Rentrée 2022 : DHG en baisse, postes menacés !



Les organisations syndicales de l’éducation dénoncent la suppresion de 49 postes sur l’académie, qui va se traduire par la baisse des dotations horaires globales dans les lycées et collèges de Côte d’Or.

Communique Intersyndical SNFOLC, CGT Éduc’Action, SUD Éducation, FSU, SNALC du 28 février 2022

L’académie a reçu une dotation horaire en baisse, le ministère de l’Education Nationale demande de rendre 49 postes. En Côte d’Or, cela se traduit par de nouvelles coupes dans les dotations horaires des lycées et collèges. Beaucoup sont en baisse, et même certaines qui paraissent stables voire en hausse ne couvrent pas les besoins. Il ne faut pas oublier le contexte de trois années consécutives de baisses très importantes.

Des établissements qui ne l’acceptent pas s’organisent contre leurs dotations insuffisantes. Ils alertent la presse (A Eiffel, à Montchapet, à Genlis), ils diffusent des tracts aux élèves et parents (à Montchapet), ils votent des motions au CA , demandent des audiences au rectorat (Nuits St Georges, Castel, Brochon, les Lentillères) . Certains élus au CA, comme à Montchapet, ont même démissionné de cette instance, et envisagent de faire de même avec leur charge de professeur principal.

Nos organisations syndicales appellent les collègues :

  • à se réunir dans chaque établissement et à chiffrer précisément leurs besoins en heures pour assurer des conditions de travail décentes et des effectifs moins chargés, pour sauver des postes. Il s’agit pour chaque établissement de ne pas demander « des » heures, en volume indéterminé ; mais un nombre assez précis d’heures manquantes, afin de démontrer l’insuffisance des dotations allouées au regard de la légitimité de tous les besoins.
  • à se réunir entre établissements en lutte pour échanger sur leurs actions, se coordonner dans une démarche commune et refuser la mise en concurrence entre collègues, disciplines, et établissements, qui est la logique même de la réforme du lycée.

Nos organisations syndicales revendiquent :

  • l’arrêt des suppressions de postes et la création de postes à hauteur des besoins.
  • la baisse des effectifs par classes : pas plus de 20 élèves en lycée professionnel, 25 en collège, pas plus de 30 en lycée.
  • l’abrogation de la réforme du lycée et le retour à un bac fondé sur des épreuves terminales, nationales, disciplinaires, ponctuelles et anonymes.
  • l’abrogation de la Transformation de la Voie Professionnelle ainsi que la suppression des dispositifs (chef-d’œuvre, co-intervention et famille de métiers) et restitution des heures disciplinaires.
Mobilisation contre les suppressions d’heures de cours dans les établissements scolaires de la région

En ce début d’année les dotation horaires globales (DHG, le nombre de cours hebdomadaires proposés chaque semaine au sein d’un établissement scolaire) pour la rentrée 2022 2023 commencent à être notifiées et discutées. Plusieurs mobilisations ont eu lieu ces dernières semaines pour demander une hausse des DHG.

16 février


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Collège

Un enfant qui ne va pas à l’école, c’est … extraordinaire !

En France, il y a quelques milliers d’enfants et de parents qui n’ont toujours pas trouvé de bonne raison de se/les soumettre à l’instruction linéaire et formelle de l’éducation nationale. Ils et elles exercent leur droit à la liberté d’instruction inscrite dans toutes les déclarations relatives aux droits humains et dans notre Constitution française.