Une pétition pour demander la régularisation de Guimba

À diffuser le plus massivement possible - Le collectif Lycée d’accueil international du Castel lance la pétition « Non à l’expulsion, un titre de séjour pour Guimba Coulibaly »

Guimba Coulibaly, malien, 20 ans, arrivé en France en 2016, ancien enfant de l’aide sociale à l’enfance (ASE), jeté à la rue le jour de ses 18 ans, soutenu et hébergé par ses enseignants, deux fois diplômé après une scolarité sans faute au lycée Le Castel à Dijon, vient de recevoir, vendredi 20 décembre, une assignation à résidence à partir du 23 décembre à 8h00.

Et pourtant..

Aucun papier en vu d’obtenir un titre de séjour salarié ne manque au dossier de Guimba Coulibaly, du plus classique, un acte de naissance légalisé par le tribunal de Bamako au plus scandaleux, une attestation pour prouver l’existence d’une conseillère au Consulat Général du Mali à Paris (Madame Fofana Awa Dembélé, nommée par le président Ibrahim Boubacar Keïta lui-même en conseil des ministres le 4 janvier 2017).

Vous avez bien lu..

L’état français, par l’intermédiaire de la police de l’air et des frontières, conteste systématiquement la validité des documents d’état civil africains. Guimba Coulibaly a ainsi appris qu’il n’était pas Guimba Coulibaly, que son acte de naissance était un faux. Allégation sans preuve, sur la seule foi du « doute raisonnable ».

Quand Guimba, en dernier ressort, se tourne vers l’ambassade du Mali et obtient enfin une confirmation officielle de son acte de naissance, le tribunal administratif de Dijon met alors en doute l’existence de Madame Fofana Awa Dembélé qui a signé et délivré l’attestation !

Donc..

Ne pas reconnaître les actes officiels signés par des agents nommés en conseil des ministres relève de l’incident diplomatique. Le mépris affiché de l’état français pour les institutions maliennes est inacceptable. Guimba Coulibaly n’a pas à faire les frais d’une politique discriminatoire et discrétionnaire.

Et maintenant

Le dossier de Guimba est clos. Il a un passeport en règle, un acte de naissance légalisé à Bamako, la confirmation de ce dernier par l’ambassade du Mali à Paris. Il a deux CAP en Boulangerie et en Pâtisserie un BAC professionnel Boulangerie Pâtisserie, il a prouvé ses compétences professionnelles lors de ses stages en entreprise. Il a fourni toutes les pièces demandées par la préfecture de Dijon et cette dernière les a en sa possession.

Monsieur le Préfet de Dijon, Bernard Schmeltz, doit accorder un titre de séjour salarié à Guimba Coulibaly car Guimba Coulibaly a accompli, étape après étape, ce que Bernard Schmeltz exigeait de lui.

A la France désormais, par l’intermédiaire d’un de ses serviteurs, d’accomplir son devoir, de respecter le droit et de ne pas ternir son image par des pratiques indignes.

Nous réclamons pour Guimba :

La levée immédiate de l’assignation à résidence, de l’obligation de quitter le territoire français et un titre de séjour salarié.

Des élèves du lycée Le Castel ont également publié cette pétition



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Castel International Libre

Entretien avec Guimba, toujours sous une menace d’expulsion

La préfecture ne voulant toujours pas reconnaître la validité des documents, Guimba est menacé d’expulsion à tout moment. Il nous raconte cette nouvelle phase d’assignation à résidence et pointage au commissariat et comment malgré tous ses soutiens sa situation est bloquée par le préfet.

Articles de la même thématique : Accueil des migrants

[En images] Arrivée de la marche des solidarités à Paris

Partie des quatre coins de la France à la mi-septembre, la Marche nationale des sans-papiers s’achevait samedi 17 octobre par une grande manifestation parisienne. Les quatre cortèges ont convergé place de la république avant de partir en direction de l’Élysée. Reportage en photos.