[Séminaire] Résurgences communes



Journée d’études sur la propriété collective.

SURGENCES COMMUNES

Territoires et techniques face au droit

(Journée d’études co-organisée par le groupe “politiques urbaines” du Quartier Libre des Lentillères, et l’atelier “penser les transitions” de l’Université de Bourgogne)

A l’heure où les luttes territoriales, dont certaines sont victorieuses, constituent un des espoirs principaux contre la crise du monde occidental, nous sommes nombreux et nombreuses à éprouver le besoin de densifier collectivement nos connaissances et notre imaginaire des formes d’appartenance à la terre et de propriété collective. Dans ce but, redécouvrir un passé enseveli puis s’interroger sur les enjeux juridiques de la résurgence actuelle des Communs nous paraissaient être un bon point de départ…

10h : présentation de la journée

10h30 : Propriétés du foncier, communs et conflits

(une histoire des espaces ruraux bourguignons du Moyen-Âge à l’époque moderne par Vincent Balland)

Avant le XVIIIe siècle, une grande diversité de statuts juridiques encadrent le foncier. Landes, terres arables, prés, forêts, vignes, connaissent également une multiplicité d’usages collectifs. Non sans susciter de nombreux conflits, la seigneurie, la bourgeoisie montante et l’État royal vont progressivement abroger les droits d’usage. Ces transformations annoncent les mutations juridiques qui succèdent à la Révolution française et préparent le terrain à la concentration du Capital.

14h : Le droit à l’épreuve de la résurgence des commons

(discussion avec Serge Gutwirth et Isabelle Stengers)

La disparition des commons est en fait une éradication liée au développement du régime de connivence entre la liberté d’entreprise des propriétaires et la souveraineté de ce super-propriétaire qu’est l’État. La résurgence des commons aujourd’hui peut être annonciatrice d’une réinvention de la durabilité des usages terrestres. Mais elle se heurte frontalement aux lois et droits en vigueur, qui sont héritières de leur éradication. Une articulation entre le droit en vigueur avec ce qu’exige la vie des commons est-elle possible ?

La journée aura lieu à l’Espace autogéré des Tanneries, 37 rue des ateliers, Dijon.


P.-S.

pour plus d’informations, visiter le blog « Fragmenter l’urbain »
fragmentation.noblogs.org


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Bure : Retour sur le procès des Malfaiteurs·euses

L’appel du procès pour association de malfaiteurs de Bure a commencé par un (heureux) coup de théâtre : au premier jour du procès lundi au matin, juste avant le début de l’audience, nous apprenions que l’accusation d’association de malfaiteurs était définitivement abandonnée et que nos ami-es ne seraient pas jugé-es sur ce chef d’accusation !

Nouvelle attaque sur le Rojava

Le site Le numéro zéro fait le point sur l’attaque de l’armée turque contre le Rojava dans la nuit du 19 au 20 novembre.

Articles de la même thématique : Communs

Les élu·es écolos saluent l’urbanisation de deux hectares des Lentillères

Le dernier conseil municipal a acté la nouvelle version du projet d’écocité qui menace les Lentillères, en réintroduisant deux hectares de béton à l’est du Quartier. Aucune opposition ne s’est élevée, pas même de la part des élu·es écolos qui s’estiment très satisfait·es de ce nouveau plan...

« Le droit des communs » - Intervention de Sarah Vanuxem

Retranscription d’une conférence de Sarah Vanuxem dans le cadre du séminaire « Fragmenter l’urbain » qui s’est tenu en avril 2019 aux Tanneries. Elle revient sur les possibilités d’aller chercher dans le droit des manières de redéfinir juridiquement la propriété de la terre.