[Nevers] Rassemblement des cheminots à l’occasion de la venue du président de la SNCF


Nièvre

Vendredi 23 avril à l’appel du syndicat CGT des cheminots les cheminots nivernais étaient mobilisés à l’occasion de la venue à Nevers du Président de la SNCF, Jean Pierre Farandou.

Après le Ministre des Transports J.B Djebarri le 5 Mars, le Président de la SNCF Jean Pierre Farandou s’est rendu à Nevers ce vendredi 23 Avril. Comme le mois dernier avec le Ministre, la CGT a appelé les cheminots à venir accueillir le Président, qui malgré un discours paraissant plus consensuel que celui de son prédécesseur, poursuit exactement la même politique de destruction de notre entreprise publique et de nos conditions de travail !

PNG - 746 ko

Rassemblés, les cheminots de tout métier, de tout service, ont exprimés leurs revendications

Qu’il s’agisse de la non revalorisation des salaires depuis 7 ans ( lui est en place depuis Novembre 2019 ), des emplois supprimés mois après mois dans les gares, aux guichets, des négociations en cours sur la Convention Collective avec un déroulement de carrière proposé très inférieur au statut, de la situation du FRET, de la dénonciation dans la période d’accords locaux chez les ASCT ou ADC, des inquiétudes sur l’avenir de la résidence trains de Nevers avec les travaux prévus sur Nevers Dijon, des conditions de travail des cheminots avec la COVID qui durent depuis 14 mois sans aucune reconnaissance, de la vaccination des cheminots même pas reconnus comme personnel prioritaire…

Tous les métiers ont au menu un plan d’économies, de polyvalence, de productivité, enfin, que des recettes ultra libérales déjà éprouvées pour faire toujours plus avec toujours moins d’agents…ce sont toujours les mêmes qui devraient payer en faisant de nouveaux efforts, en se serrant encore la ceinture, alors qu’ils ne sont en rien responsables des politiques ferroviaires menées depuis des années et de la situation nouvelle liée au COVID !!! Alors qu’on l’a tous vu, de l’argent, il y en a à foison, ce n’est pas un problème, contrairement à ce qu’ils nous faisaient croire depuis des années, puisque le Ministre de l’économie et des finances LEMAIRE dit avoir sorti 424 milliards pour juste passer le cap COVID ! Pour les cheminots, pour l’emploi, pour nos usagers, pour nos gares, nos lignes, nos trains, nos salaires, nos conditions de travail, notre bien-être au travail au quotidien, notre avenir dans la Nièvre, on ne doit plus nous parler comme avant, puisque « quoi qu’il en coute » le ferroviaire sera un maillon essentiel pour lutter contre le réchauffement climatique !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Services publics