Répression en BFC : deux cas récents

Une militante relaxée à Châlon pour l’affaire de la caricature du commissaire. Un militant bisontin menacé de licenciement par son employeur pour son engagement politique...

Relaxe pour la caricaturiste !

Fin octobre, on apprenait la convocation au tribunal de Châlon-sur-saône d’une militante liée aux Gilets Jaunes. Les faits reprochés : avoir diffusé sur internet une caricature du commissaire de police local. Rappelons qu’en octobre, l’actualité était encore marquée par l’assassinat de Samuel Paty et l’histoire des caricatures de Mahomet. Un contexte propice au dérive sécuritaire...

L’audience a eu lieu vendredi 19 février. La relaxe a été automatique car le délai de prescription pour "injure publique envers un dépositaire de l’autorité publique par voie électronique" est de 3 mois, or il était dépassé dans le cas présent. L’avocate de la prévenue a exprimé sa frustration à ne pas pouvoir débattre sur le fond. Une relaxe sur le fond aurait permis de faire jurisprudence en la matière, et les caricaturistes de commissaires en auraient été rassuré.es.
Une quarantaine de personne était venue soutenir Sophie, dont des Gilets Jaunes bisontins.

Source Info-Châlon : l’affaire est close

Licenciement pour le cégétiste ?

On apprend de la part de la CGT de Besançon qu’un de ses membres, travaillant dans un restaurant Subway, est menacé de licenciement à cause de son engagement syndical.
Un rassemblement est appelé le jeudi 26 février pour le soutenir le jour de sa convocation devant la direction du Subway.

Communiqué

Face à la répression anti-syndicale à Subway Besançon, solidarité avec notre camarade !

En se rendant à son travail le mercredi 17 février dernier sur le site de Châteaufarine, notre camarade Toufik (*) s’est vu interdire l’accès au restaurant par la direction. Un courrier lui a alors été remis pour le convoquer à un éventuel licenciement pourfaute grave avec mise à pied conservatoire le jeudi 25 février à 9 h.
Depuis plus d’un an, depuis que son engagement syndical à la CGT est connu, notre camarade fait l’objet de pressions de toutes sortes.
Nous constatons par ailleurs que le 9 février la direction a reçu un courrier émanant de l’UL CGT demandant la mise en place d’une Unité Économique et Sociale des trois restaurants Subway de Besançon afin de pouvoir organiser des élections de représentants du personnel. Moins de 10 joursplus tard, notre camarade subissait une procédure de licenciement.

Pour les libertés syndicales dans la restauration comme ailleurs !
Contre le licenciement de notre camarade, rassemblement le jeudi 25 février 2021 à 8 h 30 devantle Restaurant Subway (7 chemin de la ferme Prabey — Besançon derrière « Feu vert »).
S’attaquer à un syndiqué ,c’est s’attaquer à toute la CGT.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

Ficher pour mieux régner / Désarmons-les

Compte moral, sommier, registre, répertoire, casier et finalement « traitement de données à caractère personnel » : le vocabulaire est foisonnant pour décrire l’arme de basse intensité qu’est devenu le fichier dans l’arsenal répressif. Le système disciplinaire du capitalisme sécuritaire a toujours eu besoin d’ingrédients techniques pour contraindre les corps indociles à la bonne marche de l’ordre social. Si les fichiers clients ou les « profils » prospèrent aujourd’hui dans le marasme du Big Data, l’État puissant, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain, s’est toujours évertué à étiqueter méthodiquement ses sujets afin de préserver son pouvoir de domination.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Grève et rassemblement des employé·es de La Poste mardi 18 mai

« Les postiers exigent avant toute chose, les moyens de bien faire leur travail pour assurer un service public postal de qualité, des emplois stables et qualifiés, plus de reconnaissance à travers les salaires ainsi que la prise en compte de leurs qualifications, des droits et garanties de haut niveau et plus de démocratie dans l’entreprise ». Rassemblement le 18 mai à 10h devant la Direction, 15bd de Brosses à Dijon.

Les infirmier·es anesthésistes manifesteront devant l’ARS lundi 17 mai

Lundi 17 mai, les infirmier·es anesthésistes diplômés d’État (IADE) seront en grève pour obtenir une meilleure reconnaissance de leur travail. Les IADE réclament notamment une revalorisation salariale équivalente à celle des autres métiers de l’hôpital. À Dijon rassemblement devant les locaux de l’ARS à 9h30.

Verdict le 25 mai pour MBF Aluminium à Saint-Claude

Le 27 avril au tribunal de commerce de Dijon, la mobilisation des salariés de la fonderie de MBF Aluminium, sous-traitante automobile basée à Saint-Claude dans le Jura a permis d’ouvrir des perspectives de reprise. C’est le mardi 25 mai que sera rendue la décision après l’étude des deux projets de reprise de l’activité. L’entreprise compte environ 280 salariés et les principaux clients sont PSA pour 75% et Renault 20% du chiffre d’affaires.