Contre les recours juridiques des personnels précaires, les méthodes indignes et honteuses du Rectorat de Dijon !



Une nouvelle illustration du mépris du rectorat de Dijon à l’encontre des personnels précaires AESH...
et un nouvel épisode de la série « Le forcené de Mâcon ».

La rectrice de Dijon et ses affidés de bureau ont dû avoir les oreilles qui bourdonnent en ce jeudi 6 mai 2021. Ce bourdon lointain était celui des AESH qui ont reçu un message de leur avocat.e les avertissant que le service juridique du rectorat avait -enfin- daigné répondre à leur requête devant le Tribunal administratif (TA) de Dijon.

Après 14 mois ! 14 mois de silence qui ont bloqué d’autant la procédure judiciaire des collègues.
Après 14 mois ! Et déjà, dès novembre 2020, le TA intimait au rectorat de répondre dans des « délais raisonnables », lui laissant, dans sa grande magnanimité, encore 4 mois pour réagir. Ils les ont laissés s’écouler.
Après 14 mois ! Et pourtant, en janvier 2021, la Secrétaire Générale de la rectrice, Madame Ben Yahia, affirmait avec aplomb, face à l’intersyndicale, que « ses services juridiques très compétents avaient évidemment déjà répondu devant le TA ». Mensonge éhonté !

14 mois ! Puis en mars, face à la mauvaise volonté évidente de notre employeur, le TA décidait finalement de donner une ultime date butoir au rectorat pour répondre. Cette date était… le vendredi 7 mai 2021 !
14 mois ! Et un travail bâclé de surcroît ! Le mémoire de réponse envoyé à chacun.e des collègues qui ont déposé plainte n’étant même pas individualisé avec leurs caractéristiques contractuelles propres (type de contrat, dates...). Quel mépris !

Le rectorat aura attendu la veille pour répondre, piquant par la même de tout leur morgue les centaines de collègues directement impacté.es par leurs « petits arrangements réglementaires » avec le calcul de leur temps de travail. Comme une énième gifle à la face des personnels de l’académie, les bureaucrates du rectorat ont usé de cette grosse ficelle, certes usuelle, mais déplorable : « jouer la montre » . Pour décourager. Pour se rapprocher des délais de prescription. Pour le « principe ». Énième démonstration de ce nouveau « management » qui détruit la confiance entre les personnels et ces « hauts irresponsables ». Énième preuve du mépris dont font l’objet les personnels, particulièrement ceux auxquels la précarité est imposée.

Décidément, c’est confirmé, il y a quelque chose de pourri dans les méthodes managériales du rectorat de Dijon.

— -

Pour comprendre le conflit qui oppose les AESH au rectorat de Dijon, retrouvez tous les épisodes de la série "Le forcené de Mâcon" ici.

Le forcené de Mâcon : saisons 1 et 2

Retrouvez ci-dessous tous les épisodes des saisons 1 et 2 de la série de SUD Éducation sur la lutte des AESH (accompagnants d’élèves en situation de handicap) au sujet de leur temps de travail. La saison 2 n’est pas terminée... spoiler : à la fin ce sont les AESH qui doivent gagner. Série en streaming gratuit illimité à diffuser sur tous les réseaux !

5 juin


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Articles de la même thématique : Éducation Nationale

Rentrée dans le flou et dans l’inquiétude

La CGT Educ’action revendique un plan d’urgence pour l’École avec des moyens humains et matériels suffisants pour aborder cette rentrée sereinement. Elle appelle les personnels à se réunir en heure d’information syndicale dès les premiers jours de la rentrée et à se mettre massivement en grève le 23 septembre pour construire une mobilisation dans la durée.