Récit de la Marche des Fiertés du 27 juin 2020 à Dijon

Après ces derniers mois moroses et le choix politique du confinement qui a contraint les actions militantes,
Parce que la lutte contre les discriminations, les inégalités, pour vivre et nous épanouir dans nos corps, dans nos genres, dans nos vies… est toujours présent,
Parce que combattre ensemble le système cisgenre hétérosexiste et raciste est toujours d’actualité,
Parce que nous avons besoin d’exprimer colère, revendications, solidarité et fiertés,
Plusieurs collectifs TPGBQIA+ et féministes se sont rassemblées autour de l’organisation de ce rassemblement politique annuel.

5 ans après la dernière Pride à Dijon. 27 juin 2020. 14h. Lac Kir. Engins à roues et roulettes décorées sont au rendez-vous. Un groupe d’une trentaine de personnes tous.tes enjoué.e.s donnent le départ d’une journée déviante. Iels se découvrent masqué.e.s, peinturluré.e.s, fardé.e.s, pailleté.e.s, perruqué.e.s… visibles et libéré.e.s.
Le cortège fait de vélos, rollers et skate prend le départ. L’euphorie pousse à occuper les voies au maximum, à bouleverser le trafic, être hors normes. Des klaxons nous saluent ainsi que d’autres courtoisies moins réjouissantes. On découvre rapidement que la ville nous escorte avec une voiture DIVIA ; merci – non merci, on gère. On notera aussi les trois flics qui nous suivent bêtement à vélo, à côté de notre voiture-balai.
La traversée urbaine se poursuit vers la gare, rue de l’Arquebuse, rue Monge, rue de la Manutention, rue de Tivoli… Les habituels bruits citadins deviennent plus doux aux sons des cris rageux et du mégaphone déchaîné. Les rues se colorent de tissus arc-en-ciel, papiers crépon, laine, pancartes et fleurs. La musique nous accompagne aussi, tout comme la joie de partager cette nouvelle manière de manifester, le vent glissant sur nos sourires satisfaits.
Les roues nous transportent jusqu’aux allées du parc pour les remontées jusqu’à place Wilson. Cette dernière ligne droite est partagée entre l’impatience de rejoindre les piétons et le désir de savourer jusqu’au bout cette pride-ride. On choisit en toute allégresse de faire le tour du rond-point Wilson.

À ce même endroit, le deuxième rendez-vous est annoncé à 15h30. Du monde est déjà dans la place. Distribution de flyers (parcours, arrêts de lecture, slogans et chant) et organisation sont de mise pour les derniers préparatifs de lancement de la marche. Quelques journalistes et photographes sont là, ne respectant pas toujours le droit à l’image et l’anonymat des participant.e.s, au risque d’outing !
Les enceintes se synchronisent, le cortège à pied se forme, banderole du feu en tête porté.e.s fièrement. Les premiers slogans sont mégaphonés. Des cris et des chants affirment les identités multiples présentes. Des arrêts sont marqués pour que les colleuses laissent une trace de notre passage en toute sécurité : « laisser les femmes s’aimer », « pas de justice pas de paix », « pas de féminisme sans nos sœurs trans », « la transphobie n’est pas une opinion », « PMA pour tou.s.tes ».

Des prises de parole prennent place(s) tout au long de la marche. Le cortège inonde la place Emile Zola. Après quelques sauts dans la fontaine, il y est lu avec révolte, un texte sur la condition actuelle de la communauté LGBTQIA+ en Pologne (la situation en Pologne est expliquée en bas de cet article ). Une démonstration claire de la journée qui se partage entre joyeusetés et revendications politiques.

Prise de parole - Place Émile Zola
Explication de la situation en Pologne

Place Saint Bégnine, donne la voix à une jeune militante féministe qui vit sa première Pride. Elle crache sa colère, partage ses peurs et ses doutes identitaires, son refus de la honte. Merveilleux moments d’émotions et de mots explosifs dans sa robe à paillettes.

Prise de parole - Place Sainte Bénigne
Colère et explosion d’une première pride.

Place Darcy, le mégaphone délivre le manifeste haut en couleurs sur la bisexualité et la pansexualité, dénonçant la minorisation et la silenciation de ces deux orientations sexuelles à part entière.

Prise de Parole - Place Darcy
Défense de la bisexualité et de la pansexualité.

Place de la libération, femmage à Sarah Hegazi, militante politique égyptienne qui s’est suicidée en juin 2020, suite à l’escalade de répression, de violences sexuelles et de tortures dont elle a été victime dans son pays. Le texte se termine par une invitation à une solidarité internationale des luttes LGBTQIA+.

Prise de parole - Place de la Libération
Femmage à Sarah Hegazi

Place du théâtre, lecture du Queer nation manifesto (1990) écrit par un groupe transpédégouine radical militant.e.s d’ACT UP new-yorkais.es, outragé.e.s par la violence homo et lesbophobe dans les rues. Texte essentiel qui manifeste la rage contre ce système hétérosexiste patriacapitaliste et raciste et proclame l’ingouvernance Queer.

Prise de parole - Place du théâtre
Lecture d’un extrait de Queer Nation Manifesto

La Pride se termine, plus fièr.e.s que jamais de braver le pavé blanc dijonnais sous les couleurs du drapeaux LGBTQIA+. Les chants, slogans, cris et musiques s’élèvent de plus belle sur les derniers mètres. On se nourrit à s’en gaver de cette détermination collective.

La boucle se boucle par les déclarations revendicatives du Collectif 25 novembre et de Black Lives Matter Dijon. Les revendications sont claires :

« nous exigeons la gratuité et le remboursement intégral des parcours de transition
nous exigeons l’accès immédiat à la PMA pour toutes et tous, sans discrimination de genre (alors même que les députés viennent de rejeter l’amendement pour ouvrir la PMA aux personnes trans)
nous exigeons l’arrêt des mutilations et des traitements non consentis sur les enfants et les adultes intersexes
nous exigeons la suppression de la mention du sexe sur l’état civil
nous exigeons la dépsychiatrisation effective des trans-identités
nous exigeons une éducation sexuelle qui inclut pleinement les thématiques LGBTQIA
dans ce sens, nous appelons à une auto-organisation communautaire des luttes LGBTQIA+ à Dijon
à la fin de la famille nucléaire hétérosexuelle comme modèle unique
à une visibilisation des luttes et des personnes LGBTQIA+ »
Prise de parole - Place Wilson
Longue déclararion du 25 novembre qui revient sur l’histoire de la pride,
les solidarités intersectionelles
et l’avenir de nos luttes à Dijon !

Clap de fin. Câlin collectif. C’était coloré, bruyant, joyeux, pluriel.le.s, revendicatif, à la fois festif, politique et solidaire.

Si des jeunes se découvrant transpédébigouine, ont pu expérimenter la solidarité et ne plus se savoir isolé.e.s, le pari est gagné.

C’était une joie de partager ce magnifique moment avec toutes les personnes qui se sont déplacées pour cette journée. Merci aux assos/collectifs et ami.e.s présent.e.s pour les prises de paroles et l’auto-organisation. Merci aux copaines venues en renforts.

Et la lutte continue pour le Queeristant libre !

Rest in Pride !


Podcast Pride 2020

À partir des enregistrements pris dans la manifestation, ce petit montage de 14 minutes essaie de rendre un peu de l’ambiance de cette journée complètement inédite à Dijon.
Entre autre, on y entend des témoignages de manifestant·es, et des extraits de plusieurs prises de paroles.

Podcast - Pride 2020
Montage de son pris pendant la pride 2020 à Dijon.

Pour le télécharger,
Faites un clic droit « enregistrer la cible du lien sous » sur ce lien : Podcast Pride 2020


Sur la situation en Pologne

Nous voulons exprimer notre soutien à la communauté LGBT en Pologne,
qui est à nouveau sortie dans la rue après les paroles et les actions pré-électorales
homophobes de l’actuel président, Andrzej Duda.

« Cessons d’écouter ces idiots au sujet de certains droits de l’homme ou d’une certaine égalité. Ces gens ne sont pas égaux aux gens normaux » - a déclaré sur une chaine de TV Info un député du parti Droit et Justice, parti du président.
Andrzej Duda lors de sa campagne electorale a parlé de « l’idéologie LGBT ». « Nous essayons de nous convaincre que ce sont des gens mais c’est de l’idéologie » a déclaré le président.
Il a dit qu’il respectait « tout le monde », mais qu’il ne permettrait pas « l’idéologisation ».

Andrzej Duda a signé une déclaration de programme le 10 juin, qu’il a appelée la « carte de famille ».
Le président candidat à la réélection a déclaré que « pour chaque Etat, la famille est le fondement de son existence ». « La Carte » est un ensemble de promesses électorales liées à la famille, et une partie de ce programme attaque directement les personnes LGBT en les présentant comme une menace dont il faudrait se défendre. Le document contient aussi des sous-sections « défense de l’institution du mariage » et « protection des enfants contre l’idéologie LGBT ».

La première affirme que le mariage est une relation entre une femme et un homme – pas de possibilité de mariage pour les couples hors norme et « pas de consentement à l’adoption par des couples homosexuels ».

Dans la deuxième section nous lisons cette fois qu’il s’agit « d’une interdiction de propager l’idéologie LGBT dans les institutions publiques », « du droit des parents de décider dans quel esprit ils éduqueront leurs enfants » ou « d’une influence décisive des parents sur la forme et le contenu des activités parascolaires ». Il a également été déclaré que « ce sont principalement les parents qui sont responsables de l’éducation sexuelle ».
La dernière des dispositions, qui est censée « protéger contre l’idéologie LGBT » est la facilitation pour les parents de mener une éducation domestique en marge de l’école laïque.

« La carte de famille est un engagement que je respecterai strictement en tant que président de la République de Pologne. Ce sont les principes que je suivrai lorsque je déciderai de signer les lois adoptées par le Parlement polonais » - a t-il expliqué à la fin.

Qui suis-je dans mon pays si je ne suis pas un citoyen ?
Si je suis Ideologie, ca veut dire que je n’existe pas ?
Pensez-vous que je ne devrais pas me marier ?
Un couple de même sexe avec un enfant devrait-il quitter son pays pour vivre en sécurité ?
Est-il normal que les enfants LGBT se suicident parce que personne ne les soutient ?

La marche des fiertés en images

Retour en images sur la marche des fiertés du samedi 27 juin, une déambulation revendicative et festive. Des slogans, des pancartes, des chants, des collages, des vélos pimpés, des paillettes, et plusieurs centaines de personnes qui ont pris les rues dijonnaises pour lutter contre le cis-tème hétéro-patriarcal et pour toutes celles et ceux qui ne suivent pas la norme oppressive de cis-thème (...)

1er juillet


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes LGBT

PMA et « bioéthique » : Quel avenir pour la famille ?

Alors que les anti-PMA réactionnaires se réunissent le 10 octobre à Dijon pour demander le retrait de la nouvelle loi bioéthique, comment se positionner en tant que féministes ? Sortir, ne pas laisser la rue, évidemment. Mais ne rien critiquer de cette loi transphobe ? Profitons-en pour parler familles.

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Contre-manif : Les anti-PMA hors de nos vues !

Une manifestation des anti-PMA se profile pour ce samedi 10 octobre à Dijon. Le lieu de rendez-vous n’est pas annoncé, mais nous surveillerons ça de près. Si jamais ils essaient de constituer un cortège ou un rassemblement, nous répondrons présent·e·s.

Journée d’auto-media féministe aux Tanneries

Samedi 24 octobre aux Tanneries : une journée en mixité choisie sans homme cis* pour se former aux outils de l’information : élaboration d’articles, écriture de tracts, réalisation de podcasts...

Discussion : Contraception, contrôle des corps et normes sociales

Pour la rentrée du mercredi des Tanneries, on organise une discussion autour des politiques de contrôle des corps et des normes sociales liées à la contraception, à partir d’une enquête menée en 2016 sur la stérilisation volontaire. C’est le 30 septembre à 18H aux Tanneries.