Soutien à Boris


Doubs

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Communiqué de solidarité du groupe bisontin de la Fédération anarchiste.

Communiqué du groupe Proudhon de la Fédération anarchiste (Besançon)

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. En prison, il a reçu la visite d’un juge qui a tenté de négocier une réduction de sa peine en échange de renier son acte, c’est-à-dire lui enlever son caractère politique. Ce que Boris a, bien entendu, rejeté. Ainsi, le 19 mai, dans un acte de vengeance, lors d’un procès-parodie sans avocat et presque à huis clos, dans un pays qui se vante d’être le « pays de droits de l’homme », la justice bourgeoise l’a condamné à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis. L’appel était fixé au 20 septembre.

Tôt le matin du 7 août 2021, un incendie s’est déclaré dans sa cellule. Boris a été transporté à l’hôpital de Metz et se trouve depuis en soins intensifs.

Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » et d’en assurer leur « économie générale ». Il ne sert pas simplement une « justice » de la classe dominante et les formes historiques de pouvoir et d’exploitation que sont l’État et le capital ; il participe lui-même de la domination sociale.

Dans ce système de différenciation et de domination, le prisonnier politique constitue une catégorie à part. C’est l’adversaire politique, celui qui remet en question et tente de détruire non seulement le système carcéral lui-même, mais aussi ce que l’État définit comme « légal « » ou « illégal » ainsi que sa domination sociale. Il s’agit alors pour l’État de réprimer encore une fois, d’écraser d’une manière ou d’une autre tout prisonnier politique. Mais en le faisant, l’État et ses mécanismes commettent une erreur : ils le reconnaissent justement en tant que prisonnier politique, alors que jusque-là ils ont tout fait pour nier le caractère politique de ses actes.

Toute notre solidarité au prisonnier politique anarchiste Boris, force et courage !

La tête haute, le cœur ardent !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Libre Flot enfin libéré

Libre Flot est placé sous bracelet électronique, pour « raison médicale » suite à sa grève de la faim. C’est une étape importante franchie dans l’affaire du 8 décembre, mais la lutte continue :

Reprise des hostilités en Corse

Après deux semaines d’émeutes et d’actions diverses et une semaine de deuil, la colère n’est pas retombée en Corse. La preuve ce dimanche à Ajaccio où 15 000 personnes sont encore présentes pour exiger une discussion avec l’État français. Retour sur une nouvelle semaine d’agitation.

Journée internationale de soutien à Libre Flot le 4 avril

Libre Flot, inculpé le 8 décembre 2020 avec six autres personnes pour association de malfaiteurs à caractère terroriste, est toujours incarcéré, en attente d’un procès. Il a entamé une grève de la faim le 27 février. Voici de ses nouvelles.

Articles de la même thématique : Justice

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

Nouveau procès des Faucheurs Volontaires à Dijon !

Lundi 4 avril à 13 h30, 6 Faucheurs volontaires de Côte-d’Or comparaissent au TGI de Dijon pour être jugés suite à la destruction d’une parcelle d’essai de colza par une centaine de personnes en 2017 à Villy-le-Moutiers. Rassemblement et pique-nique de soutien devant le tribunal.

Un Faucheur Volontaire d’OGM de Côte d’Or convoqué au commissariat

Une inspection citoyenne revendiquée par 80 Faucheur.ses Volontaires venu.e.s de toute la France a eu lieu le 10 novembre 2021 dans l’entreprise RAGT Semence de Calmont dans l’Aveyron. Après une dizaine d’auditions dans l’Aveyron, Pierre Clément est le quatrième Faucheur de Côte d’Or a être entendu pour cette affaire.