Une sortie de classe haute en couleurs pour l’école Champollion des Grésilles

Ce jeudi enseignant·es, parent·es d’élèves et élèves de l’école Champollion étaient mobilisé·es devant leur école pour s’opposer à la suppression d’une classe. Dans le contexte actuel, cette décision ne ferait qu’accroître les difficultés et le sentiment d’abandon du quartier.

  • La classe fermée courant mai réouvrira

    Le rectorat a rendu sa décision lundi en début d’après midi, la classe fermée courant mai réouvrira à la rentrée à l’école champollion des Grésilles. Les efforts, l’audace et la détermination des parents d’élèves est quelque part récompensée. À quand la publication d’un mode d’action ?

  • Les familles ont cadenaçé l’école pour faire venir l’inspecteur

    Le lendemain du rassemblement devant l’école Champollion, soit vendredi 26 juin. Une grande partie des familles de l’école se sont mobilisées avant sa fermeture. Elles ont cadenaçé les entrées afin de créer une situation suffisament conflictuelle pour que l’inspecteur se déplace.
    Les enseignantes et les élèves ne pouvaient donc pas sortir de l’établissement. Après une longue heure de blocage, l’inspecteur est arrivé et a entendu les oppositions des délégués de parents à la fermeture de la classe de cycle 3. Après cet échange les familles ont retiré les cadenas et enfants et enseignants ont pu quitter les lieux.

    Cet évènement montre une nouvelle fois que la hiérarchie au sein de l’éducation nationale réagit seulement si elle est poussée dans des situations suffisament embarrassantes pour vouloir les solutionner vite et sans heurts. Une école n’obteindrait jamais la réouverture d’une classe en formulant des arguments valables. Elle l’obtient quand le degré de moibilisation est important et qu’il faut au plus vite étouffer la constestation.

    Pour terminer, n’oublions pas que la décision finale sera rendue demain, lundi 29 juin. Les parents se mobiliseront une nouvelle fois en marquant leur présence devant les portes du rectorat.


Jeudi 25 juin, à 16h00, il y avait foule devant la porte principale de l’école. Des parents et des enfants s’étaient munis de banderoles et de panneaux pour protester contre la fermeture d’une des treize classes de l’établissement et pour exiger sa réouverture.
En effet, pendant le confinement, la DASEN a jugé désirable de fermer une des grandes classes (CE2, CM1 et CM2).
Depuis l’année dernière, les classes de CP et de CE1 sont dédoublées, elles ne peuvent pas outre-passer un effectif de 12 élèves.
Depuis deux ans, les enseignants des grandes classes ont de leur côté décidé de fonctionner en double-niveaux afin de créer un climat de classe favorable : les plus vieux se mettent dans des dynamiques d’entraide avec les plus jeunes et les classes se sont nettement apaisées. Ce fonctionnement, dont les effets positifs ont été reconnus pas l’inspecteur en personne il y a de ça quelques mois, est totalement mis à mal dans une configuration où ces grandes classes passeraient d’une moyenne de 20 à 24 élèves.
Au moment de l’annonce de la fermeture, l’école était fermée. Les familles étant confinées chez elles. Personne n’a pu se mobiliser contre cette décision. Décision plus qu’inattendue étant donné que l’effectif d’élèves accueillis à l’école ne changera pas l’année prochaine. Au regard de la situation, les parents ont déposé une demande d’audience pour pouvoir être entendus. La DASEN n’a jamais répondu au mail envoyé pas les familles. De leur côté, les enseignants ont eux aussi demandé des explications. Le directeur a alors informé l’équipe que la décision de fermeture venait d’une nécessite de compenser les ouvertures de postes à la campagne suite à la directive nationale de ne pas dépasser un effectif de 25 élèves dans ces écoles rurales. Plutôt que d’embaucher de nouveaux professeurs on les déplace, comme toujours, pour limiter la casse ailleurs.
Les familles ont donc attendu la réouverture de l’école pour pouvoir se mobiliser de nouveau. L’association des délégués de parents d’élèves a alors proposé d’organiser une occupation de la place devant l’école à la sortie des cours ce jeudi 25 juin. Plus tôt dans la semaine, les mamans et les enfants s’étaient donnés rendez vous à l’école pour réaliser une panoplie de messages à afficher à la presse. N’étant pas entendues par la DASEN, elles ont décidé de contacter le Bien Public pour qu’il couvre l’événement. Elles et ils étaient donc une petite centaine à scander « non à la fermeture des classes ! ». On pouvait lire, « une classe fermée, un RASED [1] arrêté, école Champollion en danger », « l’état ne nous abandonne pas, mais il ferme nos classes »…
Enfin, les événements récents et les récits de ces deux mois de confinement montrent que les enfants des Grésilles, particulièrement, ont besoin de trouver un soutien différent de celui qu’ils trouvent déjà au sein de leurs familles. Ils ont besoin de gens qui leurs demandent de raconter ce qu’ils ont vécu et qui leur donnent confiance pour la suite. Voilà le rôle de l’école aux Grésilles : redonner confiance, redonner envie, ouvrir… Il y a trois ans, l’État avait fixé un effectif maximal de 20 élèves pour toutes les classes des Réseaux Educatifs Prioritaires. L’école Champollion fait partie de ce réseau. Mais une fois encore, les directives ont changées, pour limiter la casse ailleurs.

Tableau noir ce mardi matin au Grésilles

Récit d’une matinée d’école pas comme les autres après trois journées angoissantes dans le quartier.

23 juin

Comment peuvent-ils se dire, après les troubles violents qui ont eu lieu dans le quartier que c’est une bonne idée de fermer une classe, donc de surcharger les autres. Quand ils s’agit de fêter l’anniversaire de la Marseillaise vous pouvez être sûr que l’inspecteur, mieux la rectrice, se déplacent dans les quartier populaires pour voir les élèves entonner ce chant patriotique. Dernièrement, ils ont inventé « le parcours républicain ». Pendant leur scolarité, les élèves doivent avec leurs différents professeurs : faire des actions républicaines, apprendre l’histoire républicaine… Espèrent-ils ainsi en faire de bons républicains ? Le quartier des Grésilles s’est senti abandonné il y a une semaine, le quartier des Grésilles se sent une nouvelle fois abandonné aujourd’hui.
Lundi la tour vitrée décidera du sort de cette école. Maintien de la fermeture ou réouverture ? Vous pourrez vous joindre aux familles qui siégeront devant un bâtiment vide car la réunion se fera en visio-conférence. J’espère qu’ils mesureront les enjeux de cette décision et qu’ils n’abandonneront pas une troisième fois ? Disons le une énième fois ; le quartier des Grésilles.



Notes

[1Réseau d’Aide Spécialisé au Élèves en Difficultés. À l’école Champollion, deux enseignants spécialisés (l’un dans les difficultés scolaires : maître E, l’autre dans les troubles du comportements, maître G), ainsi qu’une psychologue sont missionnés. Cette année, personne n’a été nommé maître G. La maître E est partie en congé maternité au premier trimestre et elle n’a jamais été remplacée. La psychologue scolaire dit être tellement surchargée par le travail administratif qu’elle ne peut pas effectuer de suivi thérapeutique avec les enfants de l’école.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : École

Articles de la même thématique : Éducation Nationale

Pour le respect de la vie personnelle des enseignant·es

Par un courriel le dimanche 11 octobre, le corps d’inspection de SVT de l’académie de Dijon sollicite nos collègues pour une réunion en visio-conférence le mardi 13, de 20h à 21h. La vie personnelle des agents n’a pas à être sacrifiée au prétexte que le ministre Blanquer s’obstine à modifier l’organisation scolaire dans l’urgence en faisant fi du dialogue social.

Rassemblement de défense des conditions de travail des AESH

Appel à rassemblement des AESH (Accompagnant-es des Élèves en Situation de Handicap) le samedi 17 octobre à 14h30, place de la Libération à Dijon, à l’occasion de la journée nationale contre la précarité.
Cet appel est initié par les organisations syndicales CGT Educ’action, FSU21, Sgen-CFDT, Snudi-FO et SUD’éducation afin de mettre en relief les conditions de travail et de salaires de ces personnels.