#69 À la reconquête de la place de la Rep’



Où il est question du délire sécuritaire à Dijon dont l’épouvantail est la place de la République.

Dijoncter est accueilli sur les ondes de radio campus tous les mardis matins.
Toutes les chroniques audio sont à retrouver dans la rubrique « Sur l’onde ».

Chronique Dijoncter - #69 À la reconquête de la place de la Rép’
Mardi 15 novembre 2022
Chronique pour Radio Campus Dijon

Texte de la chronique :

Bienvenue à Dijon, capitale du crime.
Wesh tu sais pas, Dijon c’est Marseille bébé.
Si tu débarque à Dijon, attention à toi, et surtout, surtout, évite absolument la place de la République entre minuit et 7h du mat’.
Et ouai, t’as pas suivi ! La place de la Rép c’est un territoire de reconquête républicaine, c’est le nouveau far west du grand Est.
Il suffit qu’il y ait un nouveau préfet et c’est parti les grandes annonces conquérantes qui se veulent rassurer le citoyen lambda.
Ce nouveau Don Quichotte est nommé Franck Robine, comme dans Batman et Robin en plus, ouah ! Ouai ce Franck Robine, préfet à Dijon depuis le 17 octobre, ancien conseiller sécurité de Jean Castex, et ben, devinez quoi, il adore la sécurité. Il en a même fait sa priorité absolue. Bon, normal c’est un préfet quand même. Il fallait qu’il trouve son cheval de bataille. Et ben c’est fait : c’est la reconquête de la place de la République. Et en plus il a un slogan : « La rue n’appartient pas et n’appartiendra jamais aux voyous. » Et il le dit avec force, wouah, Robin ! I love you !
À l’affiche de ce thriller halletant :
Présence accrue des forces de l’ordre,
coopération renforcée entre les acteurs de la sécurité,
actions pour limiter les risques de délinquance,
horaires compatibles avec la sécurité dont nous avons besoin…
Wahou, stop ! Vous avez compris quelque chose vous ?
Non, c’est normal c’est de la langue de bois qui veut juste dire on s’en fout de votre gueule on va juste mettre plus de flics parce qu’on adore les flics et qu’on en veut partout, le reste on s’en fout, vive les flics.
Quand dans La Haine un flic dit à Hubert : « La majorité des flics dans la rue ils sont pas là pour vous taper, ils sont là pour vous protéger. », il lui répond : « Ah ouais, et qui nous protège de vous ? ». La Haine, mais quoi, mais vous êtes fou ! Vous allez prendre au sérieux un truc qui vient d’un film avec un nom pareil, mais faut être malade !
Oh, on se calme, ouai, ce qu’on veut dire c’est juste que mettre plus de flics dans la rue ça a jamais rien réglé, c’est même l’inverse, ça attise un max les tensions.

Mais qu’est-ce qui se passe exactement place de la Rép’ comme on l’appelle ici ?
Et ben c’est une place entourée de bars, de boîtes de nuits, de fast foods et de gens qui traînent après les horaires autorisés par la préfecture. Et comme souvent quand il y a une concentration de personnes en un lieu, il y a une concentration d’événements divers et variés qui s’y déroulent. « Y’a d’la vie ici » comme dirait une voisine. Et parmi ces événements, il y a ceux qui fâchent : bruits, cris, bagarres et autres rocamboles. Et depuis quelques mois on n’entend plus parler que de ceux-là. Alors le 22 juillet, la préfecture a interdit la consommation d’alcool sur la voie publique de 14h à 6h du matin, car il est vrai, l’alcool à tendance à rendre gais les lurons. Puis la vente d’alcool à emporter a été interdite après 21h. Les épiceries de nuit forcées à la fermeture de minuit à 6h. La police municipale mobilisée sur la place jusqu’à 3h du mat’. Des vigiles avec des chiens qui patrouillent. Rien de tout cela n’a eu le moindre effet.
Mais ça n’a pas suffit à calmer les esprits réactionnaires qui propagent un discours digne de faire trembler les plus téméraires : quand on les écoute, on a l’impression que des hordes d’exilés partent baluchon sur l’épaule afin de fuir les horreurs de la place de la République.
Alors les amoureux de la sécurité refont surface, et même les plus modérés déraillent. François Rebsamen reprend les discours du FN comme quoi ce n’est pas normal de manger des kebabs après 4h du matin.
Et bien sûr, la droite dijonnaise s’engouffre dans la brèche en appelant à un rassemblement pour la sécurité (et oui encore elle) devinez où ? Place de la République bien sûr ! Ce rassemblement doit avoir lieu samedi à 10h.
Mais dans cette histoire, y’a personne qu’est allé demandé leur avis aux riverains. Pourtant y’en a qu’on de bonnes idées : remettez des événements publics, festifs, des braderies, laissez les groupes jouer pour la fête de la musique, redonnez vie à cet endroit. Mais ces patrons de bars utopiste peuvent bien rêver, ce qu’il faut la préfecture le sait : des flics, plus de flics, toujours plus de flics et encore plus de flics. Alors si vous tenez à la place de la République et que vous êtes plutôt du côté de la fête que du côté de la police, venez samedi dire à ces amoureux de la flicaille que le sécuritaire n’assure en rien notre sécurité.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

Articles de la même thématique : Répression

Bure : Retour sur le procès des Malfaiteurs·euses

L’appel du procès pour association de malfaiteurs de Bure a commencé par un (heureux) coup de théâtre : au premier jour du procès lundi au matin, juste avant le début de l’audience, nous apprenions que l’accusation d’association de malfaiteurs était définitivement abandonnée et que nos ami-es ne seraient pas jugé-es sur ce chef d’accusation !

Soutien aux inculpé.e.s des auto-réductions contre Carrefour !

A Dijon, on trouve que la pratique des auto-reductions est légitime face au capitalisme et à l’existence qu’il fait mener à la plus grande partie de la population. On soutient donc toute personne qui subirait une forme de repression suite à ce genre d’action.