Renommons les rues de Lons !


Jura

"Que chaque jour, un esprit qui flâne la tête en l’air, un.e enfant.e qui apprend à lire, un.e passant.e cherchant sa route, deux ami.e.s qui se rejoignent, puissent nous découvrir des milliers.
Il est temps de rééquilibrer l’espace public, afin qu’il puisse appartenir à toustes."

Communiqué de presse du 17 septembre 2022

« Renommons nos rues ! »

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a reconnu que nous devions notre héritage culturel, matériel et immatériel, à des femmes et des hommes cis ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a considéré que les femmes, en tant que créatrices, actrices, autrices, compositrices, interprètes, parolières, réalisatrices, anthropologues, biologistes, ethnologues,
journalistes, femmes politiques, militantes, résistantes, ont participé à l’histoire et construisent notre monde ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a considéré important de rendre aux femmes leur place ;

Cette année, la ville de Lons-le-Saunier a décidé d’accepter que les femmes, même reléguées, ignorées, divisées (hymne des femmes) ont contribué et contribuent, en redoublant d’efforts pour se faire tolérer, à la construction de notre société ;

Cette année, nous fêtons la journée du patrimoine et du matrimoine.

Encore faut-il que cette prise en compte soit pérenne, que cette considération soit généralisée et permanente, que l’on n’ai plus à débattre pour la défendre.

Pour cela, des changements profonds sont à mettre en œuvre.

Pourrions-nous commencer par le nom de nos rues, de nos places, de nos écoles, de nos centres sociaux ?

Nous ne souhaitons pas avoir à nous rassembler sous le nom de René Freït, député s’étant opposé à la lute pour le droit à l’IVG de Simone Veil, et ayant donné son nom au Centre Social de Lons-le-Saunier.

Nous ne souhaitons pas non plus nous enorgueillir d’une esplanade qui n’avait pas de nom (à l’image de ces romans anonymes écrits par des femmes, personnes trans et non-binaires) et qui porte maintenant le nom de Louise Michel.

Nous habitons ces lieux, nous nommons ces lieux chaque jour. Et nous devrions partager ces lieux. Majorité absolue des hommes cis.

Pourtant, aujourd’hui, ils nous départagent, et les femmes, personnes trans et non-binaires semblent
perdantes : 1,24 % des rues de Lons-le-Saunier portent le noms de femmes cis, 0% portent le noms de personnes trans ou non-binaires, tandis que les hommes cis représentent 48.96% des suffrages.

Pourrions-nous, donc, commencer par renommer le nom de nos rues, de nos places, de nos écoles, de nos centres sociaux ?

Pour que chaque jour, un esprit qui flâne la tête en l’air, un.e enfant.e qui apprend à lire, un.e passant.e cherchant sa route, deux ami.e.s qui se rejoignent, puissent nous découvrir des milliers.
Il est temps de rééquilibrer l’espace public, afin qu’il puisse appartenir à toustes.
Nous avons souhaité proposer cette expérience aux habitant.e.s de Lons-le-Saunier, qui seront présent.e.s en nombre à l’occasion de la fête du patrimoine et du matrimoine.

Le collectif les renommées



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Féminisme(s)

« Plus de paillettes, moins de traumas »

Princess Békille nous invite le 22 février à l’espace d’activités de Tanneries pour partager avec nous « son récit de vie qui commence comme un conte de fée au pays de l’Etat Providence ».

Articles de la même thématique : Sexisme(s)

[Besançon] Harcèlement d’élues EELV par l’extrême-droite

Depuis plusieurs semaines, des élues Europe Écologie Les Verts dénoncent des vagues de harcèlement en ligne à caractère sexiste et raciste. Derrière ces injures et menaces, des groupes d’extrême-droite, particulièrements rodés à ce genre d’exercice, agissent dans une impunité totale.