Visite de Macron à Ornans : pas de Versaillais au pays de Courbet !

Lundi 10 juin, Macron accompagné de deux ministres se rendra à Ornans, dans le Doubs à l’occasion du bicentenaire du peintre et communard Gustave Courbet. Des gilets jaunes des environs appellent à venir célébrer cet anniversaire à leur manière.

Le 10 juin à 11h, Macron accompagné de deux ministres se rendra à Ornans, dans la vallée de la Loue à l’occasion du bicentenaire Courbet.

Gustave Courbet, peintre du réalisme et des petites gens, lutta toute sa vie pour défendre un idéal de liberté et d’émancipation. En 1870 il refusait la légion d’honneur, déclarant : « l’État est incompétent en matière d’art. Son intervention est toute démoralisante, funeste à l’artiste qu’elle abuse sur sa propre valeur, funeste à l’art qu’elle enferme dans des convenances officielles et qu’elle condamne à la plus stérile médiocrité ». L’année suivante il rejoignait l’insurrection de la Commune de Paris, fidèle à cet état d’esprit : « J’ai lutté contre toutes les formes de gouvernement autoritaire et de droit divin, voulant que l’homme se gouverne lui-même selon ses besoins, à son profit direct et suivant sa conception propre ». Suite au massacre de la Commune par les Versaillais, Il purgera une peine de prison puis contraint à l’exil, passera les dernières années de sa vie en Suisse, criblé de dettes.

Macron, qui loin de pleurer les 30 000 femmes, hommes et enfants assassinés à l’issue de la Commune disait « Versailles, c’est là où la république s’était retranchée quand elle était menacée », croit bon venir fêter le peintre, 200 ans jour pour jour après sa naissance. A cette occasion la ville d’Ornans sera bouclée, le musée exceptionnellement fermé au public...
Et Gustave de se retourner dans sa tombe !

Montrons que nous ne sommes pas dupes de l’imposture, et venons nombreuses et nombreux célébrer à notre façon l’anniversaire de Courbet !
Appel à rejoindre Ornans dimanche soir ou lundi matin, contre Macron et son monde, en l’honneur des centaines de gilets jaunes mutilés ou blessés depuis 6 mois, et en mémoire de la Commune.

« Si nous arrivons à la liberté nous établirons la révolution. » Courbet, 1865

JPEG - 2.9 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Macronisme

Loi « Séparatisme » : les associations dans le viseur

Véritable fourre-tout répressif, la loi « confortant les principes de la République » s’en prend particulièrement au secteur associatif. Entre chantage aux subventions et possibilité accrue de dissolution des associations frondeuses, ce texte est une arme de musellement massif. Décryptage.

Interview au JDD de Sarah El Haïry : l’expression d’un pouvoir autoritaire

La semaine dernière dans le Journal du Dimanche, la secrétaire d’État à la Jeunesse et à l’Engagement s’en est pris à deux associations d’éducation populaire. En cause ? Un débat entre la secrétaire d’État et des jeunes où ces derniers se sont montrés un peu trop indociles sur les questions de discriminations. Communiqué de Solidaires Jeunesse et Sports, en soutien à l’association et à la fédération visées !

Articles de la même thématique : Politique française

Menu unique sans viande : attention a l’indigestion !

Communiqué de presse de Sud Collectivités Territoriales de la Ville de Lyon suite à la polémique actuelle sur les menus sans viande dans les écoles lyonnaises. Cette fausse polémique ne doit pas nous faire oublier que le vrai problème aujourd’hui est la condition de travail des agents des écoles.

Frédérique Vidal, le bonsaï qui cache la forêt.

Sur le tableau, Frédérique Vidal en train de pacifier l’université française. En bas, à droite, une étudiante, de blanc vêtue, qui n’appartient pas à un groupe féministe radicalisé.

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?