77 ans d’Hiroshima & Nagasaki - Actions antinucléaires à Dijon



À l’occasion de la commémoration des bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki des 6 et 9 août 1945, des actions ont eu lieu à Dijon pour faire cesser les activités du CEA de Valduc qui fait la maintenance de 290 bombes nucléaires à 45 km de Dijon.

6 août - Commémorations au CEA-Valduc du bombardement atomique d’Hiroshima

77 ans après le bombardement sur la ville d’Hiroshima, plus d’une trentaine de citoyens se sont réunis devant le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies) de Valduc, situé à 45km de Dijon, qui fait la maintenance des 290 bombes nucléaires de la France. Plus de 12 700 bombes nucléaires menacent l’humanité !

Comme tous les ans, des actions internationales se déroulent sur 4 continents
Du 6 au 9 août 2022, actions et jeûnes se déroulent dans plusieurs villes de France, dont 2 en région Bourgogne Franche-Comté : Dijon et Dampierre (Jura). Mais aussi Bordeaux, Épinal, Mont Saint-Michel, Tours, et en Allemagne, Côte d’Ivoire, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Royaume-Uni. Les participants se réunissent :

  • en solidarité avec les victimes des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et celles des plus de 2 000 essais nucléaires.
  • Ils demandent que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Ce traité est entré en vigueur le 22 janvier 2021 : les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Adopté par 122 États à l’ONU en 2017, le TIAN interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ». Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule en ce moment au siège de l’ONU à New York, du 1 au 26 août 2022.

En effet, l’article VI du TNP, entré en vigueur en 1970, stipule que les États membre s’engagent à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire.

Ces quatre jours d’actions seront également l’occasion d’interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.

JPEG - 321.9 ko

7 août - Action contre les banques qui financent les bombes atomiques à Dijon

Dans le cadre des commémorations internationales, du 6 au 9 août, des bombardements atomiques d’Hiroschima et de Nagasaki il y a 77 ans, des actions non-violentes et argumentées ont été menées contre la politique destructrices de 8 établissements bancaires français à Dijon, et d’autres à Bordeaux.

Nommer les banques climaticides et qui financent les bombes atomiques.

Après la commémoration d’Hiroschima le 6 août devant le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables) de Valduc, les lanceurs d’alerte et jeûneurs ont fait une action originale : ils affichés sur huit banques dijonnaises leurs propres publicités, mais avec un commentaire leur demandant d’arrêter de financer la bombe. Les affiches sont visibles et téléchargeables sur le site d’ICAN, prix Nobel de la Paix 2017, qui anime cette campagne :
http://icanfrance.org/engagez-votre-banque/

En France, les principaux organismes (banques et fond de pensions) impliqués dans le financement de systèmes d’armes nucléaires sont : Axa, BNP Paribas, Banque populaire, BPCE Group, Carmignac Gestion, Crédit agricole, Crédit mutuel, CIC, Dassault Famille, Group AG2R, Groupe La Française, Société générale, Oddo BHF, Viel & Cie. De nombreuses interrogations existent sur les organismes tels que la Banque postale, la Macif, Groupama. Les banques et les institutions financières sont un chaînon clé de l’industrie des armes nucléaires. En désinvestissant, elles peuvent accélérer la stigmatisation et l’élimination de ces armes de destruction massive.

Elles doivent adopter la norme internationale représentée par le TIAN (Traité sur l’interdiction des armes nucléaires, en vigueur depuis janvier 2021) dans leurs politiques financières.

Changez de banque facilement.

Avec le guide des Amis de la Terre sur :
www.amisdelaterre.org/choisis-ta-banque-le-guide-eco-citoyen-des-amis-de-la-terre/

Des actions internationales se déroulent sur 4 continents.

Du 6 au 9 août 2022, actions et jeûnes se déroulent dans plusieurs villes de France, dont 2 en région Bourgogne Franche-Comté :Dijon et Dampierre (Jura). Mais aussi Bordeaux, Épinal, Mont Saint-Michel, Tours, et en Allemagne, Côte d’Ivoire, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Royaume-Uni.

Ces citoyens agissent :

  • en solidarité avec les victimes des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et celles des plus de 2 000 essais nucléaires.
  • Ils demandent que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Ce Traité est entré en vigueur le 22 janvier 2021 : les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Adopté par 122 États à l’ONU en 2017, le TIAN interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ».
    Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule en ce moment au siège de l’ONU à New York, du 1 au 26 août 2022.

En effet, l’article VI du TNP, entré en vigueur en 1970, stipule que les États membres s’engagent à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire.

Ces quatre jours d’actions permettent d’interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.

JPEG - 1.5 Mo

8 août - Des villes s’engagent pour ne pas être des cibles pour les bombes atomiques

Une nouvelle ville, Bordeaux, vient de signer l’Appel des villes d’ICAN, dans le cadre des commémorations internationales, du 6 au 9 août, des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki il y a 77 ans.

Elles sont maintenant 64 villes ou communes françaises à ne pas vouloir être une cible pour les bombes atomiques, elles ont donc signé :
L’Appel des villes en faveur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires
La première fut Paris, dès 2019, suivi par Grenoble, Morlaix, Saint-Etienne, Vénissieux, Villeurbanne, Villejuif, Lyon , Lannion, Bagneux, Cordes-Sur-ciel, dont le Maire était Paul QUILÉS, ancien ministre socialiste de la Défense, Grande-Synthe, …

Et dans la région ?

Besançon a signé dès 2020, et la Région Bourgogne Franche-Comté a voté un vœux équivalent en janvier 2022. Dijon étonnamment, a refusé de signer : les élus écologistes ont proposé un vœux, qui n’a recueilli que 10 voix.
Le Maire a une pleine responsabilité pour assurer la sécurité de sa population. Il l’assure à travers une sécurité publique, sanitaire, économique et un environnement sain. Chacune de ses politiques réalisées ont pour objectif que ces concitoyens vivent dans les meilleures conditions.
Plus de 12 700 bombes nucléaires menacent l’humanité !
Et 1 800 sont en état d’alerte, prêtes à partir en 15 minutes. La France dispose de 290 bombes nucléaires et un sous-marin est prêt en permanence à tirer l’équivalent de 1 000 bombes d’Hiroshima.
Un maire responsable ne peut donc pas ignorer cette menace.
Merci à chaque citoyen d’écrire à son maire, et à tous les élus de signer cet appel ! Liste des 64 villes, information, modèles de lettre, …

Rappel des actions des lanceurs d’alerte et jeûneurs les jours passés :

  • 6 août : Commémoration d’Hiroschima devant le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables) de Valduc, stand d’information place de la République à Dijon.
  • 8 août : Dijon :Stand d’information place de la République à Dijon, chants. En soirée, à Urbanalis, interventions des citoyens jeûneurs pour présenter le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN, en vigueur depuis janvier 2021) et leurs actions, lors de la conférence d’Extinction Rebellion Dijon (XR) : "Pourquoi allons-nous vers notre propre extinction et comment l’éviter ?"

Des actions internationales se déroulent sur 4 continents.

Du 6 au 9 août 2022, actions et jeûnes se déroulent dans plusieurs villes de France, dont 2 en région Bourgogne Franche-Comté : Dijon et Dampierre (Jura). Mais aussi Bordeaux, Épinal, Mont Saint-Michel, Tours, et en Allemagne, Côte d’Ivoire, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Royaume-Uni.
Ces citoyens agissent :

  • en solidarité avec les victimes des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et celles des plus de 2 000 essais nucléaires.
  • Ils demandent que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Ce Traité est entré en vigueur le 22 janvier 2021 : les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Adopté par 122 États à l’ONU en 2017, le TIAN interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ».

Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule en ce moment au siège de l’ONU à New York, du 1 au 26 août 2022.

En effet, l’article VI du TNP, entré en vigueur en 1970, stipule que les États membres s’engagent à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire.

Quatre jours d’actions également pour interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.

JPEG - 1.3 Mo

9 août - Commémoration du bombardement atomique de Nagasaki et collation de rupture de jeûne en mairie de Dijon

Les villes d’Hiroshima et de Nagasaki ont été rasés par les bombardements atomiques des américains en 1945. 77 ans après, les commémorations internationales du 6 au 9 août et de nombreux États demandent l’application du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN), en vigueur depuis janvier 2021. Une urgence absolue car plus de 12 700 bombes nucléaires menacent l’Humanité en permanence ! 1 800 en état d’alerte, prêtes à partir en 15 minutes. La France dispose de 290 bombes nucléaires et un sous-marin est prêt en permanence à tirer l’équivalent de 1 000 bombes d’Hiroshima.

À Dijon les membres du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’Abolition des armes nucléaires organisaient la commémoration du bombardement de Nagasaki place de la République : prise de paroles, lectures de textes japonais, chants et discours de Patrice Chateau, conseiller municipal représentant le Maire.

Collation de rupture de jeûne en mairie.
Gisèle, Frédérique (Nevers), Joëlle, Dominique, Philippe (Vandoeuvre les Nancy), Jacques, Jean (Saône-et-Loire), Jean-Marc, Maud (Haute-Marne) sont quelques uns des jeûneurs de ces commémorations. Les participants ont ensuite été accueilli en Mairie avec une collation de rupture de jeûne, salle d’attente des mariages.

Appel des villes demandant à leurs gouvernements de ratifier le TIAN
À la suite de Paris, 64 villes françaises ont déjà écrit au président Macron : ne voulant pas être une cible pour les bombes atomiques, elles ont signé l’Appel des villes d’Ican en faveur du Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Besançon a signé dès 2020, et la Région Bourgogne Franche-Comté a voté un vœux équivalent en janvier 2022. Dijon étonnamment, a refusé de signer : les élus
écologistes ont proposé un vœux, qui n’a recueilli que 10 voix.

Le Maire a une pleine responsabilité pour assurer la sécurité de sa population. Il l’assure à travers une sécurité publique, sanitaire, économique et un environnement sain. Chacune de ses politiques réalisées ont pour objectif que ces concitoyens vivent dans les meilleures conditions.
Merci à chaque citoyen d’écrire à son maire, et à tous les élus de signer cet appel !
Liste des 64, information, modèles de lettre, … http://icanfrance.org/appel-aux-maires

Rappel des actions des lanceurs d’alerte et jeûneurs les jours passés :

  • 6 août : Commémoration d’Hiroschima devant le CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies renouvelables) de Valduc, qui fait la maintenance des 290 bombes atomiques françaises. Stand d’information place de la République à Dijon.
  • 7 août : Action originale, affichage sur huit banques dijonnaises de leurs propres publicités, détournées avec un commentaire leur demandant d’arrêter de financer la bombe. Listes des banques, information et affiches visibles et téléchargeables sur ICAN, prix Nobel de la Paix 2017, qui anime cette campagne : http://icanfrance.org/engagez-votre-banque/.
    Changez de banque facilement, avec le guide des Amis de la Terre sur :
    www.amisdelaterre.org/choisis-ta-banque-le-guide-eco-citoyen-des-amis-de-la-terre/
  • 8 août : Dijon :Stand d’information place de la République à Dijon, chants. En soirée, à Urbanalis, interventions des citoyens jeûneurs pour présenter le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN, en vigueur depuis janvier 2021) et leurs actions, lors de la conférence d’Extinction Rebellion Dijon (XR) : "Pourquoi allons-nous vers notre propre extinction et comment l’éviter ?"

Des actions internationales se sont déroulées sur 4 continents.
Du 6 au 9 août 2022, actions et jeûnes se déroulent dans plusieurs villes de France, dont 2 en région Bourgogne Franche-Comté : Dijon et Dampierre (Jura). Mais aussi Bordeaux, Épinal, Mont Saint-Michel, Tours, et en Allemagne, Côte d’Ivoire, États-Unis, Nouvelle-Zélande, Nigéria, Royaume-Uni.
Ces citoyens agissent :

  • en solidarité avec les victimes des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et celles des plus de 2 000 essais nucléaires.
  • Ils demandent que la France adhère au Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Ce Traité est entré en vigueur le 22 janvier 2021 : les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international. Adopté par 122 États à l’ONU en 2017, le TIAN interdit la possession, la fabrication, l’usage et la menace d’utilisation des armes nucléaires, donc la stratégie de « dissuasion nucléaire ».
    Un traité que les neuf puissances nucléaires et leurs alliés refusent de considérer au mépris du respect de la démocratie internationale et de leurs propres engagements internationaux pris notamment dans le cadre du Traité sur la non-prolifération (TNP), dont la dixième Conférence d’examen se déroule en ce moment au siège de l’ONU à New York, du 1 au 26 août 2022.

Quatre jours d’actions également pour interpeller Emmanuel Macron qui vient d’annoncer une nouvelle augmentation des dépenses militaires, dont 13 % sont consacrées à la maintenance et au renouvellement de l’arsenal nucléaire ; soit 5,3 milliards d’euros en 2022.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Festival les Bure’lesques : programme et infos pratiques

Du 5 au 7 août 2022, pour sa 3e édition, le festival de résistance au projet toxique d’enfouissement de déchets radioactifs Cigéo/Bure pose ses chapiteaux à Hévilliers, sur un magnifique terrain vallonné, comme en 2019. À bientôt dans le sud meusien !

Articles de la même thématique : Armée

S2 EP5 - Soudan, Résister au Coup d’État

Le coup d’État au Soudan menace les légers acquis de la révolution de 2019. Mais les structures de lutte, elles sont encore présentes. La jeunesse et les femmes, en première ligne, sont dans la rue pour ne pas subir un coup d’arrêt à la perspective d’un changement radical.