gazette commence par l’espoir d’un soulèvement fertile contre l’oppression raciste. Et si des semaines de confinement nous avaient plus uni·es que séparé·es ? Faisons ce pari, car d’âpres combats commencent, tant contre l’immense casse sociale facilitée par les ordonnances Macron que pour faire obstacle aux grands projets inutiles et imposés. Sans parler de l’aide aux exilé·es, notamment à Lesbos.

Rassemblement en hommage aux victimes du racisme

Plusieurs associations anti-racistes dijonnaises appellent à un rassemblement mardi 9 juin à 18h place de la Libération, contre le racisme et les violences policières.

La solidarité avant tout. Vraiment ? Un regard sur les pays européens

Comment COVID-19 affecte les régimes de détention et d’expulsion en Europe.
La pandémie du Covid19 plonge tous les pays du monde entier dans une crise économique et une crise de santé publique – le virus nous affecte tou.te.s. Malgré son envergure mondiale, les États et leurs gouvernements cherchent des réponses nationales.

Articles de la même thématique : Mineurs scolarisés

[Dijon] Ciné-discussion : Oskar et Lily

Projection du film suivie d’une discussion animée par Paul Garrigues, co-animateur du groupe de travail étrangers-immigrés de la LDH et Florent Genin, vice-président de la LDH de Dijon.

Guimba au pays d’Ubu : Imbroglio franco-malien en Côte d’Or

Guimabe Coulibaly a rendez-vous mardi 21 janvier à l’Ecole nationale de Police de Paris à Vincennes. Le centre de rétention administrative (CRA) est sur place. Pratique quand on s’apprête à expulser un jeune malien de 20 ans. Retour sur sa situation depuis son arrivée en France, suivi d’un texte de sa main, et d’un texte du collectif lycée d’accueil international Le Castel.

L’année des G ? Après Gvantsa, Guimba ? Et Quadri ? Et tous les autres ?

Descriptif rapide ?
Guimba ne passera peut-être pas le nouvel an en France sauf si...
Complétez vous-même avec tous les moyens d’action à votre disposition.