Action à Valduc contre l’armement nucléaire

Vendredi 7 août, une centaine de manifestant·es étaient à Valduc pour affirmer leur oppositions aux armes nucléaires et inviter les salarié·es à débattre de pistes de reconversion, dans le cadre des journées de commémoration des bombardement de Nagasaki et Hiroshima.

Communiqué du collectif de lutte

Ce 7 août, à l’initiative du collectif Bourgogne Franche-Comté pour l’abolition des armes nucléaires [1], une centaine de personnes ont manifesté le matin devant le centre du CEA Valduc (Commissariat à l’énergie nucléaire et aux énergies alternatives), leur opposition aux armes nucléaires et invité les salariés à débattre des pistes de reconversion. Prises de paroles, concert des Bure-Haleurs, minute de silence...

N’ayant pu rencontrer les salariés, le collectif a décidé d’aller leur porter directement une information le soir à la sortie du travail en arrêtant les voitures et un car de travailleurs sur la route pour leur distribuer des tracts.

Ces manifestations s’inscrivent dans le cadre des quatre jours d’actions et de jeûnes du 6 au 9 août de commémoration des 75 ans des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki :

  • pour demander à nos élus et au Président Emmanuel Macron de signer le Traité d’interdiction des armes nucléaires (TIAN) adopté par l’ONU le 7 juillet 2017. Ce traité prévoit l’interdiction d’employer, de fabriquer, de stocker et de menacer d’utiliser des armes nucléaires. Il entrera en vigueur lorsque 50 pays l’auront ratifié, nous en sommes à 40.
  • en solidarité avec toutes les victimes des armes et des essais nucléaires car ces armes représentent « le dernier degré de sauvagerie » (Albert Camus, dans le journal Combat du 8 août 1945). Elles créent une insécurité majeure sur notre planète.

Pour obtenir ce processus de désarmement international, des actions et jeûnes sont organisés dans plusieurs villes de France (Tours, Brest, Saintes, Mont Saint-Michel et Épinal) mais aussi en Allemagne, aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande, au Royaume-Uni et au Togo.

Les actions à suivre :

Samedi 8 août 2020
- 16 h : Spectacle tout public, à partir de 7ans. « SADAKO, la petite fille qui aimait courir », préau école Mansart, rue des Péjoces. Gratuit.
- 10 h-18 h : place François Rude : stands, diffusion de tracts, animations culturelles.

Dimanche 9 août 2020
- 11 h : place François Rude : commémoration de Nagasaki, en présence d’un adjoint au Maire de Dijon.
- 12 h 15 : Cellier de Clairvaux : collation de rupture du jeûne, offerte par la mairie, adhérente de l’association internationale Maires pour la Paix.

Jusqu’au 9 août 2020
Exposition : Agir pour le désarmement. 75e commémoration d’Hiroshima et de Nagasaki. Et si une bombe nucléaire explosait sur Dijon, Lyon, Paris... Le Traité d’interdiction sur les armes nucléaires (TIAN) de l’ONU sera bientôt applicable !
Cellier de Clairvaux, 27 bd de la Trémouille de 10 à 12 h et 14 à 18 h.

Information et contact :
abolitiondesarmesnucleaires[at]orange[point]fr
http://abolitiondesarmesnucleaires.org



Notes

[1Organisations membres du collectif : Abolition des armes nucléaires - Maison de Vigilance ; Agir pour le désarmement nucléaire Franche-Comté ; Amis de la Terre Côte-d’Or ; AMFPGN ; CANVA ; ICAN France ; MAN Côte-d’Or ; Mouvement de la Paix 21 ; Réseau Sortir du nucléaire ; Sortir du nucléaire 21.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nucléaire

Essais nucléaires en Polynésie française – dossiers militaires déclassifiés

Série de ressources apportant une enquête approfondi sur les essais nucléaires français dans le Pacifique, dénonçant les mensonges de l’Etat et de ses instances nucléaires (CEA, AIEA, CIVEN…), des conséquences sociales et sanitaires et de l’appropriation nucléaire-militaire de territoires colonisés et du refus de ces structures de reconnaitre et indemniser les très nombreuses victimes des essais nucléaires.

Articles de la même thématique : Armements

Les lacrymos, une arme de guerre civile

Armes de « contrôle des foules » par excellence, les gaz lacrymogènes semblent être devenus l’un des outils privilégiés du maintien de l’ordre contemporain. Leur usage dans le cadre de manifestations publiques s’est systématisé ces dernières années, au point que l’image de rassemblements noyés sous les gaz semblent être devenue la norme.