Désarmement nucléaire : la France bafoue ses engagements



Le 16 novembre 2022, 17 lanceurs d’alerte ont déployé des banderoles à Dijon et à Moloy, près du site du CEA de Valduc (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises.

Communiqué de presse du 16 novembre 2022

34e Vigie Citoyenne mensuelle pour la reconversion du site CEA-Valduc

Le 16 novembre 2022, 17 lanceurs d’alerte ont déployé des banderoles à Dijon et à Moloy, près du site du CEA de Valduc (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) qui assure la maintenance et la modernisation des 290 armes nucléaires françaises.
Ils demandent :

  • ­le respect par la France de l’art. 6 du Traité de non­prolifération (TNP) auquel elle a adhéré en 1992 et dont elle viole l’esprit et la lettre,
  • ­l’adhésion de la France au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), devenu depuis le 22 janvier 2021 la norme du droit international,
  • et, à terme, la reconversion à des activités pacifiques des sites CEA, dont celui de Valduc.

Coopération militaire franco-britannique Teutates au CEA Valduc ...

Le traité de coopération militaire Teutates a été signé en novembre 2010 par le Président français Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron. Dans le cadre ce traité, les deux pays développent des outils communs pour garantir « la sûreté et la fiabilité » de leurs armes nucléaires respectives.
Cela comprend la construction et l’exploitation conjointe d’une installation radiographique / hydrodynamique à Valduc pour simuler numériquement le « fonctionnement » des armes, et la construction d’une installation commune au Royaume­Uni à Aldermaston, où se situe l’Atomic Weapons Establishment (AWE) qui développe et entretient l’armement nucléaire.

... En violation du TNP et du TICE

1) Par l’article 6 du Traité de non­prolifération nucléaire (TNP), « chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace ». La France et l’Angleterre ne respectent ni l’esprit ni la lettre du TNP.

2) La France et le Royaume­Uni ont été les premiers États dotés de l’arme nucléaire à signer le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) le 24 septembre 1996, puis à le ratifier. Or le TICE, dans son préambule, reconnaît « que la cessation de toutes les explosions expérimentales d’arme nucléaire et de toutes autres explosions nucléaires, en freinant le développement et l’amélioration qualitative des armes nucléaires et en mettant fin au développement de nouveaux types d’arme nucléaire, encore plus évolués, concourra efficacement au désarmement nucléaire et à la non­prolifération sous tous ses aspects ». Mais par les dispositifs prévus dans leur accord, France et Royaume­Uni cherchent à contourner les obligations du TICE et ses efforts en faveur du désarmement. Le traité Teutates constitue donc une violation manifeste de l’esprit du TICE.

La déraison d’État doit cesser !

Pour (prétendre) dissuader des agresseurs potentiels de massacres de masses et de destructions inouïes, la (dé)raison d’État a conduit les dirigeants français de droite et de gauche à déraisonner, en faisant exploser 210 bombes atomiques en Algérie puis en Polynésie et à couler en 1985 le Rainbow Warrior de Greenpeace en Nouvelle­Zélande. La même (dé)raison d’État conduit aujourd’hui la France à bafouer ses engagements internationaux.

JPEG - 2.4 Mo

Comment les citoyens peuvent-ils soutenir le TIAN ?

  • Écrivez à votre Maire, afin que votre commune signe l’Appel des villes d’ICAN pour le désarmement nucléaire, à votre député et sénateur pour que la France ratifie le TIAN.
  • Participez aux vigies citoyennes à Dijon ou Valduc, à Paris et ailleurs.
  • Questionnez votre banque sur son financement de la bombe atomique, et n’hésitez pas à changer pour une banque éthique, grâce au guide éco-citoyen “Choisis ta banque !” sur le site des Amis de la Terre.
  • Intéressez-vous aux armes nucléaires, aux questions de sécurité internationale et aux alternatives de défense de la démocratie.

Les vigies et actions non-violentes menées par le ‘Collectif Bourgogne Franche Comté pour l’abolition des armes nucléaires’ s’inscrivent dans le cadre d’ ICAN, ’Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires’ (International Campaign to Abolish Nuclear Weapons), prix Nobel de la paix 2017, et dans la suite des précédentes victoires de l’ONU : interdiction des armes biologiques (1972), des armes chimiques (1993), des mines antipersonnel (1997), et des bombes à sous-munitions (2008).

Regardez la vidéo « Le début de la fin des armes nucléaires ».
Découvrez l’historique avec photos des actions à Dijon et Valduc depuis 2013.
Lisez l’étude sur les déchets nucléaires militaires français.
7 exemples, de 1948 à 2014, prouvant que la dissuasion nucléaire ne fonctionne pas, par l’IRNC : « Les sept vices de la dissuasion nucléaire » : www.irnc.org/IRNC/Textes/2803

Le collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires http://abolitiondesarmesnucleaires.org - abolitiondesarmesnucleaires@orange.fr-> - 06 14 24 86 96



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Bure : Retour sur le procès des Malfaiteurs·euses

L’appel du procès pour association de malfaiteurs de Bure a commencé par un (heureux) coup de théâtre : au premier jour du procès lundi au matin, juste avant le début de l’audience, nous apprenions que l’accusation d’association de malfaiteurs était définitivement abandonnée et que nos ami-es ne seraient pas jugé-es sur ce chef d’accusation !

Et c’est qui (encore) les malfaiteur-euses ?

Les 28, 29 et 30 novembre prochains, la cour d’appel de Nancy jugera de nouveau nos sept camarades accusé·es – entre autres – d’association de malfaiteurs. Nous appelons à se saisir de cette date pour s’opposer, partout où c’est possible, à la relance du nucléaire, à l’imposition du projet Cigéo et à la répression des luttes.

Articles de la même thématique : Désarmement nucléaire