Renommons les rues de Lons !


Jura

"Que chaque jour, un esprit qui flâne la tête en l’air, un.e enfant.e qui apprend à lire, un.e passant.e cherchant sa route, deux ami.e.s qui se rejoignent, puissent nous découvrir des milliers.
Il est temps de rééquilibrer l’espace public, afin qu’il puisse appartenir à toustes."

Communiqué de presse du 17 septembre 2022

« Renommons nos rues ! »

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a reconnu que nous devions notre héritage culturel, matériel et immatériel, à des femmes et des hommes cis ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a considéré que les femmes, en tant que créatrices, actrices, autrices, compositrices, interprètes, parolières, réalisatrices, anthropologues, biologistes, ethnologues,
journalistes, femmes politiques, militantes, résistantes, ont participé à l’histoire et construisent notre monde ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a considéré important de rendre aux femmes leur place ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a décidé d’accepter que les femmes, même reléguées, ignorées, divisées (hymne des femmes) ont contribué et contribuent, en redoublant d’efforts pour se faire tolérer, à la construction de notre société ;

Cette année, nous fêtons la journée du patrimoine et du matrimoine.

Encore faut-il que cette prise en compte soit pérenne, que cette considération soit généralisée et permanente, que l’on n’ai plus à débattre pour la défendre.

Pour cela, des changements profonds sont à mettre en œuvre.

Pourrions-nous commencer par le nom de nos rues, de nos places, de nos écoles, de nos centres sociaux ?

Nous ne souhaitons pas avoir à nous rassembler sous le nom de René Freït, député s’étant opposé à la lute pour le droit à l’IVG de Simone Veil, et ayant donné son nom au Centre Social de Lons-le-Saunier.

Nous ne souhaitons pas non plus nous enorgueillir d’une esplanade qui n’avait pas de nom (à l’image de ces romans anonymes écrits par des femmes, personnes trans et non-binaires) et qui porte maintenant le nom de Louise Michel.

Nous habitons ces lieux, nous nommons ces lieux chaque jour. Et nous devrions partager ces lieux. Majorité absolue des hommes cis.

Pourtant, aujourd’hui, ils nous départagent, et les femmes, personnes trans et non-binaires semblent
perdantes : 1,24 % des rues de Lons-le-Saunier portent le noms de femmes cis, 0% portent le noms de personnes trans ou non-binaires, tandis que les hommes cis représentent 48.96% des suffrages.

Pourrions-nous, donc, commencer par renommer le nom de nos rues, de nos places, de nos écoles, de nos centres sociaux ?

Pour que chaque jour, un esprit qui flâne la tête en l’air, un.e enfant.e qui apprend à lire, un.e passant.e cherchant sa route, deux ami.e.s qui se rejoignent, puissent nous découvrir des milliers.
Il est temps de rééquilibrer l’espace public, afin qu’il puisse appartenir à toustes.
Nous avons souhaité proposer cette expérience aux habitant.e.s de Lons-le-Saunier, qui seront présent.e.s en nombre à l’occasion de la fête du patrimoine et du matrimoine.

Le collectif les renommées



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Présentation du Woman Journal

Le collectif Woman Cave s’intéresse aux notions de genre et d’inclusivité dans les espaces que nous habitons, il édite la revue Woman Journal. Dans la foulée de leur résidence aux Tanneries, ses membres vous proposent de découvrir leur travail et de discuter du magazine à paraître, autour d’un repas léger et de lectures, suivi d’une projection.

L’Échappée

Prisonnière d’une cellule, de son corps, du silence, de son foyer ou de son histoire... l’enfermement des femmes, réel ou symbolique, connaît malheureusement beaucoup de variété. Les Morveuses suivent les traces des femmes enfermées dans la prison d’Autun et se fraient un chemin vers la liberté.

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Livre] L’intolérable du présent, l’urgence de la révolution

Dans ce livre, Maurizio Lazzarato essaie d’interroger comme élément fondamental le passage de la lutte de classes (en tant que conflit entre capital et travail) aux luttes de classes plus récentes, qui s’ouvrent à des parcours pluriels : luttes sociales, sexuelles, de genre, de race.

Le buste d’Henriette de Crans vandalisé : Une violence faite à toutes les femmes !

Henriette de Crans fut la première femme condamnée pour sorcellerie et à avoir été brulée vive à Besançon. Le 20 novembre dernier, lors de la manifestation contre les violences faites aux femmes un buste à son effigie a été inauguré par la maire de Besançon. Dans la nuit de lundi à mardi, cette statue a été vandalisée. Plusieurs croix gammées ont été retrouvées à proximité de la statue.